Sur la route de Mostar

3

Mostar est probablement un des endroits les plus célèbres des Balkans et de Bosnie. C’est aussi une ville hautement symbolique historiquement et architecturalement. Alors forcément, je ne pouvais pas visiter la Bosnie et ne pas faire un tour par Mostar et ses alentours magnifiques !

fioriture

Aller à MostarJ’aurais peut-être dû commencer la série d’articles sur la Bosnie par celui-là : Mostar. Cette ville a été à l’origine de mon intérêt pour la Bosnie. Je n’avais aucune idée de comment était Sarajevo et j’ignorais encore à quel point j’allais l’adorer (Retrouvez ici l’article sur Sarajevo), mais un jour, j’ai découvert une petite image d’un majestueux pont en pierre enjambant une rivière bleu turquoise et Mostar est devenue comme un obsession, je devais aller la visiter !

Etant donné que c’est LE site touristique de Bosnie, il y a mille et une façons de voyager à Mostar, même depuis la Croatie ou le Monténégro. Depuis Sarajevo, vous pouvez prendre le bus ou le train. Je crois d’ailleurs que c’est une des rares lignes ferroviaires du pays, mais les bus, eux, sont nombreux à quitter quotidiennement la gare routière de Sarajevo.

MostarJe garde de ce petit périple vers le sud du pays un super souvenir. Je revois encore les couleurs des montagnes et des rivières, j’entends encore le son des cascades, j’ai encore en bouche le goût des fraises achetées chez un agriculteur au bord de la route. Rien que d’y repenser, je n’ai qu’une envie, retourner en Bosnie !

L’autoroute entre Sarajevo et Mostar est toujours en construction (il reste un tronçon à terminer) mais les routes sont en très bon état et il est facile d’y conduire. Les Bosniaques, dans leur majorité, conduisent bien et respectent le code de la route.

Route de Sarajevo à Mostar

En quittant Sarajevo par l’Ouest, vous allez rapidement vous retrouver en Republika Srpska (République serbe). Alors je vous rassure, je ne suis pas fou, la Serbie, c’est bien à l’Est de la Bosnie mais un petit rappel historique s’impose. À la fin de la guerre, entre Bosniaques et Serbes, l’accord de paix était difficile à trouver. Un compromis a toutefois été signé : le pays est officiellement divisé en deux parties : La Fédération de Bosnie-Herzégovine (à ne pas confondre avec la Bosnie-Herzégovine, le pays) et la Republika Srpska, la république serbe de Bosnie.

Republika Srpska

Sur la carte ci-contre, la partie en clair représente la Fédération de Bosnie-Herzégovine et, en rouge, la Republika Srpska qui couvre la moitié du territoire. Alors, on ne donne pas son passeport pour passer de l’un à l’autre mais on voit tout de suite la différence : un panneau vous indique la bienvenue en Republika Srpska (comme si vous arriviez dans un nouveau pays), les drapeaux serbes flottent un peu partout, les devantures des magasins sont écrites en cyrillique etc… D’ailleurs, la Republika Srpska possède sa propre capitale (la ville de Banja Luka, dans le nord du pays) et ses propres institutions.
.

PREMIER ARRÊT À KONJIC

Le pont de Konjic

Après une heure de route, nous voici arrivés à notre première escale : la ville de Konjic. La partie moderne n’a pas grand intérêt mais ce qui en fait sa renommée, c’est son vieux pont ottoman traversant la Neretva. Konjic, c’est un véritable décor de carte postale : un pont magnifique enjambant majestueusement une rivière aux couleurs exquises, les petites maisons ottomanes se penchant au dessus de l’eau et les montagnes en arrière plan. Franchement, j’ai adoré ! Avant de reprendre la route, il faut absolument que vous preniez un petit thé au bord de l’eau. Un thé avec vue sur le pont et la rivière, c’est un must de Konjic !
.

DÉCOUVRIR MOSTAR, ENFIN !

Mostar et son pontAprès une heure et quart de route, nous arrivons enfin à Mostar. La partie ancienne de Mostar n’est pas très étendue et est concentrée autour de la rivière. L’arrivée dans la ville se fait donc par la partie moderne : grandes avenues, hauts bâtiments et hôtels modernes sont les éléments qui nous accueillent.

Je ne vais rien vous apprendre, mais quand on visite Mostar, il ne faut pas avoir peur de la foule et mieux vaut savoir prendre son mal en patience. Tout le monde se presse en direction du pont et dans la rue principale.

Mostar

Mostar

Mostar

Mostar

C’est agréable de passer de boutique en boutique, d’y trouver quelques souvenirs, de prendre son temps en sirotant un petit thé avec vue sur le pont, de visiter les mosquées… Mais le vieux centre est somme toute assez concentré autour du pont et de quelques petites rues.

Etant donné que la plupart des touristes viennent ici en tour organisé (donc arrivent le matin ou en cours de journée et repartent avant la tombée de la nuit), je vous conseille vivement de passer au moins une nuit à Mostar. Le soir venu, vous aurez la ville vidée de ses hordes de touristes et pourrez profiter d’un peu de tranquillité dans ce lieu vraiment magnifique.
.

