Road trip à la Basque

2

Envie de partir en France mais pas trop d’idée ? Et pourquoi ne pas tenter le Pays Basque ? C’est un chouette endroit à découvrir avec des paysages superbes, de la nature verdoyante, des petits villages typiques super jolis, de bons plats à savourer… Alors, n’hésitez plus, prenons la route direction Bayonne !

fioriture

Départ de Bayonne !Oui, j’avoue, l’image de couverture ne fait pas rêver, ce ciel gris orage menaçant, c’est pas ce que vous cherchez. Vous aimeriez des photos avec un beau ciel bleu dégagé, des plages de sable fin, des cocotiers et une mer turquoise ? C’est pas dans cet article que vous le trouverez. En fait, cette image est assez représentative de ce voyage au Pays Basque : un temps couvert, pluvieux et orageux. On a eu quelques moments de soleil, il faut bien l’avouer, mais c’était pour mieux se faire tremper quelques minutes après. Assez parlé météo, partons dans le sud !

Tout a commencé à Bayonne. En sortant du train de nuit que nous avions pris à Paris, gare d’Austerlitz, on se fait accueillir par la pluie et la grisaille. Personne sur le quai, il semblerait que nous soyons les seuls à s’aventurer sous le déluge. En tout cas, il est tôt, on a mal dormi et on a faim : première étape en sortant de la gare, trouver une petite boulangerie pour acheter quelques viennoiseries. Puis vient le moment de parcourir la ville. Par chance, la pluie s’arrête.

J’ai eu un gros coup de foudre pour Bayonne. C’est une ville dans laquelle je me suis senti bien. Les maisons sont colorées par leurs volets rouges et leurs façades à colombages, l’ambiance dans le vieux centre y est plutôt relaxante et c’est un plaisir de déambuler dans les petites rues sans réellement savoir sur quoi on va déboucher. Les vitrines des épiceries fines sont toutes plus appétissantes les unes que les autres, tous les bons produits du sud-ouest sont bien mis en avant. Impossible de manquer le célèbre piment d’Espelette, le non moins fameux jambon de Bayonne et autre canard confit, terrines et pâtés.

On se laisse porter au jardin botanique et son mini jardin japonais, on va flâner entre les étals du marché couvert où le parfum des fruits, des légumes et du poisson titille nos narines, et on traîne dans les ruelles. C’est une des choses que j’aime le plus, traîner dans les petites rues, remarquer les belles façades, prendre le temps de faire connaissance avec la ville et profiter d’être en vacances, d’être ailleurs.

Notre hôtel se trouve à Biarritz, à peu près à mi-chemin entre la gare et l’aéroport. Avant de rejoindre notre chambre, on va se promener sur la fameuse plage de Biarritz. La ville est connue pour ses vagues qui attirent des surfeurs du monde entier. En cette fin d’après-midi, seule une poignée de courageux surfeurs locaux affrontent la mer et la menace de l’orage.

En effet, on aura essuyé des averses plusieurs fois sur le chemin. Je nous revois, assis sur un petit muret, collés l’un à l’autre sous un misérable parapluie prêt à s’envoler et serrant contre nous nos sacs. Tout ça pour retrouver le soleil et un ciel bleu quelques minutes plus tard…

La véritable aventure commencera véritablement le lendemain avec la visite des petits villages basques. On se rend alors à l’aéroport de Biarritz pour y récupérer la voiture de location et on file à l’hôtel.

fioriture

Le lendemain, on se lève assez tôt. On rattroupe nos affaires (on a une fâcheuse tendance à s’étendre un peu partout et à déposer nos affaires dans tous les coins) et on prend la route avec notre Twingo II violette de location. Sur la route, on se dit qu’on croquerait bien un bout et on décide de faire un détour par Saint-Jean de Luz pour acheter de quoi grignoter un peu. On est pas à quelques kilomètres près.

Quand on se sent prêt, on reprend la route. L’autoroute du début laisse peu à peu place à des routes plus calmes et enfoncées dans la végétation. Ca y est, pas de doute, on a bel et bien quitté la ville pour se mettre au vert. Autour de nous, des collines à perte de vue, des forêts, des champs. On traverse des petits villages, la route zigzague au fond de la vallée et on a vraiment l’impression d’être dans un autre monde. Sans doute qu’on a pas vu la nature depuis trop longtemps et trop vu le bitume parisien.

fioriture

Habituellement, quand je voyage seul, je ne loue pas de voiture, mais là, à deux, c’est quand même plus agréable d’avoir une sensation de liberté. Pouvoir aller où on veut, quand on veut… Et cette liberté nous a amené à Ainhoa, notre première étape au Pays Basque.

Depuis le parking visiteurs du village, un petit sentier de randonnée vous permet de prendre un peu de hauteur pour admirer le superbe panorama. Ca grimpe un peu mais rien de bien méchant, comptez environ 30 minutes de marche pour atteindre le point de vue. J’aime cette photo des collines et des montagnes avec le ciel couvert et menaçant.

Au sommet de la colline se trouvent également une petite chapelle et un vieux cimetière. Si vous êtes munis d’une carte et avez plus de temps, vous pouvez continuer la randonnée et revenir à Ainhoa par un autre chemin. Sans carte et sans indication, nous redescendons tranquillement et nous lançons pour notre prochaine destination : Espelette.

