Tu savais qu’à côté de Paris, il y a un village fantôme ? D’ailleurs, c’est quoi un village fantôme ? Pas la peine d’imaginer un truc flippant genre manoir hanté, on appelle village fantôme, un village vidé de ses habitants. La raison est soit le résultat d’une catastrophe naturelle (tremblement de terre, éruption volcanique), humaine (comme Pripiat, commune ukrainienne aux abords de la centrale de Tchernobyl) ou encore une guerre (Oradour-sur-Glane, village martyr dont la population a été sauvagement abattue par les soldats SS le 10 juin 1944). On trouve également de nombreuses villes fantômes aux Etats-Unis. Poussés par la ruée vers l’or, nombreux sont ceux qui ont tenté de faire fortune au Far West. Les petites bourgades s’installaient là où il y avait des mines d’or puis, quand la matière finissait par manquer, on partait ailleurs en laissant tout en plan. Aujourd’hui, ces villes fantômes sont toujours là, comme des témoins d’un passé fascinant, et sont pour la plupart encore vidées de toute population.

Le village où je t’emmène aujourd’hui se situe dans le Val d’Oise (département du nord de l’Ile de France) : Goussainville. Commune d’environ 30 000 habitants située à quelques 30 kilomètres au nord-est de Paris, Goussainville est nettement divisée en deux parties distinctes : le vieux Pays et la ville nouvelle.

Petit rappel historique : à la fin du 19e siècle, le chemin de fer dessert le nord-est francilien mais son tracé passe à environ 2 km au nord du vieux village. Avant la Première Guerre mondiale, les industries investissent les alentours de la gare. Entre les deux guerres, toutes les nouvelles habitations se construisent dans la nouvelle ville. En 1964, c’est la mairie qui, à son tour, quitte le vieux pays pour s’ancrer dans la ville moderne, peuplée d’environ 10 000 habitants. Mais c’est en 1974 que tout a basculé. Avec la construction de l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, l’ancien village, aujourd’hui appelé Vieux Pays, se trouve dans l’axe des pistes d’atterrissage et de décollage du nouvel aéroport. Les nuisances sonores dues au passage continuel d’avions sont trop importantes et le reste de la population fuit les lieux (à part quelques irréductibles qui y vivent encore). La société Aéroports de Paris a par la suite racheté les maisons et fait murer portes et fenêtres…
.

.

.

.

.

DANS LES RUES ABANDONNÉES
DU VIEUX PAYS

.

Autant dire que quand on se promène dans les rues du Vieux Pays, il y a une certaine impression de désolation. L’endroit est désert et la nature n’a pas attendu pour reprendre ses droits : dans les greniers dont les vitres sont cassées les oiseaux font leur nid, piaillent et tournent ; le lierre s’accroche irrémédiablement aux murs et finit par couvrir certaines façades, les murs se fissurent et la mauvaise herbe en profite instinctivement pour s’y frayer un chemin.

.

.


.

.

C’est particulier de se promener dans des rues vides, où les maisons ont portes et fenêtres murées, entendre ses pas raisonner entre les murs fissurés et penser aux vies d’avant. En faisant marcher son imagination, on redonne vie aux bâtiments abandonnés, on voit ici une boulangerie, là une école, là-bas une épicerie et un bureau de tabac.

Et ce qui est touchant, c’est que ce village a toujours une âme. Un village fantôme n’a peut-être plus ses habitants mais il reste tout de même ce lieu où il y a eu de la vie, de l’animation, un endroit où il y a eu des rencontres, des baisers volés au coin d’une rue, une engueulade à la sortie du bar, des amoureux marchant main dans la main au milieu de ces rues. En fait, les émotions et les vies anonymes sont comme des fantômes qui hantent encore les rues et les maisons. Et à Goussainville, il y a une certaine nostalgie et une douce mélancolie qui se dégage de ce lieu hors du temps.


.

.

.

Pourquoi j’aime autant ce lieu ?

