Les zones humides sont des milieux naturels fascinants,
refuges d’une faune et d’une flore exceptionnelle.
Pour ce nouveau rendez-vous #EnFranceAussi,
je t’emmène découvrir un endroit à la biodiversité rare.

Chaque année, le 2 février, la journée mondiale des zones humides commémore la signature en 1971 de la convention de Ramsar visant à protéger cet écosystème fragile. Depuis, de nombreuses organisations et initiatives citoyennes ont œuvré pour sensibiliser le public à l’importance de préserver  les zones humides. Pour l’occasion, l’équipe En France Aussi se retrouve pour un nouveau rendez-vous placé sous le thèmes des zones humides, vaste thème choisi par Mitchka du blog Fish & Child.

Et pour évoquer les zones humides, j’ai choisi de t’emmener à Frasne, une petite commune au sud de Pontarlier, dans le Doubs, qui est bordée par des tourbières, des lacs et des étangs. La Franche-Comté est une des régions de France les plus riches en tourbières : on y dénombre pas moins de 349 sites, une surface d’environ 2 800 hectares, soit 0,17% de la superficie de la région. Quant à leur formation, elle est en partie due au retrait des glaciers lors du dernier épisode glaciaire (entre -25000 et -18000 ans).

On part donc dans un milieu fascinant, au cœur de sous-bois ombragés, au bord de lacs et d’étangs, au milieu de plaines où s’épanouissent une faune et une flore exceptionnelle. Personnellement, j’adore les zones humides, ces territoires hybrides un peu secs, un peu mouillés… Au programme aujourd’hui : une balade au calme sur les sentiers balisés des tourbières de Frasne, puis une promenade dans quelques sites voisins où l’eau joue une rôle de premier plan : le lac de Bouverans, dans les méandres de la vallée du Drugeon, et un petit village, le bien nommé La Rivière-Drugeon, au bord de la rivière.

.

.

LES ZONES HUMIDES,
DES MILIEUX À PRÉSERVER

.

Dans une zone humide, l’eau contrôle le milieu naturel, elle est l’élément primordial qui permet à un écosystème très spécifique de s’épanouir. Les sols saturés en eau permettent à le développement d’une végétation et d’une faune adaptée.
.

.

.

Les zones humides couvrent 3% du territoire français. Deux tiers de ces zones ont été perdues en un siècle (entre le XIXe et les années 1990), et 50% du reste dans la seconde moitié du XXe siècle. Les causes de cette disparition sont multiples : intensification agricole, régulation du débit des cours d’eau, urbanisation, aménagements touristiques, pollutions agricoles et industrielles…

L’Homme a toujours considéré les zones humides et marécageuses comme dangereuses, insalubres et porteuses de maladies. Au cours des siècles, il a toujours chercher à les assécher pour éviter la diffusion de bactéries, notamment en drainant et détournant ses sources en eau, en remplaçant sa végétation et en cultivant la terre. Longtemps décriée, la zone humide a pourtant un rôle primordial et vital pour la biodiversité… et pour l’Homme.

Les zones humides ont une incidence considérable sur l’environnement : elles améliorent la qualité de l’eau et ont un rôle non négligeable de régulation des débit des cours d’eau. Elles sont également un réservoir incroyable de biodiversité et servent de refuge à de nombreuses espèces…

N’oublions pas non plus que les zones humides stockent environ 30% du carbone terrestre, leur importance est donc capitale dans la lutte contre le réchauffement climatique par cette capacité à fixer le carbone. Il est donc urgent de les préserver !

.

.

LES TOURBIÈRES DE FRASNE

.

Rentrons dans le vif du sujet et partons pour le Doubs. Les tourbières de Frasne se situent dans la vallée du Drugeon qui, avec une superficie d’environ 6000 hectares, est la plus grande zone humide d’altitude de France (845 mètres d’altitude). À peine le sentier entamé, on est plongé dans un paysage rare fait d’épicéas et de pins à crochets, de bouleau et de mousse. Quant à la faune, tu seras entouré d’une multitude de papillons, de libellules et d’oiseaux…
.

.

.

.

.

Ensuite, le petit ponton en bois s’engouffre dans un sous-bois merveilleux, au sol tapissé de baies, de mousse et de myrtilles. On entre dans le massif du Forbonnet, un grand massif forestier peuplé de chevreuils, de sangliers et même de lynx, de centaines d’oiseaux, de reptiles et d’amphibiens, le tout dans un cadre qui semble sorti d’un conte.

Au milieu de ce calme olympien, bercé par le chant des oiseaux, tu n’as plus qu’à te laisser porter en suivant le petit chemin de bois. Si c’est la bonne saison, tu peux même déguster des petites myrtilles sauvages au passage.

.

.

Myrtilles sauvages dans un sous-bois apaisant.

.

.

.

