Bienvenue dans les Monts d’Arrée ! La Bretagne du centre, c’est un peu des paysages du bout du monde, tu sais ce genre d’ambiance qui te transporte ailleurs en à peine quelques kilomètres. J’ai passé un grand weekend à rouler, libre et heureux, au cœur du massif armoricain, et tout ce que je peux dire, c’est que les ambiances sont changeantes, presque mouvantes. Je suis resté admiratif devant ces roches acérées et agressives sortant de terre et j’ai été complètement fasciné par ces landes de fougères et de bruyères aux tons orangés qui couvrent les collines, à perte de vue. Et puis il y a aussi ces massifs de feuillus et de résineux qui donnent à cette terre un parfum d’ailleurs. Pendant ces quelques jours, j’ai eu l’impression de redécouvrir la Bretagne, non plus cette Bretagne côtière pétrie par la fureur et l’implacable caractère de la mer, mais une Bretagne plus discrète mais tout aussi étonnante. Dans cet article, je te propose donc de me suivre sur les belles routes du Finistère à la découverte de crêtes et de forêts, magnifiques et mystérieuses, loin de la mer mais au cœur de landes et de décors surprenants.

.

UN WEEKEND À LA DÉCOUVERTE
DU MASSIF ARMORICAIN

.

.

.

.

À L’ASSAUT DES CRÊTES
& DES SOMMETS

Je suis parti en Bretagne sur un coup de tête, un peu comme on craque inopinément sur un dessert avant de refermer le menu. Ça faisait déjà quelque temps que j’avais une fascination pour les Monts d’Arrée, comme une lubie qui revenait sans cesse. J’avais envie de voir le massif armoricain et ces sommets du cœur de la Bretagne où les roches, telles des lames, venaient trancher le sol comme si elles émergeaient d’un autre monde, un monde caché, inconnu et mystérieux. Au lever du soleil, j’ai frayé mon chemin au milieu des fougères et j’ai atteint le sommet du Roc’h Trévézel, le deuxième point culminant du massif armoricain breton, qui offre une vue magistrale sur un paysage fait de landes, de roches et de forêts.
.

Vers le Roc’h Trévézel

.

.

Arriver au sommet, avoir le chair de poule,
surkiffer chaque seconde
et te dire que la journée commence franchement bien !
.

.

.

.

Je saurais pas trop comment le décrire mais il se passe quelque chose là-haut. Ce n’est pas bien haut, l’altitude est certes de 384 mètres mais il ne doit y avoir qu’une vingtaine de mètres de dénivelé depuis le parking au bord de la route. Pourtant, quand tu arrives au-dessus, il y a une impression qui te saisit, celle d’être dans un lieu spécial, un lieu où les entrailles de la Terre se révèlent au grand jour. Là-haut, une légère brise souffle, le silence est total et la vue à 360° est juste magnifique !

Du haut du Roc’h Trevezel, je fais connaissance avec les Monts d’Arrée et je m’imprègne de ces visions surréalistes de landes aux tons orangés d’où émergent des rocs imposants qui semblent déchiquetés par le vent.

.

.

.

.

.

« Ces montagnes qui n’en sont plus se souviennent de l’avoir été.
Jusque dans leur médiocrité présente,
elles gardent un je ne sais quoi de fier et de merveilleux
qui ne permet point de les ravaler au rang de simples collines.
Vous êtes ici au balcon de l’Occident »

— Anatole Le Braz, La légende de la mort chez les Bretons armoricains

.

.

.

.

.

.

Le Massif armoricain s’est formé il y a plus de 330 millions d’années et se sépare en deux chaînes : celles des Monts d’Arrée au nord, celle des Montagnes Noires au sud. Et au sud justement, se trouve le site Karreg an Tan, la Roche du Feu, qui, avec ses 281 mètres d’altitude, est le point culminant des Montagnes Noires. Ici aussi, les pieds sur ces rocs acérés, tu as une vue imprenable et à 360° qui s’étend devant toi. Depuis le parking, un petit sentier agréable grimpe doucement au milieu des fougères et des arbres pour arriver au sommet où trônent d’étonnants rochers.
.

.

.

.

Tout autour des sentiers qui sillonnent ces lieux, des landes couvertes de fougères, de bruyères, de callunes et d’ajoncs. Les tons oscillent entre l’orange et le violet, on pourrait croire ces paysages séchés et brulés, il n’en est rien. Décidément, cette escapade bretonne est pleine de surprises, je n’imaginais pas ce type de végétation et ce type de paysages ici. Les étendues austères de ces landes d’Arrée donnent au paysage une ambiance unique, un peu mystique, empreinte de désolation. Sur ces terres d’altitude, les arbres se font rares, balayés par des vents sévères et, depuis les hauteurs, les panoramas sont saisissants !

PLONGÉE DANS UN PAYSAGE
DU BOUT DU MONDE

 

Sur les hauteurs des Monts d’Arrée…

.

