Randonner en pleine nature sans quitter les limites de la ville, tu penses que c’est impossible ? Laisse-moi te prouver le contraire. Ville ne devrait pas signifier absence de nature et malheureusement l’urbanisme et la nature semblent difficilement cohabiter dans nos agglomérations modernes. Combien de villes de plus de 100 000 habitants peuvent prétendre offrir un chapelet de collines verdoyantes et indomptées aux portes d’un centre historique ? Combien de villes laissent la possibilité d’arpenter des kilomètres de sentiers balisés pour profiter d’une jolie randonnée au vert sans même quitter les limites de la ville ? Ce n’est pas pour rien que Besançon est régulièrement classée première ville verte de France : autour du centre historique, des collines boisées offrent un décor peu commun, propice aux promenades, et la forêt à tendance à ceinturer la ville.

Souvent les points de vue sont au rendez-vous et promettent de belles découvertes. Je te propose donc aujourd’hui une sélection de 6 randonnées nature tout en restant dans Besançon : on y découvrira de remarquables belvédères, des collines boisées, des vestiges de l’activité viticole de la ville ou encore de nombreuses fortifications militaires. Comme tu le verras, Besançon a bien plus à offrir à ses visiteurs que son magnifique centre historique et son imposante citadelle Vauban. Les panoramas te laisseront entrevoir la vieille cité comtoise dans un formidable écrin de nature. Parfois on y verra, au loin, les tours des immeubles, mais bien souvent la ville sera loin. Loin derrière les collines, loin derrière les milliers d’arbres.

Depuis le fort de Bregille, vue sur la Citadelle de Besançon surplombant le centre historique. Comme tu le vois, la nature est là, aux portes de la vieille ville.

.

.

.

Sur la carte ci-dessous,
tu trouveras les 6 randonnées que je te propose de découvrir dans cet article,
au cœur de l’agglomération bisontine.
.

.

ALLEZ, C’EST PARTI,
PARTONS RANDONNER À BESANÇON !

.

.

.

.

LE FORT MILITAIRE DE BREGILLE
& LE GRAND DÉSERT

.

Bordant la vieille ville et les rives du Doubs, la colline de Bregille, toute boisée, est un bon point de départ pour quelques randonnées. À son sommet, un fort militaire mais surtout une vue imprenable sur la citadelle et la vieille cité.
.

.

Vue sur la Citadelle depuis le Fort de Bregille.

.

.

En 1814, quand les puissances étrangères envahissent la France de Napoléon, Besançon est assiégée pendant 4 mois. À la suite du conflit, on repense la défense des villes de l’Est. Le Fort de Bregille est construit de 1820 à 1832 et permet d’élargir le périmètre défensif de la ville.

.

.

Vue sur le centre historique de Besançon, Fort de Bregille.

.

.

Maintenant que les présentations sont faites, commençons à marcher !
À droite du fort, un petit sentier t’emmène
jusqu’au Grand Désert en passant les anciens glacis du fort.
.

.

.

Au bout de quelques minutes, le chemin se sépare :
si tu pars à gauche, tu t’enfonces dans les glacis,
si tu pars à droite, tu continues jusqu’au grand désert.
Prenons à droite pour le moment, on prendra l’autre chemin au retour.
.

Point de vue improvisé sur la citadelle depuis le chemin menant au Grand Désert.

.

.

.

Qu’est-ce que le Grand Désert ?
Un désert ? À Besançon ? Ce n’est pas un désert à proprement parler, simplement une clairière de rocailles inattendue au milieu des arbres sur le sommet d’une colline toute boisée.
.

.

.

.

.

Au Grand Désert, la randonnée se poursuit à travers les bois des Monts de Bregille jusqu’à un belvédère sur les ruines d’un ancien château féodal. Ensuite, retour au point de départ. Rappelle-toi, je t’avais parlé d’une bifurcation au niveau du sentier. Cette fois-ci, si tu as le temps, tu peux reprendre le chemin le long des glacis et emprunter le chemin de gauche. La végétation y est volontairement laissée sauvage ce qui donne une impression d’être dans un lieu inconnu. Or, c’est un sentier utilisé tous les jours par les randonneurs et les joggeurs. Ce sentier contourne le fort et te ramènes direct au niveau du parking.
.

