.

Champlitte ? Mais où est-ce qu’il nous emmène encore celui-là ? Champlitte, c’est une petite commune adorable que j’ai découvert il y a quelques jours, le temps d’une promenade en famille. Son nom me semblait familier mais j’étais loin de m’imaginer un petit bourg avec autant de charme, autant de richesse dans son patrimoine et autant de caractère. Et je dirais même que Champlitte ne ressemble à aucune autre commune en Franche-Comté ! À seulement quelques kilomètres de la Bourgogne, cette petite cité de Haute-Saône s’enorgueillit d’un beau château renaissance, des jolies maisons vigneronnes aux façades colorées, douces et chaleureuses. Et ce que j’ai trouvé fascinant à Champlitte, c’est que dans un aussi petit bourg on trouve des marques de toutes les époques. Les siècles y ont laissé leur empreinte et le vieux centre invite à la promenade sous un joli soleil printanier.
.

.

.

.

.

LE CHÂTEAU

Entouré de ses beaux jardins à la française, le château de Champlitte surprend par ses formes classiques du 18e siècle, par son élégance et sa sobriété. Il borde la vieille ville et constitue un joli point de départ pour l’exploration du vieux centre.
.

.

.

.

DÉCOUVRIR CHAMPLITTE,
AU HASARD DES PLACES ET DES RUELLES

.

Située à environ une heure de route de Besançon, à tout juste quelques kilomètres de la frontière bourguignonne, Champlitte fait rarement partie des itinéraires touristiques de la région. Pourtant, cette petite commune a plein de choses à te montrer.

C’est une ville toute calme que tu visiteras. En journée, il n’y a pas grand monde dans les rues ce qui te laisse carte blanche pour profiter pleinement des vieilles maisons vigneronnes, des anciennes fenêtres à meneaux, de linteaux de portes en bois… Cette ville est vraiment attachante et surprenante pour qui sait garder les yeux bien ouverts.
.

.

.

Le vieux centre est relativement petit, juste quelques rues, et il ne te faudra pas longtemps pour en faire la visite. Après avoir découvert l’église Saint-Christophe, dont le beffroi date du 15e siècle, tu pourras admirer les façades des vieilles maisons du chapitre datant de la même période. Puis, au détour de quelques ruelles, tu arriveras au Salon. Derrière ce doux nom se cache le ruisseau qui traverse la ville, paisiblement et silencieusement. Quelques ponts se jettent de part et d’autre de la rivière et offrent de jolis points de vue sur les vieilles maisons.
.

 

.

.

Puis, en revenant sur tes pas et en remontant les rues en légère pente, tu arriveras à la Place des Halles où se tient une très vieille maison, dite maison espagnole, datant de 1573. Dans une façade à côté, les restes visibles d’une entrée de maison bourgeoise se noie dans le mur, plus récent.
En sortant de la place, vers le sud, la vieille tour Charles Quint résiste aux affres du temps malgré les siècles qui passent et la verdure qui la colonise. Puis tu repasseras par la place des Halles, tu continueras vers le nord en admirant les vieilles façades des maisons et tu arriveras à la tour des Annonciades, une autre vieille tour faisant partie des anciennes fortifications de la ville avant la conquête française.
.

.

.

.

LES RUINES DE L’ANCIEN COUVENT DES AUGUSTINS

Il y avait de nombreux couvents à Champlitte, seul un existe encore : le couvent des Augustins. Aujourd’hui propriété d’un particulier qui en assure, autant que faire se peut, la restauration, les portes ouvertes permettent d’admirer le beau passage sous croisée d’ogives, les sculptures sur les poutres, les fenêtres gothiques en piteux état… Une visite à la fois déprimante de voir tout ce beau patrimoine laissé presque à l’abandon, et fascinante tant l’ambiance qui y règne est prenante.
.

.

.

.

CHAMPLITTE ET LE MEXIQUE,
UNE HISTOIRE INSOLITE

.

Avec plus de 600 hectares de vignes, Champlitte prospérait. Mais quand de terribles gelées et les maladies ruinèrent la plupart des domaines, les Chanitois s’embarquèrent dans une folle expédition et partirent, dès 1833, pour le Mexique…
.


.

.

C’est l’histoire incroyable d’une folle émigration. Quand les Chanitois se retrouvent avec un vignoble ruiné et que toute l’économie de la ville s’effondre, un aventurier du bourg, Stéphane Guenot, inspiré par les idées et l’utopie fouriériste, quitte en 1833 la France pour l’État de Veracruz où il entend fonder une société idéale. Il y achète des terres puis retourne sur ses terres natales, à Champlitte, pour trouver des capitaux mais surtout d’autres habitants prêts à tenter l’aventure !

Les villageois prennent la mer et, pour ceux qui survivent au voyage, se retrouvent au milieu d’une jungle luxuriante peuplée de serpents. Ils y fondent un village, Jicaltepec. D’autres immigrants chanitois continuent d’affluer jusqu’en 1860 et fondent la ville de San Rafael, à l’époque une reconstitution sous le soleil du Mexique d’une ville comtoise avec des maisons aux toits de tuiles plates.

.

Calme ruelle de Champlitte

.

.

Au total 400 Chanitois auront quitté leur petite ville pour le Mexique. Une bien belle aventure puisqu’aujourd’hui, sur les quelques 20 000 habitants que compte San Rafael, environ 7000 sont des descendants de Comtois. Les deux villes sont jumelées et Champlitte a même une place San Rafael.

.

.

.

LA PROMENADE DES CABORDES
ET DES PIERRES SÈCHES

.

Comme je le disais dans la partie ci-dessus, Champlitte, en plus d’être toute jolie toute mignonne, est également un vignoble, loin d’être aussi réputé que son voisin jurassien, mais qui occupe tout de même une place importante dans le département. Et pour partir à la découverte des vignes, une petite promenade s’impose.
.

 

.

.

Au départ de l’Office du Tourisme (rue en face du château), il y a un agréable parcours qui te permet de découvrir une partie du vignoble chanitois. Cette jolie promenade entre bosquets et vignes, paisible et tranquille, sera l’occasion d’approcher les vieilles cabordes en pierres sèches qui ponctuent le chemin et d’en apprendre un peu plus sur l’histoire du vignoble de la ville.

Depuis le Moyen-Âge, la ville prospérait grâce à ses quelques 600 hectares de vignes. Le vin était la principale ressource de la ville et faisait sa renommée. Quand, au 18e siècle, gel et phylloxera viennent détruire 80% du vignoble, la Première Guerre mondiale décimera le reste, faute de bras pour l’entretenir. La ville essuie ce revers fatal, peine à se relever et les coteaux se transforment peu à peu en champs et en friche.
.

Vieille caborde de vignerons, Champlitte

.

.

.

Pourtant, la ville n’a jamais tourné le dos à son passé viticole et a su garder ses traditions bien ancrées : on continue notamment de célébrer la Saint-Vincent chaque 22 janvier depuis 1612 ! Une belle procession religieuse en tenue d’époque au milieu des rues décorées de la vieille ville. Poussés par la ferveur de cette célébration annuelle, quelques Chanitois décidèrent en 1974 de renouer avec leur passé viticole en se lançant dans l’exploitation des Côteaux de Champlitte et en développant ce qu’ils nomment le Grand Vignoble Chanitois. 35 hectares de vignes sont replantés et, depuis lors, la ville est à nouveau productrice d’un vin de qualité.
.


.

Notre promenade à Champlitte se termine ici,
avec cette vue sur les toits de la vieille ville.
On se retrouve très vite pour d’autres découvertes comtoises
et d’autres voyages !

.
Dis-moi, Champlitte,
tu en penses quoi ?

.

22 COMMENTAIRES

  1. Merci de m’avoir passionnée avec l’histoire de cette ville dont je ne savais rien. L’épopée mexicaine est folle ! Et tes photos superbes, toujours

  2. En effet je ne connaissais pas du tout, et ça a l’air super mignon comme ville : histoire riche au creux de belles pierres et du calme d’un petit village. Et cette histoire d’immigration au Mexiaue, 400 personnes, c’est fou !

  3. Belle histoire ! Je vais bien sûr y aller ! D’autant que mon village, Fontenoy le Château, en limite avec la Haute Saône, n’est pas bien loin. Si tu as l’occasion d’y aller, nous serons heureux de t’accueillir pour t’en parler !
    Yveline

    • Bonjour Yveline, merci pour ton commentaire.
      Je note Fontenoy le Château pour une prochaine visite dans le coin 🙂
      Merci.
      Alexis

    • Merci à vous Nicole pour votre adorable commentaire.
      Quand le patrimoine est déjà magnifique, les photos ne peuvent être que belles ^^

  4. dans le cadre du jumelage, le département recherche régulièrement un stagiaire parlant espagnol et prêt à partir au Mexique ! Tenté par l’aventure ??? contactez le département de la Haute-Saône.

    • Merci Corinne, ça me fait très plaisir.
      Champlitte a été pour moi une belle découverte, un coup de cœur, je comprends que vous aimiez y retourner chaque année 🙂

  5. Je retrouve ou je découvre par certaines belles photos des images de ma jeunesse. Chanceuse, puisque pensionnaire durant 3 ans, dans ce très beau château qui abritait le collège, je parcourais les ruelles lors des promenades du jeudi ou du dimanche après-midi. Mais j’étais loin de connaître toute l’histoire de ce charmant bourg et j’aurais plaisir à le voir revivre et retrouver le lustre qui était le sien…

    Merci pour ce beau reportage

    Maguy

  6. Merci pour ce magnifique reportage sur Champlitte, une bourgade rurale chère à mon coeur, si proche de Leffond, mon village !!

    VENEZ VISITER CHAMPLITTE !!!!!
    Pour vous héberger mais aussi vous restaurer un terrain de camping, un hôtel, plusieurs restaurants…..
    De charmants petits villages aux alentours : Leffond, Montarlot-les-Champlitte, Frettes, Champlitte-la-Ville, Margilley, Neuvelle-les-Champlitte, Frettes, Percey-le-Grand, Orain….

Qu'en pensez-vous ? Laissez un commentaire :)