Très bonne question. Je crois que j’aime cet endroit pour deux raisons :

La première est qu’il est un témoin inestimable de ce à quoi ressemblaient les villes d’Île-de-France dans la première moitié du 20e siècle. Etant donné que dès le début du siècle, toutes les nouvelles constructions se sont implantées dans la ville nouvelle, le vieux pays est resté figé dans son apparence du 19e siècle. C’est une image hors du temps, un aperçu de ce qu’étaient au siècle dernier ces villes aujourd’hui résolument modernes.

.

UN TÉMOIN INESTIMABLE
DE CE À QUOI RESSEMBLAIENT
LES VILLES D’ÎLE-DE-FRANCE
AU DÉBUT DU 20e SIÈCLE
ET UN RAPPEL DES SACRIFICES
POUR LA MODERNISATION
DE NOTRE PAYS.

.

L’autre raison est qu’il est comme un rappel que nous vivons dans un pays moderne et que cette modernisation ne s’est pas faite naturellement et qu’elle a nécessité des sacrifices et des compromis. Cet aéroport, il était nécessaire. Les aéroports du Bourget et d’Orly étaient submergés et ne pouvaient plus accueillir le nombre de voyageurs croissants. Aujourd’hui, Roissy est la porte d’entrée en France pour des millions de visiteurs qui viennent découvrir notre pays, dépenser leur argent ici. Il a contribué à cet essor du tourisme en France, à la création de milliers d’emploi directement liés à cette économie et fait vivre des millions de personnes. Oui, il était donc nécessaire, malgré les dommages collatéraux, comme l’abandon de ce village. C’est comme la construction d’un barrage hydraulique : l’énergie hydraulique est une énergie propre, l’utilisation de la force naturelle de l’eau pour créer de l’électricité. Sauf que la construction d’un barrage sur une rivière a pour conséquence la création d’un lac qui engloutit villages, patrimoine, paysages, cultures en amont. Alors quand on voit un beau lac, on ne pense pas à ces villages oubliés car on ne les voit pas. À Goussainville, on a la chance de le voir et de penser à notre pays, à sa modernisation et aux sacrifices qu’elle a impliqués.

Voilà en tout cas ce à quoi ce vieux village fait écho chez moi et ce qu’il m’inspire. Qu’en penses-tu ?

.

.

.

Mais ce village, ce ne sont pas que quelques rues, il y a deux endroits en particulier que j’aimerais te montrer. Deux monuments classés… en ruines.

.

.

.

.

L’ÉGLISE SAINT-PIERRE-SAINT-PAUL

Une magnifique église de type néo-gothique construite en 1559 et classée aux monuments historiques en 1914. C’est à elle qu’on doit au village d’être toujours debout. Quand le village a été abandonné par ses habitants, il était question de raser les maisons délaissées et murées. Le responsable du patrimoine a opposé son refus en avançant que, se trouvant à proximité d’un monument historique, leur destruction était interdite pour éviter d’éventuels dommages.

Sauf que l’église, en même temps que les maisons, a bel et bien été murée. L’intérieur de la nef a été totalement vidé et une des portes a été murée. Elle a par la suite été désacralisée et les quelques habitants restant au bourg vont finalement à la messe à l’église de la ville moderne de Goussainville.

.

C’EST À ELLE
QU’ON DOIT AU VILLAGE
D’ÊTRE ENCORE DEBOUT

.

.

.

.

Derrière l’église, un petit chemin te mène à l’ancien cimetière communal. Ici aussi, l’oubli est passé par là et le vent de l’abandon souffle. La plupart des tombes sont des concessions en état d’abandon. Il semblerait que mêmes les morts soient oubliés et abandonnés…

.

.

MÊME LES TOMBES
SONT À L’ABANDON…

.

.

.

.

.

LE CHÂTEAU DE GOUSSAINVILLE

.

