France

Quelques jours à Besançon : un grand weekend dans la capitale comtoise

 

Dans cet article, j’ai envie de t’emmener sur mes terres natales et te faire découvrir Besançon. Peut-être la connais-tu déjà ? On entend souvent parler d’elle pour sa belle citadelle Vauban, mais la ville ne doit en aucun cas se laisser résumer à sa seule citadelle, aussi imposante soit-elle. En te promenant dans les rues du vieux centre de Besançon, tu y découvriras un cœur de ville architecturalement harmonieux, une foule d’hôtels particuliers et de monuments, de palais et d’églises. Et cette nature, là, toute proche, à peine franchis les remparts ! Besançon est vraiment surprenante, son centre historique n’est pas très grand mais recèle toutes sortes de richesses ! C’est amusant à quel point on reste profondément attaché à la ville qui nous a vu naître et grandir.

Personnellement, j’ai dû partir poursuivre ma destinée ailleurs, loin de Besançon, mais je reste intimement lié à cette ville, ma ville, et je n’échangerais pour rien au monde de lieu de naissance. C’est une ville discrète qui fait rarement parler d’elle, c’est peut-être une des choses qui la rendent si attachante, mais j’espère te montrer dans cet article à quel point elle mérite un détour. Alors voilà, on part dès maintenant, direction l’Est, vers les collines verdoyantes de Besançon, pour un weekend plein de surprises ! Laisse-moi te présenter la capitale comtoise, celle qui s’offre à toi si tu décides d’aller à sa rencontre. Un jour ? Un weekend ? Plusieurs jours ? Libre à toi de choisir la durée et de profiter de la ville et des alentours.
.

BESANÇON,
UN CONCENTRÉ DE SURPRISES !

.

.

Bienvenue à Besançon !

.

.

.

.

PRENDRE UN PEU DE HAUTEUR,
GRIMPER JUSQU’À LA CITADELLE

Besançon a la chance de compter sur sa liste de patrimoine cette citadelle magnifique, souvent citée parmi les plus belles et les mieux conservées de France. C’est d’ailleurs un bâtiment qui occupe une place clé dans la riche histoire de la ville, tumultueuse et passionnante. Et pour grimper, il faut grimper ! Il y a un parking à l’entrée mais la citadelle se mérite. Et même essoufflé, une fois arrivé en haut, tu auras tout oublié !
.

.

.

.

La place forte est aujourd’hui devenue un haut lieu de tourisme non seulement pour son architecture et son histoire mais aussi pour ses activités : zoo, aquarium, insectarium, cabinet de curiosités, musée comtois, musée de la déportation… Un des endroits que je préfère, c’est le Noctarium : un univers où le temps est inversé et où on peut admirer les animaux qui vivent la nuit (rongeurs, hérissons…). Et puis la Citadelle, c’est aussi un site qui jouit d’une situation exceptionnelle, couronnant majestueusement la vieille ville de son éperon rocheux. Mon activité préférée ? La promenade sur les remparts pour admirer la vue incroyable sur la ville.

.

.

.

.

Cette promenade sur les remparts, je ne m’en lasse jamais et elle ne laisse jamais indifférent ! Surplombant la ville et la vallée du Doubs d’environ 150 mètres, la Citadelle offre une vue absolument imparable sur Besançon, le fleuve et la campagne environnante.

.

.

.

.

LE QUARTIER DE LA BOUCLE,
CŒUR HISTORIQUE DE BESANÇON

« [Vesontio] possédait en très grande abondance tout ce qui est nécessaire pour faire la guerre ; de plus, sa position naturelle la rendait si forte qu’elle offrait de grandes facilités pour faire durer les hostilités : le Doubs entoure presque la ville entière d’un cercle qu’on dirait tracé au compas ; l’espace que la rivière laisse libre ne mesure pas plus de seize cents pieds, et une montagne élevée le ferme si complètement que la rivière en baigne la base des deux côtés. Un mur qui fait le tour de cette montagne la transforme en citadelle et la joint à la ville. »
.

C’est en ces mots que Jules César décrivit Besançon dans ses Commentaires sur la Guerre des Gaules. Le Doubs entoure le centre historique en une jolie boucle et c’est tout naturellement que cette partie de la ville porte désormais le nom de “La Boucle”. C’est la partie la plus ancienne de la ville.

En descendant de la Citadelle, les vestiges romains et l’ancien quartier capitulaire.

.

.

.

En descendant de la Citadelle vers le centre de la vieille cité, on traverse les siècles : on passe de l’ancien quartier capitulaire médiéval avec la cathédrale Saint-Jean et ses anciens palais à de superbes vestiges romains : un ancien arc de triomphe, des colonnes, les maigres restes d’un ancien forum… tout ça en à peine quelques pas, en saluant au passage un tilleul plusieurs fois centenaire. La cathédrale Saint-Jean est l’église que je préfère à Besançon : j’aime son porche majestueux, son clocher comtois, ses vitraux, ses différentes chapelles, sa crypte où reposent les comtes de l’ancienne Franche-Comté, son horloge astronomique, ses tableaux et, détail assez rare en France, les deux chœurs qui se font face.
.

.

.

.

En quittant la cathédrale, tu passeras par l’ancien arc de triomphe romain et les colonnes romaines du Square Castan avant d’arriver sur une place qui a jadis porté le nom de Place des Grands Hommes. Et pour cause, sur cette place sont nés Charles Nodier en 1780, Victor Hugo en 1802 et les frères Lumière (inventeurs du cinématographe) en 1862 et 1864. À environ 300 mètres est né Charles Fourier en 1772 et Pierre-Joseph Proudhon en 1809. Gustave Courbet, peintre originaire de Ornans, y a quant à lui vécu dans la maison natale de Victor Hugo pendant ses études à Besançon. Pas mal comme historique, non ? Aujourd’hui, la place s’appelle Place Victor Hugo.

« Ce siècle avait deux ans: Rome remplaçait Sparte
Déjà Napoléon perçait sous Bonaparte.
Et du consul déjà par maint endroit
Le front de l’empereur brisait le masque étroit.
Alors dans Besançon vieille ville espagnole
Jeté comme une graine au gré de l’air qui vole
Naquit d’un sang breton et lorrain à la fois
Un enfant sans couleur, sans regard et sans voix.
Si débile qu’il fut, ainsi qu’une chimère,
Abandonné de tous, excepté de sa mère,
Et que son cou ployé comme un frêle roseau
Fit faire en même temps sa bière et son berceau.
Cet enfant que la vie effaçait de son livre,
Et qui n’avait pas même un lendemain à vivre,
C’est moi. »

— Victor Hugo, Les Feuilles d’Automne

.

.

.

Continue sur tes pas et remonte la Grande Rue, l’ancien cardo romain qui reprenait le tracé de l’artère principale de la Vesontio gauloise. Arpenter la Grande Rue, c’est remonter le temps et tourner les pages d’un grand livre d’histoire où divers vieux monuments, témoins des siècles passés, se succèdent : un ancien couvent, l’hôtel de ville, une église de style jésuite, des hôtels particuliers et le magnifique Palais Granvelle. Ce superbe palais du 16ème siècle construit par le chancelier de Charles Quint, abrite aujourd’hui le Musée du Temps, un musée qui retrace le long passé horloger de Besançon.

.

.

.

.

Et ensuite tu peux te laisser aller à la découverte des rues et ruelles, tomber nez à nez avec des vestiges de la ville fortifiée, tout un tas de belles fontaines, des portes et des fenêtres médiévales ou encore les dernières pierres des arènes romaines.

.

.

.

SE PROMENER À BESANÇON,
C’EST PASSER D’UNE ÉPOQUE À L’AUTRE
EN QUELQUES PAS.

.

.

.

.

Et que serait Besançon
sans ses églises et ses chapelles ?

Dans le quartier de la Boucle, tu trouveras plusieurs églises et un temple protestant, et chacune a son style bien à elle. Je t’ai déjà parlé de la cathédrale Saint-Jean, il faut absolument que tu visites l’église Saint-Maurice, de style jésuite qui a la particularité de n’avoir aucune fenêtre, l’église Saint-Pierre, avec sa Pietà et son mobilier en bois et je te recommande vivement de pousser la porte de la chapelle Notre-Dame du Refuge. Construite à la fin du 17e siècle, la chapelle arbore un extérieur classique dominé par un dôme couvert de tuiles vernissées. Son intérieur est vraiment superbe. On ne s’attend pas à trouver derrière cette grande porte un magnifique ensemble baroque, le seul exemple à Besançon. La chapelle est ouverte tous les jours entre 14h30 et 16h30 et je t’invite vraiment à y aller.

.

.

.

.

.

Je te parlais également d’un temple protestant. Situé sur la Place de la Révolution (également appelée Place du Marché), le Temple du Saint-Esprit est un édifice du 12e siècle. À l’origine, c’était une église qui fut officiellement cédée aux Protestants en 1842. Son porche neo-gothique est vraiment joli mais le plus fascinant est sa remarquable galerie en bois sculpté. À cause de dégradations régulières, la grille est souvent fermée. Si tu veux pouvoir apercevoir la galerie dans la petite cour, il faudra y aller principalement les vendredi et samedi.

.

.

.

.

.

Sur cette même Place du Marché, tu pourras visiter le Musée des Beaux-Arts (plus ancien musée public de France), les magnifiques bâtiments du Conservatoire de Musique (anciennement école d’horlogerie), la fontaine datant de 1854. Et la Place du Marché, point névralgique de la ville, c’est aussi un passage obligé pour admirer les sublimes quais Vauban.

.

.

.

En traversant le Doubs, on quitte le quartier de la Boucle,
pour arriver quartier Battant.
Le seul quartier historique en dehors de la boucle du Doubs.

.

.

.

LE QUARTIER BATTANT,
SI PROCHE ET POURTANT SI DIFFÉRENT

Une promenade dans le quartier Battant,
un autre incontournable de toute visite à Besançon.
Un quartier vibrant, chaleureux et plein de trésors cachés !
.

.

.

Nous voilà donc à Battant, un quartier que j’adore. Très vivant, dynamique, très ancien et au patrimoine très riche. Là aussi, l’Histoire défile au fil des pas avec des bâtiments des XIIe et XVe siècles. C’est le seul quartier historique situé en dehors de la boucle et c’est d’ailleurs là que tu pourras trouver des maisons parmi les plus anciennes de la ville et les dernières maisons à pans de bois de Besançon.

C’est un petit quartier, organisé autour de quelques rues et autour de sa grande église aux tours imposantes : l’Eglise de la Madeleine. Battant, c’est aussi un quartier qui a gardé une atmosphère qui lui est propre. Autrefois, au bout d’une de ces rues, se trouvaient les grandes arènes romaines de Besançon, parmi les plus grandes de la Gaule romaine, aussi grandes que celles de Nîmes ou d’Arles et pouvant accueillir jusqu’à 20 000 personnes. Et enfin, Battant était un quartier vigneron, la vigne étant présente à Besançon de l’époque gauloise jusqu’au 19e siècle, il reste d’ailleurs une vieille maison vigneronne.

BATTANT,
UN QUARTIER ATTACHANT
UN PEU HORS DU TEMPS
QUI MÉRITE UN DÉTOUR !

.

.

.

En remontant la rue Battant, en ayant le nez en l’air, tu remarqueras certaines façades richement décorées de gargouilles ou de statues, de fenêtres à meneaux et de grandes portes en bois. Dans le quartier, deux hôtels particuliers absolument magnifiques sont à ne pas manquer : l’Hôtel de Champagney et l’Hôtel Jouffroy. Deux superbes exemples de l’architecture renaissance de Besançon.

.

.

.

.

BESANÇON
N’EST PAS SEULEMENT
UNE DES PLUS JOLIES VILLES
DE FRANCE,
ELLE ABONDE EN GENS
DE CŒUR ET D’ESPRIT

« Enfin il aperçut, sur une montagne lointaine, des murs noirs; c’était la citadelle de Besançon. “Quelle différence pour moi”, dit-il en soupirant, “si j’arrivais dans cette noble ville de guerre pour être sous-lieutenant dans un des régiments chargés de la défendre.”

Besançon n’est pas seulement une des plus jolies villes de France, elle abonde en gens de cœur et d’esprit. Mais Julien n’était qu’un petit paysan et n’eut aucun moyen d’approcher les hommes distingués. Il avait pris chez Fouqué un habit bourgeois, et c’est dans ce costume qu’il passa les ponts-levis. Plein de l’histoire de siège de 1674, il voulut voir, avant de s’enfermer au séminaire, les remparts et la citadelle. Deux ou trois fois il fut sur le point de se faire arrêter par les sentinelles ; il pénétrait dans des endroits que le génie militaire interdit au public (…). La hauteur des murs, la profondeur des fossés, l’air terrible des canons, l’avaient occupé pendant plusieurs heures, lorsqu’il passa devant le grand café sur le boulevard (…). Ce jour-là, tout était enchantement pour lui. »

— Stendhal, Le Rouge et le Noir

.

.

.

Battant est un quartier en pente.
Tout en haut, au Fort Griffon, tu auras une vue imprenable
sur Besançon, ses clochers, sa citadelle et ses collines environnantes.
.

.

.

.

UN PETIT AIR D’ORIENT
SUR LES BERGES DU DOUBS

Puis en redescendant, avant de quitter ce quartier, il y a un endroit qu’il faut absolument que tu voies. En longeant le Doubs, face aux quais Vauban, il y a un bâtiment étonnant qui apparaît, comme un intrus au milieu des façades bisontines, un bâtiment qu’on croirait transporté d’Orient aux quais de la ville, un bâtiment qui surprend tellement il est beau et inattendu : la synagogue de Besançon.

.

.

.

Ensuite tu peux tranquillement longer le Doubs en direction du pont Battant pour retourner dans la boucle, il faut que je te parle d’un élément architectural typiquement bisontin : les cours intérieures avec escalier apparents.

.

.

.

.

BESANÇON SECRET :
DANS L’INTIMITÉ DES COURS INTÉRIEURES

Il y a beaucoup d’hôtels particuliers à Besançon,
et un certain nombre d’entre eux offre à la vue des curieux
de superbes escaliers apparents, un des éléments typiques de la ville.
D’abord, poussons quelques portes…
.

.

.

Les hôtels particuliers sont principalement situés entre les Grande Rue et Rue des Granges. Les immeubles du centre sont beaux mais leur façade côté rue ne représente souvent que la partie émergée de l’iceberg, les cours intérieures peuvent être intéressantes. Il est souvent difficile de jeter un œil dans les patios et les cours car les poches sont fermés la plupart du temps, mais quand tu en as la possibilité, n’hésite pas à t’aventurer au-delà des jolies portes.

.

.

.

.

Parfois, elles n’ont aucun intérêt et parfois on y trouve un jardin, les vestiges d’un bâtiment historique et on y observe une des spécialités architecturales de Besançon : les escaliers extérieurs ou escaliers apparents. En bois, en fer ou en pierre, ces escaliers font partie intégrante des cours intérieures de la ville, et il y en a partout au centre ville. D’ailleurs, à Besançon, les immeubles ont souvent deux cours en enfilade.

.

.

.

.

.

« Il y avait un certain temps que je flânais dans les rues tranquilles de la curieuse ville de Besançon, qui se dresse comme un promontoire dans une boucle de la rivière en fer à cheval. Vous trouverez sans doute dans les guides que Victor Hugo y naquit et que c’est une ville de garnison aux nombreux forts, proche de la frontière française. Mais vous ne trouverez pas dans les guides que les tuiles de ses toits semblent d’une teinte plus délicate et plus insolite que les tuiles de toutes les autres villes du monde; que ces tuiles ressemblent aux nuages menus d’un étrange coucher de soleil aux écailles chatoyantes de quelque étrange poisson. Il ne vous diront pas que dans cette ville le regard ne peut se poser sur rien sans y découvrir quelque attrait, parfois magique: un visage sculpté au coin d’une rue, une arche mutilé par laquelle on voit luire des champs verts, ou quelque couleur inattendue dans l’émail d’un clocher ou d’un dôme. »

— Gilbert Keith Chesterton, Tremendous Trifles

.

.

.

.

BESANÇON, SES ARBRES ET SES PARCS :
PROMENADE DANS UNE VILLE VERTE

Besançon est régulièrement classée parmi les villes les plus vertes de France. Sais-tu qu’un tiers de la surface de la ville est couverte par des forêts ? Grâce à la butte Chaudanne, Besançon peut même se vanter d’avoir une forêt en centre-ville. Étonnant non ?

Commençons notre promenade verte par Chamars. Pour beaucoup de Bisontins, Chamars est un parking. Un parking qui a longtemps été gratuit et un parking où, tous les matins, c’était la course pour trouver une place qui ne soit pas sous les arbres… sinon tu étais pratiquement certains de retrouver, le soir venu, ta voiture couverte de fiantes de corbeaux. Avec le temps, Chamars est devenu payant, mais il serait injuste de ne le réduire qu’à cette fonction. À base, ici, se trouvait le Champs de Mars romain, d’où il tire son nom, puis devenu zone marécageuse on y installa des moulins.

Ensuite Vauban décida de fortifier le site en y ajoutant deux tours et des remparts, puis, sous Louis XV, on en fait un espace vert magnifique avec fontaine, cascades, volières, bains et tout ça, tout ça.

Aujourd’hui, ça reste tout de même un superbe parc où il fait bon se promener et se détendre. Ses allées bordées de platanes (parmi les plus hauts d’Europe) sont vraiment agréables et méritent à elles-seules de faire un petit détour par Chamars. Le temps de profiter d’un peu de calme, de s’approcher des tours bastionnées et pour descendre sur la promenade longeant le Doubs.

.

UN TIERS DE LA VILLE
EST COUVERT PAR DES FORÊTS

.

.

.

.

Un peu après le pont et le skate park, un petit chemin traverse les remparts et t’approche du Doubs. Cette promenade mène à la Gare d’Eau et je te conseille vraiment d’aller y faire un tour. C’est probablement un des endroits que je préfère à Besançon. Tu marches en bordure du Doubs, calme et ténébreux, le long des remparts et tu arrives à un endroit magique : une vue magnifique sur le Doubs, la verdure de la ville et, en arrière plan, le Mont Saint-Etienne, rocheux, coiffé de la citadelle.

.

.

.

« Chéri, aimerais-tu me faire un grand plaisir ?
Emmène-moi cet après-midi à Besançon…
Ta mère m’a tellement chanté les charmes de cette ville que j’aimerais la visiter…
Nous y ferons une promenade d’amoureux… »

— Guy des Cars, Le Château de la Juive

.

.

Le Doubs au centre ville de Besançon

.

.

Si une promenade au vert pour t’aérer les poumons te tente, poursuis ton chemin en longeant les remparts jusqu’au faubourg de Tarragnoz. Tu verras des îles sauvages sur ta droite et les remparts de la ville sur ta gauche. Avance jusqu’à la passerelle Mazagran et traverse le Doubs. Sur ta droite commence alors un petit sentier sous les arbres, paisible et fréquenté que des marcheurs. Tu es aux pieds de la colline Chaudanne.

L’autre parc que je t’invite à visiter se trouve lui aussi en bordure du Doubs, mais de l’autre côté de la boucle. Il te faudra retraverser le centre historique mais, pas de panique, traverser le centre de Besançon à pied te prendra une vingtaine de minutes. Destination : le parc Micaud.

UNE PROMENADE EN FORÊT
SANS QUITTER LA VILLE,
PAS MAL NON ?

.

.

.

.

UN PEU DE CULTURE : UN TOUR AUX MUSÉES

Outre ses belles façades,
ses palais et ses églises, ses parcs et sa citadelle,
Besançon te propose aussi de beaux musées.
Je te parlerai ici que de mes deux musées préférés.

.

.

LE MUSÉE DU TEMPS

Je t’ai parlé de ce musée un peu plus haut. Je l’aime car, déjà, il est installé dans un superbe palais renaissance mais aussi car il a le mérite d’être assez original : il est consacré aux montres et aux horloges, et retrace toute l’histoire horlogère de la ville. Tu y trouveras non seulement des horloges, un pendule de Foucault et des montres (dont certaines parmi les plus compliquées au monde), tu y découvriras l’évolution de la maîtrise du temps mais tu pourras aussi y admirer de beaux tableaux sur l’histoire de la ville et une maquette de Besançon au 18e siècle.
.

.

.

.

.

LE MUSÉE DES BEAUX-ARTS ET D’ARCHÉOLOGIE

Installé dans l’ancienne halle au grain de la ville, ce musée est le plus ancien musée public de France ! Il est né en 1694, un siècle avant le Louvre, un siècle avant la Révolution ! L’abbé Boisot a légué ses collections de tableaux, de sculptures, de livres et de manuscrits à la ville de Besançon à une condition : que les collections soient accessibles à la population au moins deux fois par semaine. Ainsi est née le concept de musée. Il en est de même pour la Bibliothèque Municipale qui a récupéré tous les manuscrits et les livres et qui comptent parmi les plus riches bibliothèques de France. Elle sera elle aussi la première bibliothèque publique de France. Ce musée des Beaux-Arts présente l’histoire antique de Besançon avec les mosaïques romaines trouvées dans le centre, mais présente une importante et riche collection de tableaux. Son intérieur en béton armé donne un rendu vraiment intéressant.

.

.

.

.

Une des stars de ce musée,
c’est ce tableau gigantesque de Gustave Courbet, l’Hallali du Cerf
.

.

.

Plongée dans l’histoire gallo-romaine de Vesontio,
à l’époque où Besançon était couverte de mosaïques
.

.

.

.

POUR ALLER (UN PEU) PLUS LOIN

Si tu en veux encore,
je peux te proposer deux de mes coups de cœur bisontins
où il faudra soit marcher soit prendre un bus.

.

.

Pour te rendre à la Basilique Saint-Ferjeux, il te faudra prendre un bus pour découvrir cette église néo-byzantine atypique dans la région. Je suis complètement fan de son intérieur !
.

.

.

.

.

Mon point de vue coup de cœur à Besançon, c’est depuis le Fort de Bregille. Tu peux y accéder à pied depuis le centre-ville (environ 30-40 minutes de marches). La vue est à tomber sur la citadelle, les collines verdoyantes qui entourent la ville et le centre historique. Tu en dis quoi ? Elle est pas belle cette vue de dingue ?
.

.

.

.

.

BESANÇON
EN QUELQUES ADRESSES
.

.

.

MES RESTAURANTS PRÉFÉRÉS

L’Annexe
Accueil chaleureux, très bons plats avec des produits frais.
11 rue du Palais de Justice.

Les 4 Saisons
Plats simples et traditionnels mais excellents
préparés avec les produits du marché quotidien.
22 rue Mégevand.

Petit Pierre
Un petit bistrot très sympa avec de très bons plats
dans un accueil chaleureux.
5 rue Mégevand.

Le Petit Atelier
Une autre très bonne adresse
au centre de Besançon.
20 rue Bersot.

Öst Café
À la fois restaurant et café,
sert de très bons jus pressés, smoothies et café.
23 quai Veil-Picard.
.

Le Chaland
Une bonne cuisine dans un cadre
très sympa : sur une péniche sur le Doubs.
Entrée par le parc Micaud.
Avenue Edouard Droz.

Le Manège
Un des restaurants les plus appréciés de la ville.
De bons plats dans un cadre agréable.
2 faubourg Rivotte.

Monsieur Victor
À la fois traiteur, épicerie et restaurant bio,
Monsieur Victor est une bonne adresse bisontine.
41 rue de Belfort.

L’O à la Bouche
Cuisine créole et internationale.
Accueil chaleureux et bonne cuisine.
9 rue du Lycée.

.

.

OÙ BOIRE UN VERRE ?

Le 1802
Au cœur du parc Granvelle, sous les grands platanes, le 1802 est une adresse élégante où il est agréable de prendre un verre. Ils font aussi restaurant, les salades sont bonnes.
2 place Granvelle.

Le Brass’éliande
Un bar sympa jouissant d’une terrasse avec vue sur les quais Vauban et le quartier Battant.
1 place Claude François Jouffroy d’Abbans,
entre le pont et l’église de la Madeleine.

.

QUELQUES BOUTIQUES

L’Intranquille
J’adore cette librairie. Plus de 100 000 livres, 5 étages. Mon petit rituel quand je suis à Besançon.
53 rue des Granges.

Le Comptoir des Arômes
Une sélection de thés en vrac et de café, de chocolats et de gourmandises pour les amateurs.
68 rue des Granges.

Les Passages Pasteur
Une galerie commerciale au milieu d’anciens bâtiments. Vaut le coup d’œil entre deux achats.
6b rue Pasteur.
.

PRODUITS LOCAUX & TERROIR

La Cave aux Fromages
Sur la place du marché, cette boutique est une adresse connue de Besançon. La bonne adresse pour trouver des produits locaux.
2 rue Gustave Courbet.

Doubs Direct
Une bonne adresse pour mettre la Franche-Comté dans ta valise avant de repartir.
6 rue Pasteur.

Marché des Beaux Arts
Le marché couvert de Besançon est petit mais il compte de bons étals.
Le trou de souris : excellent fromager, tu y trouveras comté, morbier, cancoillotte…
La ferme du Montagnon : le meilleur endroit pour acheter de la bonne viande. Saucisse de Morteau, de Montbéliard, jambon fumé du Haut-Doubs etc tout y est.
– La poissonnerie et les légumes sont également de qualités.
2 rue Claude Goudimel.

Le Criollo
Mon chocolatier préféré. Mon coup de coeur absolu : les faïencines, un régal.
On peut les trouver à Doubs Direct sinon il faut se déplacer à leur boutique. En plus, la visite est gratuite pour voir comment ils font leur chocolat.
1 Rue du Murgelot, 25220 Chalezeule.

.

.

Tu as vu comme Besançon est pleine de surprises ?
Tu aimerais venir la visiter ?

.

.

You Might Also Like...

19 Comments

  • Reply
    Alexandra @Itinera Magica
    25 septembre 2017 at 18 h 10 min

    Quel bonheur de retrouver tes articles avec cette promenade passionnée et colorée sur tes terres natales ! Un régal ! La vue sur la boucle du Doubs, ces églises et cette basilique byzantine, ces ruelles ces porches ces portes… J’adore découvrir Besançon avec toi. A visiter !!

    • Alex
      25 septembre 2017 at 20 h 07 min

      Je suis vraiment content que ça te plaise 🙂 Si un jour tu viens à Besançon, je serai ton guide si tu veux ^^

  • Reply
    Irmina
    26 septembre 2017 at 11 h 12 min

    Quelle belle découverte ! Je pars de zéro concernant la Franche-Comté et je n’imaginais pas Besançon comme ça, loin de là ! J’adore ses belles façades, ses monuments. Bravo, tu m’as vraiment donné envie de partir à Besançon, là tout de suite 🙂 🙂 Merci !

    • Alex
      26 septembre 2017 at 11 h 13 min

      Merci pour ce commentaire, je suis plus que ravi d’avoir pu te montrer cette ville sous un autre angle et t’avoir donné envie d’aller l’explorer 🙂

  • Reply
    Simone
    26 septembre 2017 at 16 h 19 min

    Quel plaisir de voir Besançon dans un si bel article ! Les photos sont magnifiques, bravo. Née à Besançon, j’habite maintenant en Nouvelle Calédonie et cette ville me manque tellement. Merci infiniment pour ce partage, ce sont de très bons souvenirs.

    • Alex
      26 septembre 2017 at 16 h 20 min

      Merci Simone pour ce commentaire qui me fait chaud au coeur. Je suis ravi d’avoir pu rappeler Besançon à votre bon souvenir 🙂

  • Reply
    J. et C. piquentunfard
    27 septembre 2017 at 5 h 52 min

    Vraiment superbes ces photos, elles donnent envie de découvrir la ville que je n’imaginais pas du tout comme ça. Il faudrait que je vienne la voir de mes propres yeux un jour ! En tout cas bravo pour ce bel article.

    • Alex
      27 septembre 2017 at 7 h 17 min

      Merci pour ce commentaire, ça me fait vraiment plaisir d’avoir pu donner envie de visiter cette ville qui reste quand même assez méconnue 🙂

  • Reply
    Anais
    27 septembre 2017 at 10 h 16 min

    vraiment sympa cette ville, ça donne envie !

  • Reply
    Christophe A.
    8 octobre 2017 at 14 h 58 min

    Bonjour, sympathique description du centre étendu de la ville. J’ai résidé moi-aussi en dernier lieu à Besançon, face à la rue des Villas, et j’ai travaillé à l’Hôtel des Bains, avant qu’il ne devienne une résidence sénior (et y’a pire endroit où finir ses jours, connaissant très bien le lieu… Et à 50 m t’es au Casino. Pas de soirée bingo à la résidence, lol). Je partage vos goûts en matière de lieux insolites et évasifs, aussi je ne sais pas si vous vous y rendiez, mais en matière de cimetières qui se transforment en parc végétatif, la nécropole juive l’est encore plus que la partie reconquise des Chaprais, et se situe en pied de colline dans la même périphérie (https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Fichier:Cimeti%C3%A8re_juif_de_Besna%C3%A7on_-_localisation.jpg).
    Vos clichés également sont convaincants et illustrent fidèlement la réalité de la ville dans les quartiers décrits.
    Belle introduction au voyage pour un séjour à Besançon.

    • Alex
      8 octobre 2017 at 16 h 10 min

      Merci Christophe pour votre commentaire. Je ne connais le cimetières juif que de nom, je n’y suis encore jamais allé mais c’est prévu pour une prochaine visite de la ville 🙂

  • Reply
    Cléo
    9 octobre 2017 at 1 h 42 min

    Article tres intéressant !! Tres bien fait.. Mais.. J’ai peut être lu trop vite j’avoue.. je n’ai rien vu au sujet de notre horloge astronomique

    • Alex
      9 octobre 2017 at 5 h 34 min

      Merci pour votre commentaire 🙂
      Je ne parle de l’horloge astronomique que très rapidement quand j’évoque la cathédrale Saint-Jean mais je n’ai pas mis de photos. Il y avait trop de monde quand j’y suis allé, une autre fois peut être 😉

  • Reply
    alban
    27 novembre 2017 at 13 h 18 min

    Bonjour,
    Très intéressant. Je ne connais pas du tout Besançon et doit m’y installer début 2018.
    Quelles rues du la boucle me conseillez-vous en prenant en compte que nous recherchons un endroit calme et plutôt “cossu”.
    Merci
    Alban

    • Alex
      27 novembre 2017 at 14 h 06 min

      Bonjour Alban, j’espère que la vie à Besançon vous plaira.
      Les rues les plus fréquentées (bus et passants) sont rue des granges, rue de la république, grande rue, rue Bersot (beaucoup de restaurants) et rue Mégevand. J’éviterais ces rues pour un endroit au calme mais les autres sont généralement ok (de manière générale, Besançon est une ville calme).

  • Reply
    daniela dahler
    15 avril 2019 at 12 h 57 min

    Un magnifique “reportage” sur une ville que j’aime énormément. J’apprécie le nombre d’informations fournies et je n’ai qu’une envie : y retourner prochainement! Bravo et merci!

    • Alexis
      15 avril 2019 at 14 h 09 min

      Avec plaisir 🙂 Merci pour votre commentaire ! N’hésitez pas à revenir à Besançon d’autant que le musée des beaux arts a réouvert 🙂

  • Reply
    Sandra
    20 avril 2019 at 13 h 12 min

    J’ai vraiment apprecié ton article et en aout quand on sera à Besancon je vais chercher de suivre tes pas.

    • Alexis
      20 avril 2019 at 13 h 17 min

      Merci Sandra, j’espère vraiment que vous aimerez découvrir la ville 🙂

Qu'en pensez-vous ? Laissez un commentaire :)

%d blogueurs aiment cette page :