Dans cet article, j’ai envie de t’emmener sur mes terres natales et te faire découvrir Besançon. Peut-être la connais-tu déjà ? On entend souvent parler d’elle pour sa belle citadelle Vauban, mais la ville ne doit en aucun cas se laisser résumer à sa seule citadelle, aussi imposante soit-elle. En te promenant dans les rues du vieux centre de Besançon, tu y découvriras un cœur de ville architecturalement harmonieux, une foule d’hôtels particuliers et de monuments, de palais et d’églises. Et cette nature, là, toute proche, à peine franchis les remparts ! Besançon est vraiment surprenante, son centre historique n’est pas très grand mais recèle toutes sortes de richesses ! Personnellement, j’ai dû partir poursuivre ma destinée ailleurs, loin de Besançon, mais je reste intimement lié à cette ville, ma ville, et je n’échangerais pour rien au monde mon lieu de naissance. Alors voilà, on part dès maintenant, direction l’Est, vers les collines verdoyantes de Besançon, pour un weekend plein de surprises !

 

.

.

.

IDÉE DE WEEKEND :
QUE VOIR, QUE FAIRE À BESANÇON ?

Encore peu connue, la ville de Besançon est une belle surprise pour les visiteurs venus la découvrir : quartiers anciens, patrimoine historique, lieux culturels, panoramas, nature… Il y a plein de raisons de venir à Besançon.
.

.

Besançon : le centre historique, la Citadelle et leur écrin de nature.

.

.

.

LA CITADELLE VAUBAN

Besançon a la chance de compter sur sa liste de patrimoine cette citadelle magnifique, souvent citée parmi les plus belles et les mieux conservées de France. C’est d’ailleurs un bâtiment qui occupe une place clé dans la riche histoire de la ville, tumultueuse et passionnante. Pour y accéder à pied, il faut grimper : tu peux y arriver par le centre ville mais aussi par deux chemins le long des remparts. Pittoresque !
.

.

.

.

La place forte est aujourd’hui devenue un haut lieu du tourisme régional non seulement pour son architecture et son histoire mais aussi pour ses activités : zoo, aquarium, insectarium, cabinet de curiosités, musée comtois, musée de la déportation… Un des endroits que je préfère, c’est le Noctarium : un univers où le temps est inversé et où on peut admirer les animaux qui vivent la nuit (rongeurs, hérissons…). Et puis la Citadelle, c’est aussi un site qui jouit d’une situation exceptionnelle, couronnant majestueusement la vieille ville de son éperon rocheux.

À ne pas manquer ? La promenade sur les remparts pour admirer la vue incroyable sur la ville. Surplombant la ville et la vallée du Doubs d’environ 150 mètres, la Citadelle offre une vue remarquable sur Besançon, le fleuve et la campagne environnante

.

.

Vue sur Besançon depuis les remparts de la Citadelle.

.

.

.

« [Vesontio] possédait en très grande abondance tout ce qui est nécessaire pour faire la guerre ; de plus, sa position naturelle la rendait si forte qu’elle offrait de grandes facilités pour faire durer les hostilités : le Doubs entoure presque la ville entière d’un cercle qu’on dirait tracé au compas ; l’espace que la rivière laisse libre ne mesure pas plus de seize cents pieds, et une montagne élevée le ferme si complètement que la rivière en baigne la base des deux côtés. Un mur qui fait le tour de cette montagne la transforme en citadelle et la joint à la ville. »

— Jules César, Commentaires sur la Guerre des Gaules

.

.

.

.

LE QUARTIER DE LA BOUCLE,
CŒUR HISTORIQUE DE BESANÇON

C’est donc en ces mots que Jules César décrivit Besançon. Le Doubs entoure le centre historique en une jolie boucle et c’est tout naturellement que cette partie de la ville porte désormais le nom de “La Boucle”. C’est le plus ancien quartier de la ville.
.

.

La Porte Noire, ancien arc de triomphe romain.

.

.