Mais le “clou du spectacle”, le lieu qui clôt la visite du Vieux Pays de Goussainville en beauté, c’est son château. Dans un joli parc verdoyant se dressent la silhouette d’une belle demeure du 19ème siècle… sans toit ni fenêtres.

.

.

.

.

.

Difficile à croire, mais le petit bourg de Goussainville a eu une histoire plutôt riche et, dès le Moyen-Âge, des familles avaient fait construire leur château et y détenaient le pouvoir. Le château médiéval a malheureusement disparu mais, à la place, se tient cette magnifique demeure de 1860.

Le château  a toutefois perdu de sa superbe et s’offre à la vue du passant dans un état d’abandon terrible.

.

.

.

.

Edit novembre 2020 :
La vieille maison bourgeoise a perdu un étage
.

.

On se quitte ici, sur ces clichés de la vieille demeure
de Goussainville abandonnée à son sort
et qui ne trouve compagnie que dans les arbres qui l’entourent.

.

.

.




Ça vous plaît ce genre de visite ?
Vous connaissiez l’histoire de Goussainville ?

.

.

.

45 COMMENTAIRES

  1. J’habite le Val d’Oise mais je ne connaissais pas du tout ce village abandonné! Goussainville pour moi c’était seulement un commune près de l’aeroport de Roissy.
    Tes photos sont vraiment superbes ! (euh, je suis curieuse, quel appareil photo utilises-tu? )
    Merci pour la découverte.

  2. A la lecture de cet article à la fois fascinant et désolant, je ne peux m’empêcher d’éprouver une grande tristesse pour les habitants qui ont du abandonner leurs maisons, et d’avoir une pensée pour ceux qui y sont toujours : mais comment font-ils pour vivre au milieu de toutes ces ruines ? En tout cas je n’avais jamais entendu parler de l’histoire de ce village, merci donc pour cette instructive découverte !

    • Je t’avoue, en visitant ce village, j’ai pensé à ceux qui restaient. Honnêtement, je peux confirmer, on entend vraiment les avions. Du coup, je me suis demandé comment ils faisaient pour supporter ça et aussi le déchirement que ça a dû être pour ceux qui ont été contraints de quitter leur maison.

  3. Oh, excellent ! Pour moi, Goussainville est surtout un nom sur les panneaux 😉 Je ne connaissais pas son histoire, ni que son vieux village était à l’abandon.
    Cela doit être étrange de voir la nature reprendre ses droits.
    Merci pour cette découverte.

    • Merci Florence pour ton commentaire. Je t’avoue, jusqu’à il y a peu, Goussainville n’était pour moi rien d’autre qu’une ville sur le RER B ^^
      C’est vrai que c’est étrange de voir toute cette verdure qui reprend possession des lieux…

  4. Ca alors! J’avais une tante à Goussainville dans les années 80, un quartier plutôt de demeures cossues… sont-elles toujours là ou toute la ville est-elle ainsi? Super pour les fans d’urbex!

    • Je pense que, dans les années 80, ta tante devait déjà s’être installée dans la ville “moderne”, sur le tracé du RER. Le vieux village est plus éloigné.
      J’imagine que les maisons construites au début de la ville moderne doivent être plus cossues, plus typiques de cette période. Par contre, dans le vieux village, elles sont toutes ainsi.

  5. Je suis partagée entre désolation et fascination. Ton article est sublime. Tes photos magnifiques.
    Merci Alex pour toutes ces infos précises, au fur et mesure de la lecture de ton article j’ai eu les réponses aux questions que je me posais.

  6. Super cette balade, J’ignorais qu’on pouvait trouver des villages fantômes si près de Paris. Je suis totalement fan de la librairie de rue, le semblant de vie restant dans le village. Mais c’est à la fois totalement désolant, pour les bâtiments classés et pour les habitants qui ont dû tout quitter. On dirait la France le lendemain de la guerre.

