Une journée sur le Bosphore

0

Venir à Istanbul et ne pas faire de croisière sur le Bosphore ? Impensable ! C’est une attraction incontournable et agréable. Si vous vous demandez ce qu’il y a à voir sur le Bosphore, j’espère que cet article vous éclairera. Partons naviguer sur les eaux entre Europe et Asie.

fioriture

Aller à Istanbul

Voilà qui est remarquable déjà : sa situation géographique. Naviguer sur le Bosphore, c’est laisser les flots vous balancer tantôt en Europe, tantôt en Asie, tout en restant dans la même ville ! Ce n’est plus à prouver, Istanbul est une métropole tentaculaire de plus de vingt millions d’âmes (officiellement 13 millions, officieusement 22 millions). Elle s’étend de part et d’autre du Bosphore sur presque toute sa longueur. La grande métropole d’Istanbul relie presque la Mer Marmara à la Mer Noire. En tout cas, dans quelques années, ça sera peut être le cas…

Visiter le Bosphore

Je me souviens de ma première croisière sur le Bosphore. C’était en janvier, la neige avait recouvert Istanbul quelques jours auparavant et avait presque déjà totalement disparu. Profitant d’un weekend de libre, j’avais décidé de faire cette balade en bateau. Malgré mes nombreuses visites à Istanbul, je n’avais jamais refait de croisière sur le Bosphore. Lors de mon dernier voyage, le besoin de retourner flotter sur ces eaux me titillait… Peu importe qu’on l’ait déjà fait, explorer le Bosphore, encore et encore, est toujours aussi agréable et relaxant.

Naviguer sur le Bosphore, c’est laisser les flots vous balancer tantôt en Europe, tantôt en Asie

Croisière sur le Bosphore

.

Voir le Bosphore

.

AVANT DE PARTIR… QUELQUES CONSEILS.

Vous trouverez à Istanbul toute une palanquée de petites agences vous proposant une croisière sur le Bosphore, plus ou moins longues, plus ou moins chères. Ces agences se situent principalement dans les rues touristiques. Une compagnie de transports se tient d’ailleurs à Eminönü, juste en face de la mosquée, juste avant le Pont de Galata.

Généralement, le prix pour une à deux heures de croisière varie entre 12€ et 25€. J’avais déjà prévu de visiter Üsküdar, sur le rive asiatique, et c’est là que j’y ai pris le bateau pour le Bosphore : le prix du billet était de 10€.

À savoir, ces bus touristiques font rarement des arrêts, hormis celui au départ de Eminönü, mais le ticket avoisine les 25€. Généralement, les arrêts prévus sont Ortaköy et Üsküdar. Sinon, les autres font une boucle jusqu’au deuxième pont enjambant le Bosphore et reviennent au point de départ.

Si vous souhaitez vous arrêter à différents endroits, ne choisissez pas les circuits touristiques mais bien les lignes maritimes qu’empruntent les Stambouliotes voire les lignes de bus car toutes les localités ne sont pas desservies par les bateaux.

.

PREMIÈRE ETAPE : ÜSKÜDAR.

En direction de Üsküdar

Ca faisait très longtemps que je n’avais pas fait un tour du côté de Üsküdar et vu Istanbul depuis la rive asiatique. Vu que le temps était magnifique, c’était la journée parfaite pour une promenade en bateau. Depuis Eminönü, un trajet en vapur coûte 2 TL (environ 0,70€) et dure une vingtaine de minutes.

Üsküdar est un quartier très dynamique et vivant. Vous vous en rendrez compte dès que vous sortirai de l’embarcadère. Là, s’y pressent des familles, des travailleurs, des vendeurs de simits, de boissons ou de ballons et autres jouets. Et bien sûr, la vue sur le Bosphore et la péninsule historique d’Istanbul est magnifique.

Une promenade à Üsküdar

Je vous conseille vivement la promenade qui longe le Bosphore, tout de suite à droite en sortant de l’embarcadère. Le weekend, c’est très fréquenté (les Turcs adorent sortir et se promener en famille ou entre amis), il vaut mieux venir en semaine ou le matin. Et pourquoi ne pas vous arrêter dans un des petits restaurants qui bordent l’eau ?

Sinon, ce que je préfère, c’est m’asseoir sur les matelas disposés sur les marches et siroter un petit thé (ou plus) en observant le ballet des bateaux sur le Bosphore et Istanbul.

Un thé à Üsküdar

Un endroit parfait pour papoter entre amis ou pour un petit rendez-vous amoureux… C’est encore plus beau à la tombée de la nuit avec un coucher de soleil.

.

MARCHER JUSQU’À KUZGUNCUK.

Kuzguncuk est un quartier d’Üsküdar et c’est un petit endroit que j’aime beaucoup. Là-bas, on oublie un peu qu’on se trouve dans une des plus grandes et peuplées du monde. On se croirait presque dans un petit village.