.

.

.

Pour faire cette randonnée :
>> https://www.visorando.com/randonnee-le-grand-desert/

Venir au fort de Bregille :
>> Si tu as une voiture, tu peux te garer devant le fort
(80 Chemin du Fort de Bregille, 25000 Besançon)
>> Si tu viens à pied : tu peux venir depuis le centre historique.
Un sentier est accessible au niveau du 11 Chemin du fort de Bregille)
>> En bus : ligne 10, arrêt Fabre, puis redescendre quelques pas pour récupérer le sentier.

.

.

.

.

LES FORTIFICATIONS DE BESANÇON

Avec cette randonnée au départ du centre historique, c’est une plongée dans l’histoire militaire et les paysages de la ville qui t’attend, à la découverte de l’enceinte fortifiée de Besançon : des remparts, des tours bastionnées, des forts militaires du 19ème siècle, les anciennes portes… en profitant de panoramas remarquables sur la ville et de promenades bucoliques sur les rives du Doubs.

D’ailleurs, la balade commence par un adorable chemin en bordure du Doubs, une parfaite mise en jambe pour découvrir la ville dans son écrin de nature.

.

.

.

.

.

Par un petit escalier, tu remontes en direction du Fort de Chaudanne, un autre fort construit au 19ème siècle pour parfaire la défense de la ville mise à mal lors du siège de 1814. Le fort actuel est construit de 1841 à 1845 et fait face au fort de Bregille situé en face, de l’autre côté de la citadelle. Depuis le Fort, un beau belvédère sur la vieille ville et sur la Citadelle.

.

.

La Citadelle vue depuis le Fort de Chaudanne.

.

.

3 COLLINES DE BESANÇON
À MONTER ET DESCENDRE :
UNE RANDONNÉE QUI JOUE
AUX MONTAGNES RUSSES.

C’est parti pour une belle et paisible redescente vers les rives du Doubs à travers les bois et les hameaux de ce quartier résidentiel. Une fois le Doubs traversé, tu entameras la deuxième montée, celle du Mont Saint-Etienne où trône la Citadelle. Un détour de quelques mètres te donnera accès à un autre joli point de vue avant de redescendre au bord de la rivière. Ne manque pas de jeter un œil à la Tour Charles Quint, au-dessus de la Porte Taillée, qui veille sur l’entrée de la ville depuis le 16ème siècle.

.

Derrière la Citadelle, autre joli point de vue sur Besançon, la vallée du Doubs et la colline de Chaudanne.
Tour Charles Quint au-dessus de la Porte de la ville taillée à même la roche.

.

.

.

Troisième montée : tu remontes doucement vers le fort de Bregille que je t’ai présenté dans la randonnée précédente, je vais donc passer directement à l’étape d’après, un troisième fort militaire dominant la ville : le fort de Beauregard.

.

.

.

.

.

La lunette d’Arçon construite en 1791 se révèle trop fragile lors du siège de 1814. Il est donc décidé de la remanier pour la transformer en fort militaire entre 1845 et 1870. Ce fort de Beauregard porte tout de même bien son nom, la vue sur la vieille ville est magnifique.

.

.

Le quartier capitulaire, la cathédrale Saint-Jean et la colline de Chaudanne.
Jolie vue sur la Citadelle et la ville historique.
Accès au fort de Beauregard, bucolique et romantique.
Vue sur Besançon depuis le fort de Beauregard.

.

.

.

Une fois la ville contemplée, il est temps de reprendre la marche. Du fort de Beauregard, tu redescends de la colline par une série d’escaliers. Tu passes la passerelle au-dessus du Doubs, jettes un œil à la tour bastionnée et la porte Rivotte et entames une nouvelle montée par les escaliers qui mènent à la citadelle.

.

.

.

.

.

Le tracé de la randonnée passe devant le monument sans y entrer. Si ce n’est pas encore faire, tu peux y passer quelques heures pour visiter la Citadelle. Sinon, continue ton chemin pour redescendre le long des remparts. Petit coucou à la Tour Notre Dame, construite par Charles Quint sur les vestiges d’une tour médiévale, modernisée par Vauban.

.

.

.

.

Pour faire cette randonnée :
>> https://www.visorando.com/randonnee-les-fortifications-de-besancon/

.

.

.

.

NOTRE-DAME DE LA LIBÉRATION
& LES GROTTES SAINT-LÉONARD

Voici une randonnée qui te mènera à Chapelle des Buis, un hameau de Besançon sur les hauteurs de la ville derrière la citadelle. Sur cette randonnée, plein de lieux étonnants à découvrir : une grotte, des points de vue, une crypte, une voie romaine, de vieux forts militaires… au cœur d’une jolie nature verdoyante aux portes de la ville. Je te propose de faire le sentier entièrement à pied depuis le centre historique. Tu commenceras ta randonnée par le point de vue derrière la citadelle évoqué dans la randonnée précédente (informations ci-dessous). Ensuite, tu montreras tranquillement sous les arbres dans ce quartier paisible de la ville, jusqu’aux grottes Saint-Léonard.

.

.

Entrée de la grotte Saint-Léonard.

.

.

.

Une grotte de 110 mètres de long, derrière la Citadelle, en bordure de falaise ! En fait, il n’y a pas une grotte mais deux : une grotte dite inférieure qui abrite plusieurs colonies de chauves-souris et qui, pour cette raison, est fermée au public ; et une grotte dite supérieure qui, elle, peut se visiter. Si l’accès ne présente aucun risque, il est fortement déconseillé de s’aventurer trop loin dans la grotte : la pente y est de plus en plus marquée et le sol fait de pierre polie par le temps est glissant.

.

.

.

.

Et en repartant, ne pas manquer
le joli point de vue sur la vallée du Doubs en amont de Besançon.
.

La vallée du Doubs entrant dans Besançon.

.

.

Reprends la route à travers champs et forêts pour arriver, à Chapelle des Buis, un hameau situé sur les hauteurs de la ville, derrière la citadelle.

La chapelle est construite au XIXe siècle sur le site d’une occupation chrétienne du Ve siècle, d’un ancien ermitage du XIIIe siècle puis d’une première chapelle du XVIIe siècle. En poursuivant ton chemin, tu arriveras à un autre fort militaire du 19ème siècle, le fort de l’Est des Buis, transformé aujourd’hui en lieu de mémoire et de commémoration. D’abord, il y a cette statue de la Vierge portant le Christ : en 1944, à la veille de la libération de la ville, l’archevêque de Besançon fait le vœu de faire construire sur la colline de la chapelle Notre-Dame-des-Buis une statue de la Vierge si la ville échappait à la destruction. Besançon a été libérée en subissant très peu de dommage, l’archevêque tint sa promesse et fit construite Notre-Dame de la Libération.

Rio de Janeiro a son Christ rédempteur, Besançon a sa Vierge libératrice, le regard posé sur la Citadelle et la vieille ville, comme une mère protectrice.

Sous la statue, tu ne dois pas manquer la crypte. Au début du XXe siècle, les forts du Mont des Buis sont déclassés par l’armée et abandonnés. Le fort de l’Est des Buis sera acquis par le Diocèse de Besançon en 1946 qui y fera construire une crypte à la mémoire des 5500 victimes civiles et militaires du diocèse (Doubs, Haute-Saône et Territoire de Belfort) au cours de la Seconde Guerre Mondiale, sans distinction de religion.

.

.

.

L’autre intérêt du site, c’est cette vue peu connue
sur la Citadelle, vue de dos, et sur Besançon.
.

Depuis Chapelle des Buis, la citadelle vue de dos.
Depuis Notre-Dame de la Libération, vue sur la Citadelle et Besançon.

.

.

Pour faire cette randonnée :
>> https://www.visorando.com/randonnee-chapelle-des-buis-notre-dame-de-la-liber/

S’y rendre sans voiture depuis le centre historique :
>> Tu peux commencer la randonnée
au niveau du point n°5 de la randonnée précédente (lien visorando)
au niveau des Chemin de la Petite Creuse et Chemin de la Grande Creuse.

.

.

.

AU SOMMET DU ROSEMONT :
LA COMBE DES ŒILLETS ET LES CABORDES

.

