Haifa et ses jardins Baha’is

0

C’est en quittant Tel Aviv que la découverte d’Israël a véritablement commencé. Si la ville est attrayante, elle n’en reste pas moins semblable à d’autres grandes villes. En poussant la route un peu plus au nord vers la frontière libanaise, la ville de Haifa offre un vrai dépaysement. Qui plus est, ses jardins sont connus dans le monde entier. Petite visite guidée…

fioriture

Where is Haifa ?Nous avons quitté tôt le matin le petit appartement que nous occupions à Tel Aviv. L’air était encore frais et la journée s’annonçait radieuse. A une vingtaine de minutes à pied, nous atteignons la gare et prenons le train pour Haïfa. La ville ayant été régulièrement touchée par des tirs de rocket provenant du Liban (notamment pendant la deuxième guerre du Liban en 2006), on ne savait pas réellement à quoi s’attendre en débarquant à la gare de Haïfa : ville délabrée ? ville reconstruite et bétonnée ? Finalement, la surprise était là, Haifa est une ville complexe : moderne et ancienne, occidentale et orientale.

Aussitôt débarqué, la chaleur nous assomme. On foule les vieux pavés, les ruelles de gravier. Au dessus de nos têtes, le ciel est bleu. J’avais hésité avant d’inclure Haïfa sur notre parcours, je me disais que le périple était déjà bien assez chargé. Mais étant donné qu’on venait à Saint-Jean d’Acre, juste à côté, autant en profiter pour faire un saut… et je ne regrette pas car la ville a un petit quelque chose de touchant et d’intriguant. Après un arrêt pour manger un petit sandwich et un passage éclair à l’office du tourisme, nous voilà prêt pour nous fondre en ville.
.

DECOUVRIR HAIFA

Centre de Haifa

En se promenant dans les rues de Haïfa, par endroits, on sent que la ville est à la fois riche et pauvre, à la fois complète et détruite. Dans certaines rues, les bâtiments sont construits d’une pierre claire et propre, l’architecture ressemble à celle d’autres villes israéliennes (notamment Bethléem et Jérusalem), puis quelques mètres plus loin, un terrain abandonné montre des piles de gravas, des restes d’immeubles effondrés. C’est ça Haïfa, la cohabitation du présent avec les stigmates du passé.

Mentionnée dans le Talmud dès le 3ème siècle, la ville qui au fil des époques avait acquis une position stratégique et était l’un des ports les plus importants de la côte méditerranéenne, s’est vu décliner à la création de Tel Aviv. La nouvelle cité a grandi en importante, en population et, au lendemain de la création de l’Etat d’Israël, de nouvelles villes portuaires comme Netanya ou Ashdod sont nées et ont définitivement stoppé le développement de la ville. Aujourd’hui, elle est la troisième ville d’Israël.

Se promener dans les rues de Haifa

Située sur le Mont Carmel, la ville a les pieds dans l’eau et la tête dans le ciel. Des petites rues, des petits escaliers serpentent entre les immeubles pour rejoindre le sommet de la colline. De là-haut, devant vos yeux, s’étend la baie de Haïfa.

Pour jouir d’une vue sur la baie, il vous faudra monter et monter encore. Vous pouvez le faire à pied ou prendre le bus. Pris à Unesco Square, le bus n° 136 vous mènera au sommet du mont. Là-haut, un belvédère, situé juste après les Jardins Baha’ïs vous offrira un point de vue.

Vue sur la baie de Haifa.

LES JARDINS BAHAI’S

Même si la ville laisse beaucoup de possibilités pour les touristes, Haïfa est surtout connue pour ses jardins Bahai. Le Bahaïsme est une religion monothéïste proclamant l’unité spirituelle de l’humanité. Cette religion a été fondée en 1863 et son centre spirituel et administratif se situe à Haïfa. Dans les jardins de Haïfa se trouve le mausolée du Bab (le prophète). Cette religion recense aujourd’hui 7 millions de membres présents dans 189 pays. Si ça vous intéresse, ou juste pour un peu de culture, vous pouvez consulter la page wikipédia consacrée au Bahaïsme.

Jardins Baha'is, Haifa, Israël

Jardins Baha'is, Haifa, Israël

Jardins Baha'is, Haifa, Israël

Petites infos sur la visite des jardins : S’agissant d’un lieu saint, les visites ne sont pas acceptées individuellement. Tous les jours, des guides font des visites gratuitement à 12h et 14h, en hébreu et en anglais. Dans la partie inférieure (au pied du mont), l’entrée est possible dans la première cour. Pour visiter les jardins, la visite commence au sommet du mont Carmel.

Il faudra prendre le bus n°136 (environ 7 shekels le ticket de bus) et descendre dans la rue Yefe Nof. Demander au chauffeur de bus de vous indiquer l’arrêt. Nous, il a oublié et nous a emmené de l’autre côté. Du coup, on a pas pu arriver à 14h pour la visite et on a dû se contenter d’un accès restreint à la partie supérieure.
.

SE RENDRE A HAIFA

Haifa, Israël

Depuis Tel Aviv, rejoindre Haifa est très simple. Il suffit de pendre le train à la gare Central Railway Station à l’Est de la ville. De là, des trains partent toutes les heures pour Nahariya, dernière grande ville avant la frontière libanaise, et font un arrêt à Haifa puis Akko (Acre). Le trajet vous coûtera 32 shekels.

La ville est également accessible en bus ; le réseau de bus est efficacement développé et des autocars partent quotidiennement des gares routières des grandes villes israéliennes.

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire