Bienvenue à l’île d’Aix.
Cette île a beau être petite, elle a beaucoup de charme et sait surprendre :
un seul village, aucune voiture, de jolies plages, des criques secrètes…
L’île d’Aix se dévoile. Pourquoi ne pas aller y faire un tour ?
 

fioriture

C’est de bon matin que je me prépare à quitter l’île d’Oléron. J’attends sur le petit ponton que le bateau soit enfin accessible et je regarde l’animation gagner le petit port de Boyardville. Les nuages sont bas et le ciel est gris. Je sens que la journée va être placée sous le signe de la grisaille. Ca faisait quelque temps que l’idée de visiter l’île d’Aix me trottait dans la tête. Une île si petite qu’on peut faire le tour à pied en à peine 2 heures avait suscité ma curiosité. À peine monté à bord du petit bateau, je m’assieds à l’avant, je veux voir l’île s’approcher. Le ciel n’est toujours pas dégagé mais au moins aurons-nous la chance de passer près du Fort Boyard situé entre l’île d’Oléron et l’île d’Aix.

C’est bizarre, ça ne m’a pas fait un énorme effet de le voir en vrai, c’est comme si j’avais tellement eu l’habitude de le voir à la télé étant plus jeune que j’avais fini par m’habituer à sa silhouette sortant de la mer. Cela dit, j’aime beaucoup sa forme, régulière et quasi symétrique, j’aime cet amas de pierres faisant face aux flots, aux vagues et aux tempêtes. Il a dû en voir celui-là ! En passant, je me demandais si le Père Fouras était là, dans sa tour à me faire coucou, mais après je me suis dit que j’étais trop con ^^

Quelques minutes après, je pose un pied, puis deux, sur le sol de l’île d’Aix. Débarquer sur cette île, c’est en quelque sorte faire un bon dans le temps. Sur place, aucune voiture (et aucun distributeur de billets, sachez-le), on se déplace à pied ou à vélo et, bien entendu, c’est beaucoup plus calme. Ici, tout est tranquille (malgré les nombreux touristes qui affluent chaque jour) et le village – le seul de l’île – semble sortir d’une autre époque. Pour accéder à l’île, pas de pont majestueux comme ses sœurs de Ré et d’Oléron, on arrive et quitte l’île d’Aix par bateau et si vous manquez le dernier, il vous faudra passer la nuit sur l’île ou soudoyer un marin pour vous emmener à Fouras, la ville la plus proche.

Alors oui, il faut le savoir, quand vous arrivez à Aix, mieux vaut avoir quelques sous en poche sinon vous pouvez dire adieu aux crêpes et autres gaufres qui semblent vous appeler au hasard des rues. J’ai testé la crêpe caramel au beurre salé et une crêpe citron, assis en terrasse à côté de jolies roses trémières, et je peux vous dire que la journée commençait bien.
.

La croisière touche à sa fin,
je pose un pied sur l’île,
tel un conquistador sur un nouveau continent !
Vous me suivez ?

.

.

.

PREMIERS PAS SUR L’ÎLE,
À LA DÉCOUVERTE DU VILLAGE

Pour être petit, il est vraiment petit ! Mais il s’en dégage une ambiance vraiment particulière. J’adore ses maisons basses, leurs volets et portes colorées, les ruelles bordées de roses trémières et de petits buissons. J’adore la tranquillité et la sérénité qui émanent de ces rues. Une femme traîne sa valise à roulettes en rentrant chez elle, je l’entends alors que je suis deux rues plus loin ! J’ai l’impression que le silence amplifie les bruits.

.

L’ÎLE EST UN VRAI
DÉCOR DE CINÉMA

Etant donné que je suis arrivé avec le premier bateau, il n’y avait pas encore énormément de touristes, je me trouvais donc pratiquement seul dans ces ruelles et mon imagination s’est emballée d’un coup : en repensant au côté isolé des habitants, je m’imaginais un bon polar ou un huis clos version Agatha Christie ayant pour décor une île d’Aix coupée du monde à cause d’une tempête. J’imaginais le bruit des chaussures à talon résonner dans la nuit, un cri, un cadavre au pied d’une rose trémière et Hercule Poirot qui débarque, sa moustache impeccable, son tailleur sans le moindre pli, une fois la tempête terminée.

Et là, je me suis dit qu’il fallait que j’arrête de lire des polars. Mais j’y pense, vous préféreriez peut-être l’inspecteur Barnaby ?

.

.

.

Une fois mon imagination calmée et mes deux crêpes avalées, je repars à la découverte de ce petit coin qui me plaît décidément beaucoup. Mes pas me guident jusqu’au musée africain de l’île d’Aix. Vous avez bien lu, le musée africain, constitué par les collections du baron Gourgaud. Grand chasseur, le baron avait organisé plusieurs expéditions en Afrique où il tua de nombreux animaux naturalisés ensuite par un taxidermiste londonien.

Le musée recèle donc d’animaux en tout genre (dont le dromadaire d’Arabie du général Bonaparte lors de la Campagne d’Egypte), des papillons, des pieds d’éléphants et autres masques guerriers de divers tribus.

.

.

.

FAIRE LE TOUR DE L’ÎLE… À PIED

La grisaille et le froid se sont envolés
il reste un joli ciel bleu pour m’accompagner…

.

.

L’ÎLE D’AIX,
QUELLE AVENTURE !

.

Alors je me suis lancé, fièrement et confiant, dans ce tour de l’île à pied. Je savais qu’il ne fallait pas plus de 2-3 heures pour faire le tour complet en marchant. Une superbe aubaine ! Vous pouvez le faire à vélo également, mais à pied vous avez beaucoup plus de facilité de vous faufiler dans les passages sous les arbres et de trouver une petite crique secrète et tranquille. Alors, oui, parfois ces “passages” sous les arbres ne sont pas officiels et je me suis retrouvé une ou deux fois coincé entre quatre branches, ne sachant ni comment j’étais venu, ni comment j’allais pouvoir passer ces obstacles et regagner le chemin (alors bien sûr tout ça pour quoi ? Je vous le donne en mille, pour trouver un beau point de vue et faire quelques photos).

J’ai bien cru que je ne sortirais jamais de cette prison de branches (je préfère vous épargner le détail sur mes nombreuses acrobaties pour sortir de ce mauvais tour) et que j’allais devoir me nourrir de baies sauvages jusqu’à la fin de mes jours… tout ça pour une simple photo (qui d’ailleurs était ratée). Bon, je m’en suis sorti (j’aurais le gêne de Mike Horn ou Mac Gyver que ça ne m’étonnerait pas). J’ai quand même débarqué de nulle part, au milieu des branches, des feuilles plein les cheveux, devant une famille qui pique niquait. Ils m’ont regardé, tellement surpris qu’ils en ont oublié leur sandwich, en se demandant ce que je fichais et quelles choses peu catholiques j’avais bien pu faire dans ces buissons.

J’ai esquissé un sourire (faux cul), et ai dit “bon appétit”, j’ai aussitôt regretté car c’était franchement ridicule. Réflexion faite, j’aurais dû faire comme Madonna, quitter la scène sans dire au revoir, comme une star ^^

.

.

L’ÎLE D’AIX,
CINQUANTE NUANCES DE BLEU

.

.

.
DIRECTION FOURAS,
RETOUR SUR LE CONTINENT

.

Pour retourner sur le continent, prenons le bateau et voguons en direction de Fouras ! Une petite traversée bien agréable… C’est quand même bien de vivre près de la mer !
.

.

.
Alors, pour quitter l’île, y’a pas le choix,
il faudra prendre le bateau.

J’avais acheté mon billet Aller à l’Office du tourisme de Saint-Pierre d’Oléron. En arrivant sur l’île d’Aix, je me suis rendu à l’Office du Tourisme (qui fait aussi bureau de Poste, ça n’a aucun rapport, mais je sais pas pourquoi je trouvais pertinent de le préciser…).

.
Le monsieur m’a dit qu’on pouvait tout à fait acheter un billet retour mais qu’il n’y avait qu’un seul guichet… à Fouras. Donc en fait, pour retourner à Fouras depuis l’île, je devais d’abord aller à Fouras, acheter mon billet retour, revenir sur l’île et prendre le bateau avec le bon billet. Mais pas de panique, suivant les conseils du monsieur, je me suis rendu sur le quai, je suis monté dans la bateau comme tout le monde et puis voilà, pas de contrôle !

C’est sympa les croisières chez vous ! 🙂

.

.

.

.

VENIR À L’ÎLE D’AIX

.

Comme je vous le disais, pour venir à l’île d’Aix, oubliez votre voiture. Profitez des joies de la traversée maritime, je suis fan !

Vous pouvez prendre ce bateau de La Rochelle, de Fouras ou de l’île d’Oléron (départ de Boyardville). Généralement, il s’agit d’Aller-Retour, ils n’ont pas vraiment émis l’option que vous puissiez ne pas revenir au point de départ mais tout simplement faire escale sur l’île le temps de la visite et prendre un autre trajet pour quitter l’île.

Pour faire le tour de l’île à pied, tranquillement, comptez 3-4 heures.
.

.

.

.

Vous connaissez l’île d’Aix ?
Pour moi, c’était une découverte !
Si cet article vous a plu, commentez et partagez 🙂

.

9 COMMENTAIRES

  1. Tu m’as tellement fait marrer ! Ton aventure pas très catholique dans les buissons, l’histoire du billet retour, ta petite crise Hercule Poirot… j’ai adoré cet article, bravo et merci ! Super jolies photos comme d’habitude. Je ne connaissais pas cette île, tu me tentes !

    • Merci Alexandra 🙂 Je suis en pleine relecture de certains classiques d’Agatha Christie du coup ça me monte au cerveau et Hercule Poirot s’est imposé naturellement ^^
      En tout cas, cette île était une chouette découverte et je pense que c’est un endroit qui te plairait beaucoup !

  2. Et maintenant j’ai aussi envie d’aller là. Je pense que je vais arrêter les blogs voyages. Tu crois que ça peut être un endroit sympa ou passer une nuit pendant un road trip (en escale en somme, en laissant la voiture à terre ?) ?

  3. Sympa cet article ! Je vis près de Rochefort et l’île d’Aix est l’un de mes coins préférés. D’ailleurs je compte bien y aller pendant mes vacances. 🙂

  4. Super reportage, qui fait bien envie. J’y ai déjà passé un week-end il y a quelques années et c’était magique ! En vacances à l’île d’Oléron, nous souhaitons y emmener notre petit fils… peut être verrons nous arriver un hurluberlu photographe (j’ai bien aimé l’anecdote 😉) et je crois que c’est là qu’on peut voir “le crâne de Napoleon enfant” … (selon une légende locale bien moqueuse !)
    Merci pour ces jolies photos et cette belle idée de voyage.
    Bon Vent !

Qu'en pensez-vous ? Laissez un commentaire :)