Le Rosemont, c’est une autre colline boisée de Besançon, et peut-être une des plus fascinantes. Depuis sa corniche, la jolie vue s’étend sur la ville moderne, la vallée du Doubs et les monts du Jura. Mais outre la vue et un fort militaire, cette colline te fait découvrir une facette méconnue de la ville de Besançon : son ancienne activité viticole. Jusqu’à la fin du 19e siècle, toutes les collines vertes de Besançon n’étaient pas boisées mais couvertes de vignes. En témoignent les jolies cabordes, cabanes de vignerons en pierres sèches, que tu retrouveras sur cette randonnée et la suivante.

.

.

.

.

.

L’activité viticole a laissé place à l’agriculture. Le long de ce sentier, tu traverseras des jardins, des vergers, des champs et des paysages de campagne. On est pourtant au cœur de la capitale comtoise. J’adore cette randonnée qui te plonge dans un tout autre univers, un côté plus rural de Besançon qui mélange son côté urbain avec son identité nature. Arrivé au sommet, la ville moderne réapparaît avec ses immeubles et ses tours.

.

.

.

.

Et il y a cette vue sur la vallée du Doubs !
Balade courte mais dépaysante.
.

Panorama sur la vallée du Doubs depuis le Rosemont, Besançon.

.

.

Pour faire cette randonnée :
>> https://www.visorando.com/randonnee-la-combe-des-illets/
>> https://www.visorando.com/randonnee-les-cabordes-du-rosemont/

S’y rendre sans voiture depuis le centre historique :
>> Prendre le tramway T1 ou T2 au centre-ville (Chamars ou Révolution)
puis descendre à l’arrêt Rosemont. Continuer ensuite sur Chemin de Chamuse
pour retrouver le sentier

.

.

.

.

LA CÔTE DE PLANOISE

Mont le plus éloigné du centre historique de Besançon, la colline de Planoise se trouve à l’extrémité sud-ouest des limites communales. Ici aussi, une jolie grimpette dans les bois pour découvrir d’anciennes cabordes vignerones, un fort militaire ainsi qu’une jolie vue sur les collines bisontines.

.

.

Panorama sur les collines bisontines depuis le Fort de Planoise.

.

.

Sur l’esplanade du belvédère se trouve le fort Moncey, dit fort de Planoise.
Construit entre 1877 et 1892, il est un autre témoin
du besoin de défendre la frontière Est de la France.
.

.

.

.

En repartant, le sentier repart au milieu des arbres, à l’ombre des belles forêts bisontines. Sur ta route, ne manque pas les anciennes cabordes. Ces cabanes avaient plusieurs utilisations : les vignerons y entreposaient leurs outils, s’y abritaient quand ils pleuvaient mais pouvaient aussi y dormir. Jusqu’à la fin du 19ème siècle, les portes de la ville fermaient à 22h45, ce qui laissait peu de temps aux vignerons pour traverser toutes les collines et rejoindre la ville, certains préféraient dormir au milieu des vignes.

.

.

.

.

Pour faire cette randonnée :
>> https://www.visorando.com/randonnee-le-fort-moncey/

S’y rendre sans voiture depuis le centre historique :
>> En tram T1 ou T2 (depuis Chamars ou Révolution) jusqu’à l’arrêt Mircopolis
puis en bus, ligne 7, jusqu’à Parc Urbain (arrêt avant la Polyclinique de Franche-Comté)

Alternative combinant le Rosemont et Planoise :
>> https://www.visorando.com/randonnee-le-sentier-des-cabordes/

.

.

.

LA FORÊT DE CHAILLUZ
& LE BELVÉDÈRE DE LA DAME BLANCHE

Chailluz est le plus grand des 14 quartiers de la ville de Besançon, et il n’est composé que de forêt. Ce massif est cher aux Bisontins qui aiment s’y rendre pour y randonner, voir des animaux des bois, s’aérer les poumons. Il est emblématique car elle a une histoire intimement liée à celle de la ville : fort militaire, vestiges anciens, bornes frontières. Toutes les raisons sont bonnes pour aller passer quelques heures ou une journée à la forêt de Chailluz !

Plusieurs sentiers de randonnée la sillonnent mais le point le plus remarquable est pour moi le site de la Dame Blanche. Tu y trouveras un vieux fort militaire du 19ème siècle, tapis dans la verdure et enfoui sous les herbes, mais aussi un magnifique point de vue sur les alentours de Besançon : la paisible vallée de l’Ognon, les petits villages pittoresques, les champs et les forêts. Par temps dégagé, on peut même y voir les Vosges. Avec 619 mètres d’altitude, la Dame Blanche est le point culminant de la ville de Besançon.