.

.

Outre les sommets couverts de rocs escarpés, on trouve dans les Monts d’Arrée d’autres endroits paisibles, empreints d’une certaine discrétion mais dont la beauté te séduit dès les premières secondes. Depuis la petite chapelle en pierre Saint-Michel de Brasparts, on admire les couleurs et les ambiances.
.

.

.

.

.

.

En traversant ces beaux paysages, je me disais qu’il devait y avoir de formidables promenades à faire dans le coin. J’avais une irrépressible envie de fouler le sol breton, le temps d’une petite balade nature. Quand j’ai croisé le panneau « Landes du Cragou » à un croisement, je me suis senti complètement attiré vers ce lieu. Sur place, un petit sentier pittoresque, du calme et de la nature. La promenade parfaite pour terminer la journée.
.

.

.

.

Les landes des Monts d’Arrée sont le plus vaste ensemble de landes atlantiques de France ! Elles s’étendent sur plus de 10 000 hectares et te plongent dans des ambiances étonnantes.

.

.

.

D’ailleurs, en parlant de paysages du bout du monde,
tu trouves pas que ces landes ont des airs de savane africaine ?
.

.

.

.

Et quand on quitte ces landes,
on peut aussi s’émerveiller devant un panorama
fait d’eau et de verdure !
.

.

.

.

S’IMMISCER AU CŒUR
D’UN MONDE MYSTÉRIEUX

Je te disais plus haut que les ambiances étaient changeantes et mouvantes, que d’un lieu à l’autre elles pouvaient être totalement différentes. Et j’en ai un parfait exemple : quittons les landes austères pour se plonger au cœur d’une forêt luxuriante et fascinante. Le chaos granitique de Huelgoat est un lieu absolument étonnant et fantastique ! À côté du bel étang qui borde la petite commune, ce gigantesque chaos rocheux suit la rivière jusqu’au cœur de la forêt. Les blocs de roches, sous une agréable forêt de chênes et de hêtres, sont gigantesques et rendent ce lieu tout simplement pittoresque.
.

.

.

Un petit sentier part du centre du village, près de l’étang, et te guide au milieu de ces imposantes roches, le long de la Rivière d’Argent. C’est une promenade agréable, à l’ombre des arbres, où tu es bercé par le chant des oiseaux, la brise dans les feuilles et l’écoulement de la rivière.

Toutes ces roches ne sont pas là par hasard. Il se murmure dans ces sous-bois que Gargantua est passé par là il y a fort longtemps. Affamé, il demanda de la nourriture aux habitants de Huelgoat qui ne lui donnèrent qu’une maigre bouillie. Le géant s’en alla, furieux et criant vengeance. Quand il arriva sur la côte, il saisit de grosses roches arrondies et les lança, par-dessus les Monts d’Arrée, en direction de Huelgoat. Je sais pas toi, mais j’ai toujours préféré les explications des légendes que leur pendant scientifique.

.

.

.

.

.

UN WEEKEND AUX MONTS D’ARRÉE

.

Les Monts d’Arrée se découvrent facilement au cours d’un weekend ou d’une petite escapade. Tu peux prendre le train jusqu’à Morlaix ou Brest et louer une voiture pour profiter pleinement de ces superbes paysages !
.

.

.

Alors dis-moi, tu connaissais les Monts d’Arrée ?
Ça te tenterait de les découvrir ?

.

.

8 COMMENTAIRES

  1. Bravo pour ce bel article ! À vrai dire, j’avais bien entendu parler du massif armoricain mais je n’avais pas d’images en tête. Je n’avais pas entendu parler des Monts d’Arrée mais alors quelle belle surprise ! Un article vraiment agréable à lire, une belle immersion bretonne ! C’est chouette merci !

    • Merci Lionel, c’est adorable. J’avoue que ça a été une belle surprise pour moi aussi, pas vraiment l’image qui vient en tête quand on parle de Bretagne 🙂

  2. Tes photos sont toujours aussi jolies, tes textes m’emportent… il faudrait vraiment que j’aille découvrir un jour cette Bretagne que je ne connais pas (quelle honte !)

  3. c’est vraiment super ! spontanément, quand on va en bretagne on va toujours sur la côte jamais dans les terres, je vois qu’on manque bien des choses !! je note pour l’occasion. tu es déjà allé à brocéliande ? merci pour cette découverte, ma femme va adorer ce coin

    • la Bretagne côtière est incontournable mais l’intérieur des terres est joli aussi. Je ne connais malheureusement pas encore le secteur de Brocéliande mais j’espère y aller bientôt 🙂 merci pour ton commentaire

    • Merci Clémentine, c’est adorable. Ces paysages, ça change de la Bretagne côtière, j’ai eu l’impression de me trouver dans une toute autre région, c’est une vraie belle découverte pour moi. Je te conseille d’aller y faire un tour 🙂

Qu'en pensez-vous ? Laissez un commentaire :)