UN POISSON GRILLÉ À BLAGAJ

Blagaj

Pas trop loin de Mostar se trouve Blagaj, un petit village paisible qui attire pourtant une foule de touristes chaque année.

Ce qui est surprenant et spectaculaire à Blagaj, c’est la source de la rivière Buna, qui sort des falaises abruptes et imposantes. L’eau y est limpide et bruyante, pleine de vie. Au bord de cette source, juste au dessous des falaises, se tient un tekke.

Un tekke, c’est comme un couvent chez les Chrétiens et sont essentiellement réservés aux soufis (branche de l’Islam). L’influence ottomane sur la Bosnie-Herzégovie y a laissé de nombreuses empreintes, comme ce mot (venu du turc) et ce type de bâtiment servant de lieu de culte aux derviches tourneurs.

Tekke, Blagaj

Islam, Bosnie

Coran, Bosnie

Blagaj

Tekke pour derviches tourneurs, Bosnie, Blagaj

L’ensemble est plutôt sommaire mais, en le visitant, on comprend le besoin d’y méditer. À l’extérieur, la force de la nature se fait entendre avec le flot bruyant de la Buna juste en dessous des fenêtres ; à l’intérieur, c’est plus calme et plus serein. On sent une force, une énergie et une certaine sérénité…

Roses dans le jardin du tekke, Blagaj

Au ras de l’eau, quelques restaurants vous proposent de déguster un plat de poisson grillé, un poisson pêché dans la rivière et accompagné de quelques légumes. Choisissez le restaurant le plus prêt de la falaise et demandez une table à « l’étage », vous aurez alors une superbe vue sur la source et le tekke pendant votre repas.
.

POČITELJ, UN VRAI COUP DE CŒUR !

Pocitelj, Bosnie

Il y a des endroits dont on tombe amoureux dès le premier regard…

C’est juste impossible et tout bonnement inconcevable de ne pas avoir un coup de cœur pour Pocitelj ! C’est, je pense, l’endroit que j’ai le plus aimé de ce voyage en Bosnie, tout y était merveilleux !

Déjà, pour planter le décor et vous préparer au choc émotionnel et visuel qui va suivre, la route longe la Neretva, cette rivière incroyable aux couleurs magiques. Difficile à imaginer, mais cette rivière est bel et bien turquoise… La montagne borde cette rivière surprenante avec ses couleurs grises et sa végétation généreuse… Et là, vous arrivez à ce petit village, perdu au milieu des arbres, acculé entre montagne et rivière. Pocitelj vous tend les bras.

Pocitelj

Pocitelj

Ruelles de Pocitelj

Craquer pour Pocitelj

Je sentais que j’aurais pu y passer des jours et des semaines, explorer chacune des petites ruelles bordées de fleurs et d’arbres, décliner les mille et une nuances de vert et de bleu… Ce village est absolument magique et vaut à lui seul une visite en Bosnie-Herzégovine !

On grimpe les marches, on va « en haut », car on sent qu’au sommet de la colline il y a quelque chose qui vous attend, qui vous attire et qui ne vous décevra pas. Et là, vous tombez amoureux !

Pocitelj

Un peu de verdure, PociteljPocitelj

Merveilleuse Pocitelj

Je trouve que c’est un des endroits les plus romantiques que j’ai pu visiter. Tout y est calme et paisible. On sent qu’on peut se cacher entre les pierres, dans ces ruelles intimes et complices, au milieu de ces arbres et de ces fleurs. On ressent comme un accord tacite avec ce village « soyeux amoureux, je vous cache, je vous protège ».

Ce village est absolument magique et vaut à lui seul une visite en Bosnie-Herzégovine

Sur le bord de la route, des vendeurs ont installé leurs petite boutique ambulante (deux planches, une charrette et un parasol, hop, le tour est joué) et vous proposent une myriade de fruits bercés par le ruissellement de la rivière, le chant des oiseaux et bonifiés par ce soleil de l’Herzégovine. On se régale de fraises, de cerises, d’abricots, de pêches et de mûres. Les fruits sont bons, juteux, emplis d’une nature généreuse…

C’est quand même avec une pointe de regret qu’on quitte Pocitelj pour un retour à Sarajevo, en faisait un petit détour par les chutes de Kravice…

LES CHUTES DE KRAVICE

Chutes de Kravice, Bosnie

La Croatie a ses chutes de Plitvice, la Bosnie-Herzégovie a Kravice !

Les chutes sont certes moins impressionnantes mais elles méritent bien un petit détour. Ayant bien profité de cette journée entre Blagaj et Počitelj, ce n’est qu’en fin de journée que nous sommes arrivés à Kravice.

À cette heure-là, les baigneurs avaient tous disparus et nous étions les seuls sur place pour profiter de ce lieu vraiment beau. En repassant le fil de ce petit périple : Konjic, Mostar, Blagaj, Pocitelj et Kravice, on se rend bien compte que la Bosnie est quand même un pays d’eau. D’ailleurs, le mot Bosnie vient d’un mot d’origine indo-européenne, bosana, qui signifie eau.

ON SE REND BIEN COMPTE QUE LA BOSNIE EST QUAND MÊME UN PAYS D’EAU

.
Vous avez aimé cet article ? Partagez-le 😉

3 COMMENTAIRES

Laisser un commentaire