.

Panorama depuis le Fort de la Dame Blanche, point culminant de Besançon à 619 mètres d’altitude.
Zoom sur le village de Bonnay, en contrebas.

.

.

Pour faire cette balade :
>> En voiture : parking à l’entrée de la forêt, Chemin des Relancons
ou parking au cœur de la forêt, aux Grandes Baraques
>> En bus : prendre la ligne 12 au centre ville (par exemple à l’arrêt Courbet),
descendre à Montarmots et suivre le Chemin des Relancons jusqu’au parking.

.

.

Alors, la rando à Besançon, ça te tente ?
Tu préfères laquelle ?

.

.

.

16 COMMENTAIRES

  1. j’avais entendu parler de Besançon pour sa citadelle, mais je ne savais pas que son centre historique était si beau (cf votre article sur un weekend à Besançon) et que la nature y était si proche. Ces balades mi-urbaines mi-nature apportent un vrai plus à la découverte de la ville avec tout ce patrimoine caché. Merci pour ces belles balades, une ville décidément surprenante que j’espère découvrir bientôt. Marc

    • Bonjour Marc, merci pour votre commentaire. Je suis ravi que ces articles vous plaisent et que vous soyez agréablement surpris par Besançon. Une visite s’impose, vous ne pensez pas ? 🙂

  2. laquelle je préfère ? hmm difficile à dire, elles me font toutes envie. celle du fort de Bregille et celle du Rosemont me tentent bien mais j’avoue être curieuse de voir cette grotte. en tout cas, belle mise en valeur de la ville autrement que sa citadelle et son centre historique, bravo !!!

    • Merci Clémentine pour votre commentaire.
      Pour les avoir faites, je ne saurais en choisir une, chacune apporte son petit quelque chose. J’ai adoré redécouvrir ma ville de cette manière 🙂

  3. merci pr la découverte. Je ne désespère pas de voir de mes propres yeux pkoi pas en 2021
    tu me bluffes encore une fois avec tes magnifiques photos !!!!!!!!
    c est vrai que top d avoir accès ça en pleine ville cest plutôt rare en ville

    • Merci Tania. Oui, pourquoi pas en 2021 et si tu viens tu pourras même faire des randonnées du coup 🙂
      C’est vrai que les villes comme ça sont rares et c’est bien dommage !

  4. Un grand merci pour cet article!!! je suis nouveau à Besançon et je découvre petit à petit la ville que j’aime de plus en plus. j’ai lu avec attention toutes ces balades que je compte bien mettre en pratique dès que possible. les points de vue sont canon, merci pour ces idées !!!

    • Bonjour Adrien,
      Je suis ravi que vous appréciez Besançon de plus en plus et que cet article vous inspire. C’est une ville surprenante aux possibilités multiples. Bonnes balades 🙂

  5. Je suis toujours épatée par la qualité de tes articles, la beauté des photos, la force de conviction qui émane des textes si agréables à lire… tu es vraiment le plus bel ambassadeur de ta magnifique région, tu m’as complètement vendu ces randonnées au coeur de Besançon !

  6. j’ai tellement du mal à croire que ces paysages et ces randonnées ne sortent pas de la ville, j’ai donc voulu vérifier et, en effet, tout reste dans les limites de la ville. je suis vraiment stupéfaite et conquise. moi qui aime les trails, je vais m’empresser de partir à Besançon au printemps prochain pour tester ces balades :):):):) merci ces belles idées

    • merci Aurélie, je suis ravi d’avoir pu te montrer que certaines villes peuvent conjuguer nature et urbain, histoire et randonnées qui grimpent 🙂
      n’hésite pas à venir et me dire ce que tu en as pensé 🙂

  7. je ne saurais vraiment dire laquelle je préfère tant chacune offre de superbes panoramas, de l’histoire et de l’insolite. je dirais peut-être celle sur les fortifications pour le côté historique, géographique (3 collines) et pour ces vues magiques sur la vieille ville.

Qu'en pensez-vous ? Laissez un commentaire :)