Et depuis César, il s’en est passé des choses à Besançon. De capitale gauloise, la vieille cité va devenir capitale de province gallo-romaine, ville ecclésiastique, ville impériale libre, ville militaire, ville de garnison, ville assiégée, ville occupée, capitale régionale. Ville riche, puissante et autonome, elle portera même le surnom de Chrysopolis, la ville d’or. Ville romaine, cité soumise aux grandes invasions barbares, ville du Saint-Empire, ville espagnole puis française, Besançon est à elle-seule un résumé de l’histoire Européenne où tant de puissances se sont affrontées sur son sol.
.

.

.

.

.

En descendant de la Citadelle vers le centre de la vieille cité, on traverse les siècles : on passe de l’ancien quartier capitulaire médiéval avec la cathédrale Saint-Jean et ses anciens palais à de superbes vestiges romains : un ancien arc de triomphe, des colonnes, les maigres restes d’un ancien forum… tout ça en à peine quelques pas, en saluant au passage un tilleul plusieurs fois centenaire. La cathédrale Saint-Jean est l’église que je préfère à Besançon : j’aime son porche majestueux, son clocher comtois, ses vitraux, ses différentes chapelles, sa crypte où reposent les comtes de l’ancienne Franche-Comté, son horloge astronomique, ses tableaux et, détail assez rare en France, les deux chœurs qui se font face.

.

.

.

.

.

« Ce siècle avait deux ans: Rome remplaçait Sparte
Déjà Napoléon perçait sous Bonaparte.
Et du consul déjà par maint endroit
Le front de l’empereur brisait le masque étroit.
Alors dans Besançon vieille ville espagnole
Jeté comme une graine au gré de l’air qui vole
Naquit d’un sang breton et lorrain à la fois
Un enfant sans couleur, sans regard et sans voix.
Si débile qu’il fut, ainsi qu’une chimère,
Abandonné de tous, excepté de sa mère,
Et que son cou ployé comme un frêle roseau
Fit faire en même temps sa bière et son berceau.
Cet enfant que la vie effaçait de son livre,
Et qui n’avait pas même un lendemain à vivre,
C’est moi. »

— Victor Hugo, Les Feuilles d’Automne

.

.

.

Victor Hugo est probablement le plus célèbre des Bisontins et fait bien de l’ombre aux autres enfants de la ville. La place Victor Hugo, où se trouve la maison natale de l’auteur, porte le surnom de place des Grands Hommes. Sur cette place, sont nés Charles Nodier en 1780, Victor Hugo en 1802 et les frères Auguste et Louis Lumière (inventeurs du cinématographe) en 1862 et 1864. À quelques mètres de là sont nés Charles Fourier en 1772 et Pierre-Joseph Proudhon en 1809. Gustave Courbet, né à Ornans, a vécu dans la maison natale de Victor Hugo pendant ses études à Besançon et Louis Pergaud, né dans une commune à quelques kilomètres de là, a également vécu pas très loin de là. Pas mal comme historique, non ?
.

.

Façade de la Place Victor Hugo, Besançon.

.

.

Continue sur tes pas et remonte la Grande Rue, l’ancien cardo romain qui reprenait le tracé de l’artère principale de la Vesontio gauloise. Arpenter la Grande Rue, c’est remonter le temps et tourner les pages d’un grand livre d’histoire où divers vieux monuments, témoins des siècles passés, se succèdent : un ancien couvent, l’hôtel de ville, une église de style jésuite, des hôtels particuliers et le magnifique Palais Granvelle. Ce superbe palais du 16ème siècle construit par le chancelier de Charles Quint, abrite aujourd’hui le Musée du Temps, un musée qui retrace le long passé horloger de Besançon.

.

.

.

.

.

Et ensuite tu peux te laisser aller à la découverte des rues et ruelles, tomber nez à nez avec des vestiges de la ville fortifiée, tout un tas de belles fontaines, des portes et des fenêtres médiévales ou encore les dernières pierres des arènes romaines. Arrête-toi à l’Hôtel de Ville et le Palais de Justice, deux bâtiments construits dans les années 1580.

.

.

SE PROMENER À BESANÇON,
C’EST PASSER D’UNE ÉPOQUE À L’AUTRE
EN QUELQUES PAS.

.

.

.

.

.

.

LE QUARTIER BATTANT,
SI PROCHE ET POURTANT SI DIFFÉRENT

Une promenade dans le quartier Battant, de l’autre côté du Doubs, un autre incontournable de toute visite à Besançon. Un quartier vibrant, chaleureux et plein de trésors cachés !
.

.

Façade du quartier Battant, Besançon.

.

.

Nous voilà donc à Battant, un quartier que j’adore. Très vivant, dynamique, très ancien et au patrimoine très riche. Là aussi, l’Histoire défile au fil des pas avec des bâtiments des XIIe et XVe siècles. C’est le seul quartier historique situé en dehors de la boucle et c’est d’ailleurs là que tu pourras trouver des maisons parmi les plus anciennes de la ville et les dernières maisons à pans de bois de Besançon.

C’est un petit quartier, organisé autour de quelques rues et autour de sa grande église aux tours imposantes : l’Eglise de la Madeleine. Battant, c’est aussi un quartier qui a gardé une atmosphère qui lui est propre. Autrefois, au bout d’une de ces rues, se trouvaient les grandes arènes romaines de Besançon, parmi les plus grandes de la Gaule romaine, aussi grandes que celles de Nîmes ou d’Arles et pouvant accueillir jusqu’à 20 000 personnes. Et enfin, Battant était un quartier vigneron, la vigne étant présente à Besançon de l’époque gauloise jusqu’au 19e siècle, il reste d’ailleurs une vieille maison vigneronne.

BATTANT,
UN QUARTIER ATTACHANT
UN PEU HORS DU TEMPS
QUI MÉRITE UN DÉTOUR !

.

.

.

BESANÇON
N’EST PAS SEULEMENT
UNE DES PLUS JOLIES VILLES
DE FRANCE,
ELLE ABONDE EN GENS
DE CŒUR ET D’ESPRIT

« Enfin il aperçut, sur une montagne lointaine, des murs noirs; c’était la citadelle de Besançon. “Quelle différence pour moi”, dit-il en soupirant, “si j’arrivais dans cette noble ville de guerre pour être sous-lieutenant dans un des régiments chargés de la défendre.”

Besançon n’est pas seulement une des plus jolies villes de France, elle abonde en gens de cœur et d’esprit. Mais Julien n’était qu’un petit paysan et n’eut aucun moyen d’approcher les hommes distingués. Il avait pris chez Fouqué un habit bourgeois, et c’est dans ce costume qu’il passa les ponts-levis. Plein de l’histoire de siège de 1674, il voulut voir, avant de s’enfermer au séminaire, les remparts et la citadelle. Deux ou trois fois il fut sur le point de se faire arrêter par les sentinelles ; il pénétrait dans des endroits que le génie militaire interdit au public (…). La hauteur des murs, la profondeur des fossés, l’air terrible des canons, l’avaient occupé pendant plusieurs heures, lorsqu’il passa devant le grand café sur le boulevard (…). Ce jour-là, tout était enchantement pour lui. »

— Stendhal, Le Rouge et le Noir

.

.

.

Battant est un quartier en pente.
Tout en haut, au Fort Griffon, tu auras une vue imprenable
sur Besançon, ses clochers, sa citadelle et ses collines environnantes.
.

Vue sur les toits de Besançon et la Citadelle depuis le Fort Griffon.

.

.

.

BESANÇON, SES ÉGLISES ET SES CHAPELLES

Dès la christianisation de l’Empire Romain, le destin de Besançon va changer. Ville ecclésiastique aux mains des archevêques, sous autorité directe de l’Empereur et du Pape, la ville va se couvrir de couvents, de séminaires, d’abbayes, d’églises et de chapelles. Les guerres, notamment le siège de 1674, et la Révolution vont redessiner la ville et ses monuments religieux. Petit tour d’horizon de ces lieux à découvrir.
.

.

Eglise de la Madeleine, quartier Battant, Besançon.

.

.

Outre la cathédrale Saint-Jean dont je t’ai parlé, tu trouveras dans les quartiers historiques de La Boucle et de Battant, plusieurs églises de styles différents : l’église Saint-Maurice dont la façade affiche un étonnant style jésuite, l’église Saint-Pierre, avec sa Pietà et son mobilier en bois, l’ancienne église Saint-Vincent, avec son étonnante tour carrée, la chapelle du Grand Séminaire de Besançon ou encore la chapelle Notre-Dame du Refuge, unique exemple de décoration baroque à Besançon.

.

.

Façade de l’église Saint-Maurice.
Coupole de la chapelle Notre-Dame du Refuge.

.

.

Sur la place de la Révolution se trouve le Temple du Saint-Esprit, un édifice du 12e siècle. À l’origine, c’était une église qui fut officiellement cédée aux Protestants en 1842. Son porche neo-gothique est vraiment joli mais le plus fascinant est sa remarquable galerie en bois sculpté.
.

.

Galerie du Temple du Saint-Esprit, Besançon.

.

.

En dehors du centre historique,
je te conseille aussi la visite de la Basilique Saint-Ferjeux
à l’intérieur neo-byzantin assez atypique dans la région.
.

Basilique Saint-Ferjeux, Besançon.

.

.

.

BESANÇON, VILLE NATURE,
PROMENADE SUR LES RIVES DU DOUBS

Besançon est régulièrement classée parmi les villes les plus vertes de France. Sais-tu qu’un tiers de la surface de la ville est couverte par des forêts ? Grâce à ses collines boisées entourant le cœur historique, Besançon peut même se vanter d’avoir une forêt en centre-ville. Étonnant non ?
.

.

Le Doubs et les espaces verts entourent le centre historique fortifié.

.

.

LA BALADE SUR LES RIVES DU DOUBS,
OU COMMENT TOMBER AMOUREUX DE BESANÇON
EN QUELQUES SECONDES

.

.

.

.

Le long des remparts, au bout du Parc Chamars,
le Parc de la Gare d’Eau est un des lieux que je préfère à Besançon.
.

Parc de la Gare d’Eau : le Doubs, la forêt, la Citadelle et les remparts du centre historique.

.

.

« Chéri, aimerais-tu me faire un grand plaisir ?
Emmène-moi cet après-midi à Besançon…
Ta mère m’a tellement chanté les charmes de cette ville que j’aimerais la visiter…
Nous y ferons une promenade d’amoureux… »

— Guy des Cars, Le Château de la Juive

.

.

Les remparts de Besançon, au bord du Doubs.

.

.

Si tu souhaites encore plus de nature lors de ton séjour à Besançon, promène-toi dans le Parc Chamars, le Parc Micaud, au bord du Doubs, et lance-toi dans de jolies balades sur les collines boisées de la ville.

.

.

.

.

BESANÇON SECRET,
DANS L’INTIMITÉ DES COURS INTÉRIEURES

Après la conquête française, Besançon devient capitale de province et connaît un nouvel âge d’or. Elle va se couvrir de nombreux hôtels particuliers dont certains offrent à la vue des curieux de superbes escaliers apparents, un des éléments typiques de la ville.
D’abord, poussons quelques portes…
.

.

Un exemple d’escalier apparent à Besançon.

.

.

.

.

UN PEU DE CULTURE :
UN TOUR AUX MUSÉES

Outre ses belles façades, ses palais et ses églises, ses parcs et sa citadelle, Besançon te propose aussi de beaux musées. Je te parlerai ici que de mes deux musées préférés.

.

.

.

LE MUSÉE DU TEMPS

Je t’ai parlé de ce musée un peu plus haut. Je l’aime car, déjà, il est installé dans un superbe palais renaissance mais aussi car il a le mérite d’être assez original : il est consacré aux montres et aux horloges, et retrace toute l’histoire horlogère de la ville. Tu y trouveras non seulement des horloges, un pendule de Foucault et des montres (dont certaines parmi les plus compliquées au monde), tu y découvriras l’évolution de la maîtrise du temps mais tu pourras aussi y admirer de beaux tableaux sur l’histoire de la ville et une maquette de Besançon au 18e siècle.
.

.

.

.

.

LE MUSÉE DES BEAUX-ARTS ET D’ARCHÉOLOGIE

Installé dans l’ancienne halle au grain de la ville, ce musée est le plus ancien musée public de France ! Il est né en 1694, un siècle avant le Louvre, un siècle avant la Révolution ! L’abbé Boisot a légué ses collections de tableaux, de sculptures, de livres et de manuscrits à la ville de Besançon à une condition : que les collections soient accessibles à la population au moins deux fois par semaine. Ainsi est née le concept de musée. Il en est de même pour la Bibliothèque Municipale qui a récupéré tous les manuscrits et les livres et qui comptent parmi les plus riches bibliothèques de France. Elle sera elle aussi la première bibliothèque publique de France. Ce musée des Beaux-Arts présente l’histoire antique de Besançon avec les mosaïques romaines trouvées dans le centre, mais présente une importante et riche collection de tableaux. Son intérieur en béton armé donne un rendu vraiment intéressant.

.

.

.

.

Une des stars de ce musée,
c’est ce tableau gigantesque de Gustave Courbet, l’Hallali du Cerf
.

.

.

Plongée dans l’histoire gallo-romaine de Vesontio,
à l’époque où Besançon était couverte de mosaïques
.

.

.

.

.

ENVIE D’EN VOIR ENCORE PLUS ?

Besançon te réserve encore bien des surprises : des forts militaires, une grotte, des points de vue remarquables sur la ville, des vestiges de l’activité viticole et bien d’autres choses encore. Pour rendre ton séjour bisontin encore plus mémorable, tu peux consulter ma sélection de 6 randonnées à faire sans sortir de Besançon.
.

.

.

.

.

« Il y avait un certain temps que je flânais dans les rues tranquilles de la curieuse ville de Besançon, qui se dresse comme un promontoire dans une boucle de la rivière en fer à cheval. Vous trouverez sans doute dans les guides que Victor Hugo y naquit et que c’est une ville de garnison aux nombreux forts, proche de la frontière française. Mais vous ne trouverez pas dans les guides que les tuiles de ses toits semblent d’une teinte plus délicate et plus insolite que les tuiles de toutes les autres villes du monde; que ces tuiles ressemblent aux nuages menus d’un étrange coucher de soleil aux écailles chatoyantes de quelque étrange poisson. Il ne vous diront pas que dans cette ville le regard ne peut se poser sur rien sans y découvrir quelque attrait, parfois magique: un visage sculpté au coin d’une rue, une arche mutilé par laquelle on voit luire des champs verts, ou quelque couleur inattendue dans l’émail d’un clocher ou d’un dôme. »

— Gilbert Keith Chesterton, Tremendous Trifles

.

.

.

.

OÙ MANGER, OÙ DORMIR À BESANÇON

Envie de passer un weekend à Besançon ?
Voici quelques adresses :
.

.

.

MES RESTAURANTS PRÉFÉRÉS

L’Annexe
Accueil chaleureux, très bons plats avec des produits frais.
11 rue du Palais de Justice.

Les 4 Saisons
Plats simples et traditionnels mais excellents
préparés avec les produits du marché quotidien.
22 rue Mégevand.

Petit Pierre
Un petit bistrot très sympa avec de très bons plats
dans un accueil chaleureux.
5 rue Mégevand.

Le Petit Atelier
Une autre très bonne adresse
au centre de Besançon.
20 rue Bersot.

Öst Café
À la fois restaurant et café,
sert de très bons jus pressés, smoothies et café.
23 quai Veil-Picard.
.

La Table de Cyrille
Une bonne cuisine dans la cours d’un hôtel particulier Renaissance, pas mal non ?
37 rue Battant.

Le Manège
Un des restaurants les plus appréciés de la ville.
De bons plats dans un cadre agréable.
2 faubourg Rivotte.

Monsieur Victor
À la fois traiteur, épicerie et restaurant bio,
Monsieur Victor est une bonne adresse bisontine.
41 rue de Belfort.

L’O à la Bouche
Cuisine créole et internationale.
Accueil chaleureux et bonne cuisine.
9 rue du Lycée.

Le Parc
Restaurant gastronomique dans le Parc Micaud, vue sur le Doubs.
Cuisine de saison.
Place de la 1ère Armée Française.

.

Le Doubs à Besançon

.

.

OÙ BOIRE UN VERRE ?

Le 1802
Au cœur du parc Granvelle, sous les grands platanes, le 1802 est une adresse élégante où il est agréable de prendre un verre. Ils font aussi restaurant, les salades sont bonnes.
2 place Granvelle.

Le Brass’éliande
Un bar sympa jouissant d’une terrasse avec vue sur les quais Vauban et le quartier Battant.
1 place Claude François Jouffroy d’Abbans,
entre le pont et l’église de la Madeleine.

La Buvette du Conservatoire
Un bar à vin à la carte bien fournie, bonne cuisine, dans un superbe bâtiment historique.
27 rue des Boucheries.

.

QUELQUES BOUTIQUES

L’Intranquille
J’adore cette librairie. Plus de 100 000 livres, 5 étages. Mon petit rituel quand je suis à Besançon.
53 rue des Granges.

Les Passages Pasteur
Une galerie commerciale au milieu d’anciens bâtiments. Vaut le coup d’œil entre deux achats.
6b rue Pasteur.
.

PRODUITS LOCAUX & TERROIR

La Cave aux Fromages
Sur la place du marché, cette boutique est une adresse connue de Besançon. La bonne adresse pour trouver des produits locaux.
2 rue Gustave Courbet.

Doubs Direct
Une bonne adresse pour mettre la Franche-Comté dans ta valise avant de repartir.
6 rue Pasteur.

Marché des Beaux Arts
Le marché couvert de Besançon est petit mais il compte de bons étals.
Le trou de souris : excellent fromager, tu y trouveras comté, morbier, cancoillotte…
La ferme du Montagnon : le meilleur endroit pour acheter de la bonne viande. Saucisse de Morteau, de Montbéliard, jambon fumé du Haut-Doubs etc tout y est.
– La poissonnerie et les légumes sont également de qualités.
2 rue Claude Goudimel.

Le Criollo
Mon chocolatier préféré. Mon coup de coeur absolu : les faïencines, un régal.
On peut les trouver à Doubs Direct sinon il faut se déplacer à leur boutique. En plus, la visite est gratuite pour voir comment ils font leur chocolat.
1 Rue du Murgelot, 25220 Chalezeule.

.

.

.

OÙ DORMIR ?

Le Sauvage : hôtel 3 étoiles dans un ancien couvent. Très bel établissement proche de la citadelle.
6 rue du Chapitre

Hôtel de Paris : belle adresse en plein cœur de la vieille ville.
33 rue des Granges

Les Terrasses de Besançon : chambre d’hôte avec vue sur la Citadelle. Piscine et jardin privatif.
36 chemin des Ragots

.

.

Quais Vauban, Besançon.

.

Alors, Besançon, tu en penses quoi ?
Tu aimerais venir la découvrir ?

.

.

.

28 COMMENTAIRES

  1. Quel bonheur de retrouver tes articles avec cette promenade passionnée et colorée sur tes terres natales ! Un régal ! La vue sur la boucle du Doubs, ces églises et cette basilique byzantine, ces ruelles ces porches ces portes… J’adore découvrir Besançon avec toi. A visiter !!

  2. Quelle belle découverte ! Je pars de zéro concernant la Franche-Comté et je n’imaginais pas Besançon comme ça, loin de là ! J’adore ses belles façades, ses monuments. Bravo, tu m’as vraiment donné envie de partir à Besançon, là tout de suite 🙂 🙂 Merci !

    • Merci pour ce commentaire, je suis plus que ravi d’avoir pu te montrer cette ville sous un autre angle et t’avoir donné envie d’aller l’explorer 🙂

  3. Quel plaisir de voir Besançon dans un si bel article ! Les photos sont magnifiques, bravo. Née à Besançon, j’habite maintenant en Nouvelle Calédonie et cette ville me manque tellement. Merci infiniment pour ce partage, ce sont de très bons souvenirs.

