France

Fécamp : destination idéale pour un weekend

.

Un weekend aux belles couleurs normandes, ça te dit ?
Je te propose de découvrir Fécamp, une ville attachante aux multiples atouts,
et la destination idéale pour s’aérer l’esprit !
C’est la troisième fois que je venais à Fécamp, il était donc temps que je te la présente.

Passer le weekend à Fécamp, tiens, et pourquoi pas ? Si tu ne connais pas encore cette petite ville côtière normande, tu seras surpris par tout ce qu’elle a à te proposer et tu seras tenté, toi aussi, d’aller goûter à la douceur de vivre fécampoise, juste pour quelques heures ou quelques jours. La plupart des gens connaissent la ville par sa proximité avec Étretat et viennent y séjourner quand tous les hébergements d’Étretat sont pleins. Dans cet article, tu verras à quel point cette situation est injuste car Fécamp a bien plus d’un tour dans son sac et se laisse découvrir bien au-delà d’une falaise de carte postale. En fait, pour une ville de cette taille là, c’est incroyable tout ce qu’il y a à dire.

En un weekend, j’ai été totalement déconnecté, comme transporté sur une autre planète. Il y a des escapades comme ça où tu as l’impression de vivre une vie parallèle que ça soit par la gentillesse des gens que tu as croisés, les saveurs qui t’ont enchanté, toutes les choses que tu as pu faire et apprendre… Fécamp a été pour moi une parenthèse, aussi agréable que ressourçante.

Alors ferme les yeux et écoute : écoute le clapotis des vagues sur les coques des vieux bateaux, le cri des goélands au-dessus du port, les cloches de la vieille abbatiale, le vent sur les imposantes falaises calcaires, les pas sur les galets de la plage, l’égouttement de la Bénédictine qu’on distille et toutes les histoires et légendes que murmurent les vieilles pierres. Car pour moi, Fécamp c’est d’abord un roman qu’on ne lit pas, mais qu’on écoute.

.

DÉCOUVRIR
LA DOUCEUR DE VIVRE
FÉCAMPOISE

.

Le port de Fécamp. En arrière-plan se profile la silhouette du Musée des Pêcheries, avec son belvédère.

.

.

.

FÉCAMP, CÔTÉ MER

.

Je vais commencer cet article en te parlant de Fécamp la belle maritime. Entre la ville et la mer, tout un roman. Fécamp, c’est toute la majesté des hautes falaises qui plongent dans les eaux claires et envoûtantes de la Manche, c’est aussi une longue, très longue histoire de pêche au cabillaud dans des contrées lointaines et une longue tradition de fumage de harengs.

.

.

.

.

.

.

LE MUSÉE DES PÊCHERIES

Et pour commencer, il me faut te parler du Musée des Pêcheries. Tout nouveau, tout beau, il fait la fierté de la ville. Installé dans une ancienne sècherie de poissons, il retrace l’aventure maritime des pêcheurs fécampois qui partaient loin, très loin, pour pêcher le cabillaud : jusqu’à Terre-Neuve !

.

.

Du belvédère, au dernier étage du musée : pleine vue sur le port, la ville et les falaises en arrière-plan.

.

.

.

Terre-Neuve, aux portes du Canada ! Tu te rends compte ? J’ai toujours été admiratif des pêcheurs qui laissent derrière eux femme et enfants, et partent s’aventurer sur les eaux capricieuses de l’océan. Les Terre-Neuvas, comme on les appelle, partaient parfois pour six mois en mer, au large du Canada, pour ensuite revenir à Fécamp, les cales pleines de poissons. J’ose à peine imaginer le quotidien de ces hommes, leur courage… punaise, six mois en pleine mer !

C’est toute cette épopée que tu retrouves au musée avec des tenues, des objets, des photos, des films.

.

.

.

Si tu aimes les musées et que tu souhaites en apprendre plus sur le passé de la ville, le Musée des Pêcheries est fait pour toi.

3, quai Capitaine Jean Recher – 76400 Fécamp.
Ouvert tous les jours de 11h à 17h30 (19h en été)
Tarifs : 7€ (tarif réduit : 4€)

Aux pieds du musée se trouve le Marché aux Poissons et là, après la visite du musée, rien de mieux et de plus local que de faire une dégustation de fruits de mer, vue sur le port. J’ai trouvé cette petite parenthèse gourmande absolument géniale. Le genre de détail qui te plonge immédiatement dans l’ambiance locale, histoire de prendre le pouls de la ville.
Assis sur une petite table jaune face au port, témoins du va-et-vient des bateaux, on s’est régalé d’un savoureux plateau de crevettes, pinces de tourteaux, harengs fumés, bulots… Pour profiter au mieux ton escapade à Fécamp, laisse-toi tenter et régale-toi !

2, rue du Commandant Riondel – 76400 Fécamp.

.

.

.

.

LE PORT, LA PLAGE ET LES FALAISES

Où que tu sois à Fécamp, tes pas te porteront naturellement vers le port et la plage. Je crois que le port est un des endroits que je préfère à Fécamp ! Ces tons bleus déclinés à l’infini, c’est tellement beau.

.

.

.

.

Après avoir longé les bassins, observé les marins et les plaisanciers, j’adore me promener sur les petites estacades en bois qui mènent jusqu’aux phares. Ces petits passages au-dessus de l’eau sont juste trop craquants et c’est le spot idéal pour avoir une belle vue sur les falaises, sur la mer, sur le port et sur le Cap Fagnet. C’est un des lieux que j’ai trouvé le plus apaisant et, pour moi, la balade sur ces petites passerelles de bois, c’est un incontournable de Fécamp ^^

.

.

.

.

.

Sur la Côte d’Albâtre, les plages ne sont pas faites de sable mais de galets. Fécamp, comme Étretat, n’échappe pas à la règle. Ça donne un côté encore plus sauvage et plus minéral qu’une plage de sable, et entendre les galets crisser sous nos pas, c’est pour moi tout aussi dépaysant que de marcher pieds nus sur du sable chaud. Et si tu fais une petite balade sur la plage, tu seras irrémédiablement attiré par le charme des belles falaises. Si tu t’en approches, attention aux éventuelles chutes de pierres, mais n’oublie surtout pas d’en prendre plein les yeux car c’est juste magnifique.

.

.

.

.

.

.

SORTIE EN MER TOUTES VOILES DEHORS !

Une super activité à faire à Fécamp, c’est la sortie en mer sur un vieux voilier, grâce à l’AFDAM, une association qui propose des croisières de 2 à 4 heures. Aventure garantie !

Sortie en mer “Au gré des vents” (tarif adulte entre 28€ et 49€), réservation à l’Office du Tourisme.

.

.

.

.

Je vais pas te mentir, j’ai vomi tripes et boyaux par-dessus bord. Voilà qui est dit, je suis un piètre marin. Renaud disait « C’est pas l’homme qui prend la mer, c’est la mer qui prend l’homme ». Moi, elle m’a pris tout ce que j’avais dans l’estomac… Ce n’est pas la première fois que je prenais le bateau, mais bien la première fois que je montais dans un voilier. Entre deux haut-le-cœur, je me disais que j’adorais la mer, ça oui… mais vue depuis le terre ferme ! Bon, il faut quand même être honnête : pendant que je retapissais la coque du bateau, j’ai tout de même pris soin de lever les yeux et d’observer le paysage autour de moi. C’était magique ! Ça valait bien quelques nausées. Voir les falaises depuis la mer, c’est une vision tellement marquante que je n’ai pas regretté d’avoir mis les pieds sur ce bateau. Car vu de la mer, Fécamp, ça donne ça :

.

.

.

Vu que je me sens un peu fébrile, m’en veux pas,
mais on va prendre la direction de la terre ferme, histoire de reprendre un peu mes esprits.

.

.

.

FÉCAMP, CÔTÉ TERRE

.

On y pense peut-être pas mais Fécamp, c’est la première capitale de Normandie ! Elle a porté ce titre pendant presque un siècle avant que Guillaume le Conquérant ne nomme Caen à la tête de son territoire. L’influence et le rayonnement de Fécamp ne s’étendaient pas uniquement sur les mers, mais aussi sur la terre ferme.

.

.

.

.

L’ABBATIALE DE LA TRINITÉ
ET LES RUINES DU PALAIS DUCAL

Et l’édifice le plus emblématique de ce Fécamp rayonnant, c’est sa grande abbatiale. À peine son porche passé, on est impressionné par les dimensions de la nef. Le regard est attiré vers le fond (127 mètres de longueur, tout de même), puis vers le haut avec des voûtes hautes de 40 mètres et l’envolée de sa tour lanterne qui culmine à 65 mètres. Remaniée au cours des siècles, l’abbaye de style gothique conserve néanmoins des traces des chantiers successifs, du Xe au XVIe siècle.

.

.

.

.

Mais l’abbatiale abrite également une relique faisant l’objet d’un pèlerinage depuis plusieurs siècles : le Précieux Sang. Selon la tradition, à la crucifixion du Christ, Nicodème et Joseph d’Arimathie réussissent à conserver dans de petites fioles quelques gouttes du sang du Christ. Recherchés par les Romains, ils décident de cacher les fioles dans du bois de figuier qu’ils jettent ensuite à la mer. Le bois aurait circulé jusqu’aux côtes fécampoises. Fait avéré ou légende locale, c’est tout de même une bonne occasion d’aller visiter l’abbatiale et d’en apprendre davantage sur les histoires locales.

.

Juste en face de l’entrée de l’abbatiale se dressent les ruines de l’ancien Palais Ducal datant du Xe siècle. C’était le lieu de résidence des premiers ducs de Normandie quand Fécamp était leur capitale. Ces ruines en plein centre-ville, c’est le détail qui fascine, car personnellement, les ruines, c’est pour moi le feu vert laissé à l’imagination. J’y vois toute une série d’histoires et de personnages… ah si les pierres pouvaient parler.

.

.

.

L’accès y est règlementé mais l’Office du Tourisme
propose régulièrement des visites du site.

.

.

.

.

LE CAP FAGNET : DES BUNKERS
ET UN HÔPITAL MILITAIRE

Comme la plupart des villes côtières normandes, Fécamp n’a pas échappé à la construction de fortifications allemandes sous l’Occupation. Au sommet du Cap Fagnet, point le plus haut de la Côte d’Albâtre, se dressent plusieurs bunkers qui faisaient partie du “Mur de l’Atlantique”.

.

.

Dans l’œil d’un bunker, Fécamp.

.

.

.

Je n’étais jamais entré dans un bunker et ça a été une visite fascinante. Mon Dieu que c’est triste et glaçant à l’intérieur ! Quand tu apprends que, en temps de crise, une douzaine de soldats pouvaient dormir presque entassés dans une pièce de 8m² sans fenêtre ni aération, que le soldat en charge de monter la garde à l’entrée du bunker était posté dans une mini pièce fermée de l’extérieur… ça te plonge illico dans une des périodes les plus sombres de notre histoire moderne. On a tous vu des films, des séries, des récits… mais rien n’est aussi prenant et marquant qu’une visite dans ces lieux chargés.

.

.

.

.

Le Cap Fagnet est visité pour deux raisons :
– Les Bunkers
– Son sublime point de vue sur les falaises

.

.

Franchement, quand on arrive au-dessus, là où il culmine à 105 mètres, le panorama est juste magique ! Face à toi, la mer qui semble sans limite, à droite l’alignement infini des falaises, à gauche le port de Fécamp et la vue sur la côte jusqu’à la falaise d’Amont à Étretat ! Là-haut, c’est la bouffée d’air iodé doublé d’une vue incroyable. Là-haut, tu oublies tout et tu déconnectes à fond !

.

.

.

.

.

.

Depuis le parking du Cap Fagnet, un petit sentier te mène vers un site absolument surprenant. En arpentant le chemin bucolique et apaisant en sous-bois, tu découvres d’autres bunkers cachés et tombes devant une entrée dans la roche qui passerait presque inaperçu. C’est l’Hôpital Militaire Allemand. Enfin, le supposé hôpital car rien n’a permis de certifier que c’était bien le but du site. Là aussi, la visite n’est possible qu’en visite guidée via l’Office du Tourisme.

Tenu secret par les Allemands, le site a été découvert en 1990 ! Sous terre, des galeries creusées dans la roche calcaire, des grandes salles, une ambiance particulière… Un site vraiment étonnant !

.

.

.

.

.

.

UN DOUX PARFUM DE BÉNÉDICTINE

Grandiose, somptueux, magique… On hésite souvent entre les grands superlatifs pour décrire le Palais Bénédictine. Les formes élancées de sa toiture, ses tours et ses flèches, font partie de la skyline fécampoise et permettent de situer le palais de loin. On croirait se trouver face à un incroyable château où aurait logé un richissime héritier, on s’imaginerait facilement que ce lieu aurait été une résidence royale. Il n’en est rien. Le Palais Bénédictine, ce n’est même pas un lieu d’habitation, ce n’est “que” le lieu de production de la Bénédictine, la célèbre liqueur de Fécamp.

.

.

.

.

Une succession de salles aussi différentes qu’impressionnantes, une collection de serrures et de clés absolument fascinante, des livres et parchemins sauvés de la bibliothèque de l’Abbatiale à la Révolution dont le plus ancien date de 1006, une salle gothique dont le toit, en bois, a été réalisé par des pêcheurs et se présente comme une coque de bateau retournée, des vitraux somptueux… Un régal pour les yeux. Fécamp abrite un joyau d’architecture !

.

.

.

.

Extérieurement et intérieurement, le palais est si grandiose et époustouflant qu’on en oublie sa fonction première : la production de Bénédictine. Il est l’œuvre d’Alexandre Le Grand (pas celui venu de Macédoine, hein) qui voulait un écrin somptueux comme lieu de production de sa liqueur et le palais est sa plus belle vitrine.

La Bénédictine est à la base une mixture créée par un moine bénédictin de l’Abbatiale de Fécamp au XVe siècle, une boisson supposée guérir différents maux. Le livre de recettes des moines ayant été perdu à la Révolution, la boisson est tombée dans l’oubli. Quand Alexandre Le Grand retrouve dans le grenier familial le grimoire du moine bénédictin, il voit immédiatement le potentiel d’une recette au milieu des autres. Il l’arrange, la modifie, la transforme en liqueur… et la grande aventure de la Bénédictine peut enfin commencer !

La production de la liqueur nécessite pas moins de 27 épices différentes (thé noir, cannelle, cardamone, vanille…) ainsi que du miel. Et d’ailleurs, le Palais est le seul lieu où peut être produite la Bénédictine.

.

.

.

.

Le Palais se visite en visite libre ou en visite guidée. Pour avoir testé les deux, je recommande plutôt la visite guidée sinon tu passes à côté de plein de choses dans la visite libre. Le palais est vraiment riche architecturalement et la partie production (caves, distilleries etc) ne sont accessibles qu’en visite guidée. Et puis, la Bénédictine, c’est une success story française, un alcool qui a conquis le monde entier, le produit d’un homme visionnaire et résolument moderne, du coup c’est quand même bien de découvrir toute l’histoire.

En plus, à la fin de la visite, tu as droit à une dégustation : la Bénédictine originale ou en version cocktail, à toi de faire tes choix et de t’asseoir sous la belle verrière du salon de thé. Si tu es gourmand (comme moi, mais chut), tu peux même te laisser aller à la découverte des madeleines ou de la tartelette aux pommes aromatisées à la Bénédictine.

.

.

.

Palais Bénédictine
110, rue Alexandre le Grand – 76400 Fécamp
Tarif adulte : 12€
Plus d’information sur leur site internet.

.

.

.

.

FÉCAMP AU GRÉ DES RUES

Mais ne pars pas de Fécamp sans te promener dans ses rues ! Je te disais plus haut que Fécamp a été la première capitale de Normandie. Encore plus fascinant, la ville n’était qu’une petite bourgade quand elle est occupée par les Vikings comme le reste de la Normandie. Des Vikings sanguinaires assagis dont les descendants deviendront les premiers ducs de Normandie. Franchement, si avec ça, ta curiosité n’est pas piquée et t’as pas envie d’aller voir Fécamp de plus près, je comprends pas 😉

L’Office du Tourisme a créé une application, Fécamp Discovery, qui avec quatre circuits, te permet de découvrir la ville. Je m’en suis inspiré mais mon côté électron libre m’a mené totalement ailleurs.

.

.

.

.

Ce que j’ai aimé à Fécamp, c’est la variété des styles architecturaux. Outre les maisons de pêcheurs en briques rouges, tu pourras observer les façades d’habitations faites de silex, la pierre locale, voir de jolies maisons à pans de bois, de vieilles portes, de beaux calvaires… Quand tu visites la ville, il ne faut pas rester autour du port, mais prendre le temps de venir se balader dans les rues autour de l’abbatiale et de visiter la superbe église Saint-Étienne.

Voilà, Fécamp se laisse découvrir doucement, discrètement, mais te laissera une empreinte, là dans un coin de tes souvenirs. C’est quand même beau la Normandie <3

.

.

.

Et voilà, notre balade à Fécamp se termine ici,
j’espère que ça t’a plu 🙂

.

.

.

FÉCAMP PRATIQUE

Si tu es convaincu que Fécamp est ta prochaine destination de weekend,
voici quelques conseils qui peuvent t’être utiles 🙂

.

.

.

.

OÙ MANGER ?

Parce que visiter, c’est super,
mais visiter le ventre plein, c’est encore mieux,
voici quelques bonnes adresses :

.

Je te parlais plus haut du Marché aux Poissons. J’ai trouvé que c’était une parfaite introduction à mon séjour à Fécamp, je me suis régalé. Idéal pour un apéro entre amis ou pour couper la faim !

2, rue du Commandant Riondel – 76400 Fécamp.

Le Vicomté est un super restaurant où tu seras accueilli chaleureusement. On sent que les produits sont frais et les plats préparés avec soin. Un excellent repas !

4 Rue du Président René Coty – 76400 Fécamp

Le Barbican est une très bonne adresse. Les clients de la table d’à côté disaient que c’était le meilleur restaurant de Fécamp. C’était vraiment très bon pour un prix vraiment correct.

97 Quai Berigny – 76400 Fécamp

.

.

.

.

OÙ DORMIR À FÉCAMP ?

Si tu cherches un endroit douillet, chaleureux et accueillant pour rendre ton séjour à Fécamp encore plus mémorable, voici l’adresse que tu vas adorer : La Mouette sur le toit.

J’ai adoré cette chambre d’hôtes : d’une part car tu poses tes valises dans une maison de la fin du XIXe siècle, et ça c’est top ! D’autre part, car c’est décoré avec goût, car tu es super bien accueilli, car le lit est hyper confortable, car le petit déjeuner est fait maison et délicieux (brioche et gâteau au chocolat faits maison, framboises du jardin…) et car c’est la chambre d’hôtes que t’aimerais pouvoir réserver à chacune de tes escapades !

.

.

.

En plus, tu seras situé dans une rue calme,
à deux pas du port et des deux super restaurants dont je te parle ci-dessus.

.

La Mouette sur le toit
26, rue Félix Faure – 76400 Fécamp
Réservations et informations sur son site internet
Vous pouvez même suivre la mouette sur Facebook et Instagram

.

.

.

.

COMMENT VENIR À FÉCAMP ?

Fécamp est accessible en train (sur la ligne Paris-Le Havre, correspondance à Bréauté), par bus (navette entre Fécamp et Le Havre via Étretat), par voie cyclable et par la route. En plus, la plupart des parkings de Fécamp ont gratuits, idem pour les camping-cars !

.

Plus d’information via l’Office du Tourisme
Quai Sadi Carnot – 76400 Fécamp

.

.

.

Cet article a été réalisé en partenariat avec Fécamp Tourisme,
tous les choix éditoriaux et les opinions exprimées dans cet article me sont propres.

Un énorme merci à toute l’équipe de l’Office du Tourisme pour leur accueil,
les Fécampois pour leur gentillesse,
Uli pour ses visites guidées passionnantes,
Aurélie pour l’organisation de ce weekend parfait,
Alice de La mouette sur le toit pour son accueil chaleureux.

.

You Might Also Like...

10 Comments

  • Reply
    tania
    24 septembre 2018 at 18 h 48 min

    euh on va commencer par les bonnes choses, merci pr ce chouette article j ai envie de dire comme d habitude
    j avoue humblement que je ne m’étais jamais encore essayé au cas de Fécamp jamais j me dis ah j irais bien à Fécamp ça doit être top
    et là tu interviens
    ce qui fâche c est que tu sais qu il y a seulement 52 we par an et que j ai fais voeu dans les années à venir de peu voyager, comment choisir hein parmi toutes ces destinations que tu présentent sur ton blog
    hein comment résiister ????????

    • Alexis
      24 septembre 2018 at 19 h 32 min

      Merci Tania, on pourra en discuter la prochaine fois qu’on ira prendre un verre ^^
      Content d’avoir pu te faire découvrir Fécamp 🙂

  • Reply
    Catherine Gauthier
    25 septembre 2018 at 8 h 11 min

    Bonjour, je suis nouvellement installée sur Fecamp et il est vrai que cette ville surprenante gagne à être connue. Personnellement, j’ai découvert l’arrière-pays fecampois et suis tombée sous le charme de tout ce paysage vallonné et verdoyant. Bravo pour cet article. Catherine

    • Alexis
      25 septembre 2018 at 8 h 15 min

      Bonjour Catherine, Je ne connais pas encore l’arrière-pays mais j’en ai entendu beaucoup de bien. En tout cas, merci pour votre commentaire. Alexis

  • Reply
    MYRIAM DUPONT
    25 septembre 2018 at 19 h 37 min

    J’ai également séjourné chez Alice, La Mouette sur le toit, en juillet. En famille, ce séjour a été inoubliable de douceur, de confort et de convivialité. A recommander absolument pour courts ou longs séjours

  • Reply
    Annabelle Fréchette (@MatanteA)
    26 septembre 2018 at 2 h 26 min

    Ton article sent la mer, le hareng et l’Histoire à la puissance 1000! Tout ce que j’aime! 😉

  • Reply
    Paule-Elise
    2 octobre 2018 at 17 h 30 min

    Cool, cette balade, ça donne bien envie ! De l’histoire, la mer, de l’alcool fort… le bonheur ! Et bravo d’avoir réussi à prendre des photos sur le bateau alors que tu étais malade 😉 Très courageux à toi !

    • Alexis
      2 octobre 2018 at 17 h 31 min

      C’est que j’ai le sens du dévouement ^^
      Merci pour ton commentaire 🙂

  • Reply
    Itinera Magica
    6 octobre 2018 at 16 h 03 min

    Toujours un vrai bonheur de te lire. L’histoire des pêcheurs de terre-neuve est passionnante et tes photos captent si bien l’atmosphère, le palais Bénédictine me fait rêver (il est tellement beau !!!),et évidemment la côte, les falaises, les églises gothiques… tout ce qu’on aime en Normandie. J’adore !

    • Alexis
      6 octobre 2018 at 16 h 18 min

      Merci Alexandra. Je ne peux que partager ton engouement pour la Normandie, c’est tellement beau 🙂

Qu'en pensez-vous ? Laissez un commentaire :)

%d blogueurs aiment cette page :