En cours de route, je décide de quitter momentanément cette jolie forêt pour suivre un chemin de pierre jusqu’au bord d’un étang. Immersion en plein cœur de la nature sauvage du Haut-Doubs.

.

.

Jolie vue à l’étang du Moulin. Au loin, le clocher du village de Frasne.

.

.

Retour dans le sous-bois pour arriver au parking.
J’ai adoré cette promenade dans ce paysage ourlé de mousse
et empreint de poésie.
.

.

.

.

LAC DE BOUVERANS

.

À quelques trois kilomètres des tourbières, le lac de Bouverans, également appelé lac de l’Entonnoir, fait partie intégrante de cette grande mosaïque de milieux naturels : prairies humides, tourbières, marais…
.

.

.

.

.

Le lac tient son nom d’un phénomène étonnant : le lac peut se vider complètement en l’espace de quelques semaines voire quelques jours et se remplir à nouveau. Au bord du lac, un observatoire ornithologique permet d’observer les oiseaux de passage, au cœur des marais et roselières du lac. Cet espace naturel sensible est un lieu privilégié d’observation de la riche faune habitant la zone : oiseaux migrateurs ou sédentaires, des faucons, des canards, des cygnes ou encore des bécassines.

.

.

.

.

.

BELVÉDÈRE DE CHÂTEL VÉRON

Au sud du lac de Bouverans,
au milieu des arbres, un joli belvédère
t’offre une jolie vue sur les méandres du Drugeon
et la zone humide.
.

.

.

.

LA RIVIÈRE-DRUGEON

Avant de se quitter,
faisons un court arrêt à La Rivière-Drugeon,
un petit village paisible situé
sur les bords de la rivière Drugeon (quelle surprise ?!)

.

.

.

Outre son église Saint-Nicolas,
coiffé de son clocher comtois et datant du XVe siècle,
le principal intérêt du village est son étang formé par le Drugeon,
en plein cœur du bourg.

.

.

.

.

PETIT RAPPEL

.

Avec ses tourbières, ses lacs et ses étangs, ses prairies humides et ses massifs forestiers uniques, la vallée du Drugeon est un espace naturel fascinant. En tant que Réserve naturelle régionale, la visite de ce site est soumise à certaines règles afin de protéger la zone. Donc si tu veux découvrir ces lieux, veille à préserver l’environnement au maximum : ne sors pas des sentiers balisés, ne laisse aucune trace derrière toi.
.

.

.

J’espère que cette promenade
en zone humide t’a plu.
Tu aimes ce type de lieux ?

.

.

34 COMMENTAIRES

  1. Superbe endroits, le Doubs est une région que j’aime beaucoup. Le calme, la verdure, tout y est pour se ressourcer. En plus avec ces pontons en bois et pilotis, ce doit être bien agréable de s’y promener ! De bons souvenirs pour nous aussi. A bientôt.

    • Merci Annabelle 🙂 je suis content que ces lieux te plaisent. Le Québec me fait vraiment rêver car je sais que j’y trouverai les paysages que j’adore et les grands espaces encore sauvages 🙂

  2. Ah, ces gammes de vert qui en mettent plein les yeux, magnifique !! Moi aussi, je veux manger des myrtilles sauvages au bord des sentiers. Merci pour cette découverte qui donne, une fois de plus, envie de mettre le cap sur le Doubs illico.

  3. J’ai adoré cette balade ! Vraiment ça donne envie ! Je suis très friande des zones humides mais je ne savais pas qu’elles étaient à ce point importantes… Merci pour tes explications qui m’ont beaucoup appris, et pour ce très beau partage si superbement illustré !

  4. très bel article qui met bien en valeur la vallée du Drugeon et ses joyaux naturels 🙂 Bravo pour avoir bien senti l’esprit des lieux !
    juste 2 précisions : ce n’est pas les tourbières de Frasne la plus grande zone humide d’altitude mais la vallée du Drugeon (environ 6000 hectares).
    et Si possible, bien faire savoir aux visiteurs que les tourbières de Frasne sont une Réserve naturelle régionale (294 hectares) soumise à règlement.
    Merci encore pour ces belles photos et pour avoir bien rendu le calme et le respect des sites.

  5. oh quel plaisir ton article ! j’ai adoré ton approche et les photos sont ravissantes, une grande envie de découvrir ce petit coin de paradis 😉

  6. Bravo d’avoir mis en lumière un si bel endroit et si atypique ! Tes photos sont magnifiques, qu’est ce que ça donne envie d’y aller ! 😀 un petit retour à la nature, aux choses simples… Je me note le coin pour une prochaine visite !

  7. Magnifiques paysages de tourbières, on dirait la Finlande et en effet on dirait un conte enchanté lorsque l’on arrive dans le sous-bois. Ta région semble extrêmement verte et nature, tout ce que j’aime.

Qu'en pensez-vous ? Laissez un commentaire :)