Espelette est célèbre pour son piment. Les images des façades de maisons recouvertes de piments séché me reviennent en tête alors que nous traversons quelques villages.

Là, si vous souhaitez ramener des souvenirs (gastronomiques notamment), vous trouverez des tonnes de boutiques vous proposant du piment sous toutes ses formes. Ca va du piment en poudre tout simple à la conserve de pied de porc sauce basquaise en passant par la mousse de jambon de Bayonne et de piment d’Espelette. Connaissant les goûts de mon père et son appétit pour toutes les bonnes choses du terroir, je lui ai ramené quelques unes de ces préparations qui ont fait leur petit effet.

Espelette est un tout petit village, peut-être même plus petit qu’Ainhoa, vous en aurez vite fait le tour mais il est agréable et, là aussi, plusieurs sentiers de randonnée partent du village. Après avoir profité des quelques éclaircies, nous voilà prêts à repartir. Le GPS est réglé sur notre prochaine étape : Saint-Etienne de Baïgorry.

Saint-Etienne de Baïgorry

Saint-Etienne de Baïgorry est une petite bourgade, une petite halte sur notre chemin. On a juste profité d’une petite accalmie entre deux averses pour visiter son vieux pont de pierre et sa vieille église. Le tour du village est rapide et agréable. On se serait bien laissé tenter par une petite marche dans la campagne environnante mais la nouvelle averse qui nous surprend nous pousse gentiment vers la voiture. C’est un beau village, joli et agréable à découvrir, mais il ne reste pas mon préféré. Pour le titre de village préféré, j’hésite encore…

On reprend la route pour la dernière étape de la journée : Saint-Jean-Pied-de-Port. C’est un village que j’ai découvert sur Pinterest (comme quoi ça peut être utile Pinterest) et je ne voulais pas manquer l’occasion de le visiter.

Ruelle de Saint-Jean Pied de Port

Panorama de Saint-Jean Pied de Port

Le village est vraiment super joli mais, lui aussi, très visité. Nous avons pu trouver in extremis une place dans le parking public avant l’entrée dans la vieille ville. Les rues étaient remplies de touristes et j’ai été surpris d’en trouver plus ici qu’à Espelette ou Ainhoa. Là encore, la visite du vieux village ne prend pas beaucoup de temps mais il est vraiment agréable à visiter et mérite d’y prendre son temps, de se laisser flâner et de profiter du décor.

Saint-Jean Pied de Port

Saint-Jean Pied de Port

Après réflexion, je me demande si c’est pas Saint-Jean-Pied-de-Port mon village préféré de ce petit roadtrip au Pays Basque. Est-ce la grande tour qui marque l’entrée du vieux village ? sa rue principale en montée ou son point de vue sur la campagne ? Je ne saurais dire mais je garde un excellent souvenir de ce petit village que je veux vraiment revisiter lors d’un prochain voyage au Pays Basque.

Alors bien sûr, les photos ne rendent pas hommage à ce petit village. La luminosité sombre d’une fin de journée, le ciel couvert et les averses qui rythment la visite ne rendent pas tout l’éclat et les couleurs de ce petit village mais croyez-moi, il est vraiment chouette et vaut vraiment le détour.

Banca, Pays Basque

Allez, direction Banca où nous avons réservé notre hôtel. Si vous avez besoin de calme, de tranquillité et de nature, je vous conseille vivement de venir passer quelques temps ici. Ce minuscule village est un bel endroit où passer une ou plusieurs nuits. Assez proche de la frontière espagnole, il est à quelques minutes de routes de Saint-Etienne de Baïgorry et de Saint-Jean Pied de Port et peut être un bon point de départ pour des randonnées dans le coin.

fioriture

Aujourd’hui nous reprenons la route. Nous partons tôt de Banca pour rejoindre le village de La Bastide Clairence, un autre village à l’architecture typiquement basque.

La Bastide Clairence

La Bastide Clairence

La Bastide Clairence

Là aussi, la visite est rapide. Il n’y a globalement que la rue principale qui soit bordée de maisons à l’architecture typique. On s’aventure dans les ruelles, on prend notre temps mais, sans le vouloir, on est vite revenu à la voiture. C’est avec ce petit village que notre roadtrip au Pays Basque se termine. Il est temps de retourner à Bayonne pour y rendre la voiture.

Il y a plein de petits villages typiques et vraiment jolis au Pays Basque, pour ce voyage découverte, nous avons choisi les plus connus.

Bayonne

 

2 COMMENTAIRES

  1. La météo surprend toujours quand on découvre le Pays Basque ! J’espère que vous avez pu goûter les macarons à Saint-Jean de Luz, c’est l’une des spécialités du coin ! Si vous avez l’occasion d’y retourner, je vous conseille de faire la randonnée qui monte jusqu’en haut de la Rhune. Et si le temps est dégagé, vous aurez une vue magnifique tout en haut 🙂
    Tatiana

    • Merci pour ce conseil de randonnée ! Vu qu’on a vraiment aimé le coin, on aimerait y retourner et le découvrir davantage. On ne manquera pas de faire cette balade 😉
      Nous avons goûté les macarons oui, je me suis d’ailleurs bien régalé 🙂

Laisser un commentaire