    • Merci pour ce commentaire, ça me fait vraiment plaisir d’avoir pu donner envie de visiter cette ville qui reste quand même assez méconnue 🙂

  4. Bonjour, sympathique description du centre étendu de la ville. J’ai résidé moi-aussi en dernier lieu à Besançon, face à la rue des Villas, et j’ai travaillé à l’Hôtel des Bains, avant qu’il ne devienne une résidence sénior (et y’a pire endroit où finir ses jours, connaissant très bien le lieu… Et à 50 m t’es au Casino. Pas de soirée bingo à la résidence, lol). Je partage vos goûts en matière de lieux insolites et évasifs, aussi je ne sais pas si vous vous y rendiez, mais en matière de cimetières qui se transforment en parc végétatif, la nécropole juive l’est encore plus que la partie reconquise des Chaprais, et se situe en pied de colline dans la même périphérie (https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Fichier:Cimeti%C3%A8re_juif_de_Besna%C3%A7on_-_localisation.jpg).
    Vos clichés également sont convaincants et illustrent fidèlement la réalité de la ville dans les quartiers décrits.
    Belle introduction au voyage pour un séjour à Besançon.

    • Merci Christophe pour votre commentaire. Je ne connais le cimetières juif que de nom, je n’y suis encore jamais allé mais c’est prévu pour une prochaine visite de la ville 🙂

  5. Article tres intéressant !! Tres bien fait.. Mais.. J’ai peut être lu trop vite j’avoue.. je n’ai rien vu au sujet de notre horloge astronomique

    • Merci pour votre commentaire 🙂
      Je ne parle de l’horloge astronomique que très rapidement quand j’évoque la cathédrale Saint-Jean mais je n’ai pas mis de photos. Il y avait trop de monde quand j’y suis allé, une autre fois peut être 😉

  6. Bonjour,
    Très intéressant. Je ne connais pas du tout Besançon et doit m’y installer début 2018.
    Quelles rues du la boucle me conseillez-vous en prenant en compte que nous recherchons un endroit calme et plutôt “cossu”.
    Merci
    Alban

    • Bonjour Alban, j’espère que la vie à Besançon vous plaira.
      Les rues les plus fréquentées (bus et passants) sont rue des granges, rue de la république, grande rue, rue Bersot (beaucoup de restaurants) et rue Mégevand. J’éviterais ces rues pour un endroit au calme mais les autres sont généralement ok (de manière générale, Besançon est une ville calme).

    • Avec plaisir 🙂 Merci pour votre commentaire ! N’hésitez pas à revenir à Besançon d’autant que le musée des beaux arts a réouvert 🙂

  7. Un grand merci pour cette balade exhaustive dans une ville que je découvre au fil de mes séjours, au petit bonheur la chance. Vos photos sont magnifiques et je dois ajouter à tous ces trésors la gentillesse de ses habitants

    • Merci beaucoup pour ce commentaire, Besançon est une ville qui mérite d’être découverte et je suis content que vous appréciez de la visiter 🙂

  8. comme j’aime Besançon <3 j'ai découvert cette ville il y a peu de temps et j'ai été complètement soufflée. Cette ville est magnifique, historique, verte et surprenante. la vue depuis Bregille est juste incroyable, je ne la connaissais pas, je garde l'idée pour ma prochaine visite

    • je suis ravi que vous ayez aimé Besançon ! c’est une ville qui peut effectivement surprendre ceux qui ne s’attendent pas à y trouver ces monuments, cette verdure et ces collines 🙂

  9. Je ne connais pas du tout Besançon mais ça à l’air d’être une ville très agréable ! J’ai l’impression que la nature n’est jamais bien loin et quelle cadre superbe pour la citadelle !

    • c’est une ville vraiment agréable en effet, je pense qu’elle te plairait. C’est facile d’accès en train depuis Paris en plus 🙂

  10. Bonjour Alexis,
    Waouh !!! Quelle magnifique mise en valeur de la ville !!! Je suis épatée. Chapeau bas.
    J’ai longtemps vécu dans cette superbe ville. Je reviens dans quelques semaines pour la photographier. Je me réjouis à l’avance.
    Mille mercis pour ce délicieux reportage :))

Qu'en pensez-vous ? Laissez un commentaire :)