Visiter Kuzguncuk

Aller à Kuzguncuk

Le Bosphore à Kuzguncuk

Comme beaucoup d’endroits à Istanbul, Kuzguncuk est un village à flanc de colline, ne vous étonnez pas de devoir grimper et grimper encore. Promis, les efforts ne sont pas vains et ça en vaut la peine. Arrivé en haut de la pente, vous pourrez admirer un superbe panorama sur le quartier et le pont enjambant le Bosphore !

KUZGUNCUK A DES AIRS DE PETIT VILLAGE

Au gré des ruelles, vous pourrez admirer les yali et les maisons d’architecture typiquement ottomane, régulières et colorées. En se promenant dans ces rues, il y a une ambiance toute particulière qui se dégage de ce quartier. C’est un endroit paisible et vraiment agréable, on aimerait se perdre dans les ruelles pendant des heures…

Comment aller à Kuzguncuk ?
Si vous décidez d’aller à pied, tournez sur votre gauche en sortant de l’embarcadère à Üsküdar. Comptez une vingtaine de minutes de marche.
Si vous souhaitez y aller en bus, le bus n° 15K marquait un arrêt à Kuzguncuk. Demandez au conducteur confirmation.

.

C’EST PARTI POUR UNE CROISIÈRE SUR LE BOSPHORE…

À peine monté sur le bateau, je choisis stratégiquement ma place. Je veux être aux premières loges, n’avoir personne devant moi ou mon objectif. Nous partons quelques minutes plus tard. L’embarquement est rapide ! L’eau du Bosphore est d’une couleur magnifique sous les rayons du soleil, quelle belle journée !

Arnavutköy vu depuis le Bosphore

Vue sur le Bosphore

Rumeli Hisari Vue sur le Bosphore Croisière sur le Bosphore On passe devant des quartiers que j’avais visité il y a bien longtemps (en réalité 7 ans mais ça me semble bien loin) : Bebek, Arnavutköy, Çengelköy… On passe devant la forteresse Rumeli Hisari (une forteresse ottomane construite en préparation du siège de la ville de Constantinople, le but étant d’empêcher tout renfort venant du nord).

Je regarde les maisons défiler devant mes yeux, situées là au bord de l’eau, et je me dis que ça doit vraiment être sympa d’avoir une maison secondaire en bordure du Bosphore, les pieds dans l’eau…

Arrivés au deuxième pont, nous faisons demi tour et rentrons sur Üsküdar. Le voyage aura duré un peu plus d’une heure et en valait vraiment la peine.

.

UN PETIT DÉTOUR PAR ORTAKÖY.

Ortaköy

Arrivé à Üsküdar, je change de bateau comme on change de métro, et prends une correspondance pour Kabataş, sur la rive européenne. C’est la station terminus du tramway reliant le centre historique mais c’est aussi de là que j’ai choisi de marcher pour rejoindre Ortaköy et sa célèbre mosquée.

Bon, dans mon souvenir, j’en avais pour une vingtaine de minutes, sauf que là, j’ai plus eu l’impression de marcher un peu plus d’une trentaine de minutes que vingt.

En commençant à marcher, je suis surpris par la foule. D’habitude il y a du monde, mais là, c’est vraiment bondé. Quelques mètres plus loin se trouve le quartier (et le stade !) de Beşiktaş, un des trois grands clubs de football d’Istanbul ! Je comprends cette agitation, ce soir, c’est soir ce match, Beşiktaş contre Fenerbahçe, l’autre grand club d’Istanbul avec Galatasaray. Le trafic est fortement perturbé par les hordes de supporters qui affluent vers le stade, par les vendeurs de tshirts et d’écharpes… Je me dis qu’en dépassant le stade, la foule sera plus éparse… ou pas.

Une foule immense de supporters se rendant au stade occupe pratiquement toute la route et se prépare pour le match en chantant, allumant des fumigènes et frappant dans leurs mains.

Dans les rues d'OrtaköyJe parviens finalement à retrouver la petite place qui est toujours semblable à ce qu’elle était dans mon souvenir. Elle n’a pas changé. La petite fontaine est toujours là, les pavés sont les mêmes, il y a toujours autant de touristes prenant des photos de la mosquée sous toutes ses coutures !

Je m’assieds sur le petit muret et profite d’un petit air frais venant du Bosphore. La nuit s’apprête à tomber, j’hésite à m’acheter un kumpir !

Le kumpir, c’est la spécialité du quartier d’Ortaköy. C’est une énorme pomme de terre cuite dans laquelle est fourrée – suivant vos goûts – olives, salade de chou, maïs, carottes râpées… Généralement, pour en venir à bout, il faut avoir faim…

fioriture

C’était une journée bien remplie, j’espère que cette petite promenade vous a plu. N’hésitez pas à partager cet article et à le commenter 🙂

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire