L’île de La Graciosa, c’est un peu Lanzarote en miniature, avec des volcans, des étendues de roches volcaniques ou de sable, aucune végétation, l’impression d’y être seul au monde dans un environnement désert. Elle n’est pas bien grande, à peine 27 km² de superficie, mais elle ne manque pas de mordant et d’intérêt. L’avantage, c’est que tu peux en faire le tour à pied en une journée et que tu passeras par tout un éventail de couleurs et d’ambiances qu’on ne s’attend pas à trouver sur une si petite île.

.

.

.

.

EN BATEAU POUR LA GRACIOSA

Pour te rendre à La Graciosa,
il te faudra te rendre tout au nord de Lanzarote
et prendre un bateau dans le petit port d’Orzola.
.

Quitter le port d’Orzola au lever du jour.

.

.

.

Orzola, c’est un petite ville côtière toute paisible dont le port est en partie rythmé par les va-et-viens des bateaux entre Lanzarote et La Graciosa. Et pour aller à La Graciosa justement, je m’étais levé tôt pour prendre le premier bateau. Depuis mon siège, je voyais défiler le paysage, tout juste enrobé de la délicieuse teinte dorée des premiers rayons de soleil.

.

.

.

Lever de soleil sur Lanzarote.

.

.

.

Une trentaine de minutes plus tard, je pose les pieds à Caleta de Sebo, le plus grand village de l’île. Ici, on se sent tout de suite ailleurs, les rues sont en sable et le calme y est royal. Longtemps l’unique village de l’île, Caleta de Seba doit depuis quelques années partager ce privilège avec Pedro Barba plus au nord. Mais rien ne semble détrôner Caleta qui concentre les commerces, le port et les 90% des habitants de l’île (environ 700 personnes).

.

.

.

.

.

.

RANDONNÉE SUR LA GRACIOSA

.

Je ne traîne pas à Caleta de Sebo. Poussé par la quiétude des lieux et l’envie de me plonger dans une balade au calme et loin de la foule, je me lance sur ce qui s’apparente à un sentier. Quelques mètres hors du village et j’entrevois déjà tout un tas de signes que la journée sera belle et riche en découvertes.

.

.

.

.

.

Il n’y a pas grand monde ici. En étant arrivé avec le premier bateau, j’évitais les flots de touristes et de randonneurs à la journée (comme moi) qui débarqueront un peu plus tard. Sur le bateau, je me suis juste retrouvé avec un groupe de surfers venus profiter des vagues de certaines plages de l’île. À Caleta de Sebo, seule une sorte de boulangerie semblait déjà ouverte sinon tout est fermé. Du coup, sur le sentier, pas âme qui vive ! Un vrai bonheur quand, comme moi, on cherche un endroit où se retrouver un peu seul voire complètement seul. Ici, le silence n’est brisé que par le son des vagues ou celui du vent, léger mais présent. Alors, je marche, je profite, je prends tout le calme que me donne cette île et j’admire le décor, rien que pour moi.

.

.

.

.

.

.

Ce qui est assez fantastique avec La Graciosa, c’est que l’île est petite mais qu’elle concentre une variété de couleurs et d’ambiances assez extraordinaire. Dans le sud de l’île, il y a du sable, au centre de l’île – plus volcanique – arbore un sol recouvert de pierres et de petites roches quand, au nord, on a de belles plages de sable blanc. C’est donc plutôt plaisant de randonner sur La Graciosa car on découvre toujours quelque chose de beau et de surprenant.

.

.

.

.

.

Enfin, j’arrive à la côte, de l’autre côté de l’île.
Ici, les plages de sable sont beaucoup plus rares,
remplacées par des étendues de pierres volcaniques.
Mais le décor est somptueux et apaisant.

.

.

.

.

.

Je reprends la route et je croise de plus en plus de gens. Arrivé à une intersection, indiquant le chemin retour vers Caleta de Sebo, je vois que l’île se remplit petit à petit. Les petits groupes de promeneurs sont là et filent tous vers le sud. J’ai bien fait d’arriver tôt pour profiter du sud de l’île sans personne, maintenant je fais cap au nord. J’emprunte la “route” menant à Pedro Barba. Ici aussi, le décor a changé.

.

.

.

.

.

.

Avant Pedro Barba, je change de direction, le village ne m’intéresse pas. Ce que je veux, c’est la pointe nord de l’île. M’attendant à y trouver le même décor qu’au sud, je suis rapidement entouré d’une belle étendue de sable blanc. Et toujours personne à l’horizon.

.

.

.

.

.

.

Je suis complètement tombé sous le charme de cette partie de La Graciosa. C’est paisible et tellement beau. Mais les surprises et les coups de cœur s’enchaînent. Après le sable blanc, les roches volcaniques sculptées par l’érosion. Cette île est vraiment superbe !

.

.

.

.

.

Dans cette partie-là, je ne croise presque personne.
J’aurai quasiment eu l’île entière rien que pour moi pendant toute une journée.
L’heure tourne, je continue en direction de la pointe nord de La Graciosa.

.

.

.

.

Ça y est, j’y suis.
J’ai pas envie de quitter La Graciosa,
cette île est trop belle !

.

.

.

.

.

CONCLUSION : QUE PENSER DE LA GRACIOSA ?

.

Faut-il aller à La Graciosa ? Pour moi, la réponse est oui, sans hésitation. L’île est un vrai condensé de paysages étonnants et qui, pour moi, sont vraiment superbes ! Clairement l’île mérite d’y passer au moins la journée.

.

.

.

.

J’ai adoré ses criques secrètes, sa magnifique plage de sable blanc, ses étendues de pierres volcaniques, ses panoramas… Si Caleta de Sebo n’a selon moi aucun intérêt, le reste de l’île est vraiment dépaysant et de toute beauté.

.

.

.

.

LA GRACIOSA PRATIQUE
QUELQUES CONSEILS UTILES (OU PAS)

.
Mon premier conseil serait de débarquer sur l’île avec le premier bateau (départ de Orzola à 8h00). Tu éviteras la foule et pourras profiter, comme moi, de l’île en toute tranquillité.

.
Commence par le sud pour ensuite rejoindre le nord de l’île
: la plupart des plages se trouvent au sud donc c’est là que tous les touristes vont dès qu’ils arrivent sur l’île. Toi qui seras arrivé avant tout le monde, quand la foule ira vers le sud, tu remonteras tranquillement vers le nord que tu auras pour toi tout seul.

.

.

.

Pense bien à acheter de l’eau à Lanzarote la veille de ton départ. Si tu arrives avec le premier bateau, tu n’auras pas la possibilité d’en acheter. Et partir en randonnée sans eau, c’est une très mauvaise idée.

N’oublie surtout pas ta crème solaire (indice élevé). Il n’y a pas d’ombre sur La Graciosa, pas même un misérable arbre derrière lequel t’abriter. Rien. La crème solaire et une casquette seront tes meilleures amies.

Pense à bien prendre de l’argent liquide avant de venir à La Graciosa. Il semblerait qu’il n’y ait qu’un seul distributeur à Caleta de Sebo et il ne fonctionnait pas.

De même qu’il n’y a apparemment qu’une seule épicerie (où la canette de Fanta expirait en 2014 et où quelques fruits étaient moisis).

Si tu ne prévois pas de rester plusieurs jours sur place, achète directement ton aller/retour. Tu peux facilement perdre quelques précieux instants en caisse (si la caisse est toujours ouverte) lors de l’achat de billets pour la dernière navette vers Lanzarote (17h30 en heures hivernales, 18h00 en été).

.

.

.

C’est ici la fin de cette belle journée à la découverte de La Graciosa.
Tu en penses quoi de cette île ?
Si ça t’intéresses, n’hésite pas à lire les autres articles sur les Canaries.

.

.

.

4 COMMENTAIRES

    • ce sont vraiment des paysages étonnants, j’adore ces ambiances volcaniques et désertiques. laisse peut-être une chance aux Canaries 🙂

  1. Comme toujours j’adore tes photos, Alexis, une bouffée de beauté et d’évasion bienvenue… les lumières sont magnifiques, la photo de l’île vue de la mer en golden hour me fait rêver… Je ne connais pas Graciosa, je retiens <3

    • Merci Alexandra, tu es adorable !
      Si tu as aimé les paysages volcaniques islandais, tu devrais aimer les Canaries 🙂 Et la Graciosa pour être presque seule au monde ^^
      Merci de ton passage ici 🙂

Qu'en pensez-vous ? Laissez un commentaire :)