    • Je t’avoue, j’ai adoré tomber sur cette librairie de rue. Je partage ton avis sur cette impression de France d’après-guerre.
      Merci pour ton commentaire 🙂

  7. Un endroit étonnant, c’est clair! Ce thème permet de belles découvertes, notamment en banlieue parisienne et ça c’est cool. D’ailleurs, on est voisins! (Nous on est à Romainville) Merci pour cet article en tout cas.

    • En effet, nous ne sommes pas loin 🙂 On se croisera peut-être sur le canal ^^
      C’est vrai que, quand on cherche, on trouve des choses fascinantes en région parisienne.
      Merci pour votre commentaire 🙂

  8. Il est fascinant ton article bravo ! Je vais de ce pas le partager sur twitter, c’est trop chouette !!
    J’ai connu aussi un petit village abandonné dans le Loiret et c’est vrai que ce sont des lieux vraiment étonnants, emprunts de nostalgie.
    J’ai une fascination pour ces lieux de vie qui se retrouve aujourd’hui abandonné alors merci pour la visite 🙂

  9. C’est impressionnant ! Je n’en avais jamais entendu parler, il faudra que j’essaie d’aller y jeter un oeil, je suis fascinée par ce genre d’endroits et on a finalement assez peu l’occasion d’en voir. Merci pour la découverte.

  10. Quel désolation c’est bien triste d’avoir abandonné un si beau village qui possède encore aujourd’hui un certain charme et même une âme en tout cas tes photos font ressortir tous cela. Merci pour cette balade bucolique (surtout que pour nous lecteur elle se fait sans le bruit des avions 🙂 ).

  11. Merci pour cette découverte, je ne connaissais pas du tout ! Je suis sur le point de partir lors d’un week-end prolongé à Kiev puis sur le site de Tchernobyl, mais peut-être que Vieux-Pays est moins risqué niveau radioactivité ! lol. J’avais beaucoup apprécié aussi les villes fantômes aux USA après la Ruée vers l’Or. Bref, ton article est super !

    • Merci c’est gentil 🙂
      Tchernobyl ça doit être vraiment sympa, un peu flippant mais intéressant et fascinant. J’ai hâte de lire ton retour de voyage ^^
      Les villes fantômes des US, je rêve de les visiter. Le jour où je vais aux USA, j’en mettrai une ou deux sur mon programme 🙂

  12. J’ai adoré ton article!! Deux photos m’ont particulièrement marquée: celle des bibliothèques de rue dans un village déserté, et celle de l’église survolée par un avion, l’incohérence totale… Comme toi je trouve ça vraiment dommage car tes clichés, en tout cas, sont pleins de charme et le village devait l’être aussi!

  13. Incroyable endroit effectivement ! Je prends toujours un grand plaisir à découvrir tes articles !
    J’adorerais découvrir ce lieu atypique. Si l’on est beaucoup à avoir déjà vu des maisons à l’abandon, c’est bien plus rare de voir un village entier comme ça ! On en a longé plusieurs en Aragon mais avec l’heure d’hiver, pas le temps d’aller les visiter en revenant de nos randos… Ce n’est que partie remise !
    En tout cas, je mets un coup de coeur à ta photo de la petite bibliothèque extérieure ! C’est en libre emprunt ?

    • Je ne sais pas, c’était là comme ça sans autre indication. Moi aussi j’ai adoré cette petite bibliothèque 🙂
      Si jamais vous passez par la région parisienne, faites-moi signe je vous y emmènerai 😉

    • En effet l’histoire de ce village est à la fois fascinante et tellement triste… et en effet, il en existe beaucoup d’autre comme ces villages engloutis sous les eaux.

  14. Magnifique reporrage, superbes photos. Etant de la banlieue Sud, Goussainville n’était pour moi qu’un nom. Il faut vraiment y aller. Merci à vous.

    • Merci Micheline, c’est une jolie visite en effet. Mais ne tardez pas trop, j’y suis allé récemment et le château se dégrade et j’ai l’impression qu’il y a davantage d’activité qu’il y a quelques années.

Qu'en pensez-vous ? Laissez un commentaire :)