Tomber sous le charme de Sarajevo

10

Il y a des villes qu’on regretterait presque de ne pas avoir découvert plus tôt ! Sarajevo est l’une d’elles. La capitale de Bosnie-Herzégovine une ville surprenante qui saura à coup sûr vous charmer et casser tous les clichés que vous pouvez avoir su ce pays et cette ville en particulier. Ce voyage a changé ma vision de Sarajevo et de la Bosnie.

fioriture

SarajevoEntre 1992 et 1995, Sarajevo était une ville assiégée, mutilée et détruite ! Encerclée par l’armée serbe, la ville et sa population étaient prises en otage et le sifflement des balles était devenu plus fréquent que le chant des oiseaux. En 1992, j’avais 7 ans. Autant dire que j’ai grandi avec une vision de Sarajevo conditionnée par les images retransmises à la télévision : bombardements, armes à feu, sang, cadavres, immeubles qui s’effondrent, de la fumée partout, le bruit des coups de feu… Je pense que ces images restent gravées dans la mémoire de gens encore aujourd’hui. Dans l’esprit des gens, le nom de cette ville rime encore avec guerre.

Découvrir SarajevoQuand j’ai annoncé que je partais à Sarajevo, on m’a pris pour un fou (encore une fois). Qu’allais-je donc voir à Sarajevo ? Pourquoi choisir une destination dangereuse minée par la guerre ? Quand je répondais que les choses avaient beaucoup changé depuis 1995 et que le pays vivait désormais (même fébrilement) en paix, j’avais du mal à me faire entendre. Alors cet article, je le dédie à Sarajevo et à la Bosnie ! Ce voyage a été riche en découverte et j’en ai appris plus sur cette partie des Balkans et sur son histoire douloureuse que j’ai pu en apprendre dans les livres d’Histoire !

On imagine, à tort, qu’à Sarajevo il n’y a rien à voir à part des immeubles détruits et du béton. Cette vision des choses est on ne peut plus fausse : le vieux centre ottoman est toujours sur pied et les immeubles d’héritage austro-hongrois se dressent toujours fièrement sur les rives de la rivière Miljacka. La vieille ville semble tellement bien conservée qu’on en oublierait presque que la guerre faisait rage il y a 20 ans !

Vue de Sarajevo

Il m’a fallu plusieurs mois pour me décider à enfin venir visiter Sarajevo, il ne m’a pas fallu plus de quelques minutes pour tomber sous son charme.

Arrivé à l’aéroport de Sarajevo la nuit tombée, je découvre à travers les vitres de la voiture me ramenant au centre ville les premières images de Sarajevo. Les rues sont animées, les néons de magasins et des restaurants sont colorés. Je distingue les formes des bâtiments, les contours des maisons. J’ai toutes les peines du monde à contenir mon excitation de découvrir la ville…

.

ON IMAGINE, À TORT, QU’À SARAJEVO IL N’Y A RIEN À VOIR

Vijecnica, l'hôtel de ville de Sarajevo
Vijećnica, l’hôtel de ville de Sarajevo

J’ai eu la chance de trouver une location à 6 minutes à pied du centre historique de la ville, appelé Baščaršija (prononcez bach-tcharch-ya). Là, c’est une succession de petites maisons d’architecture ottomane, toutes converties en boutiques, cafés et restaurants avec une place centrale où trône la célèbre fontaine, appelée Sebilj. C’est le point névralgique du Sarajevo historique : vous y trouvez des boutiques d’objets artisanaux (tapis, tasse à café et cafetière par exemple) mais aussi des mosquées et le magnifique Vijećnica (Viyè-tch-nitsa), autrefois bibliothèque nationale.

Je crois que c’est le bâtiment qui m’a le plus époustouflé à Sarajevo (ça mérite bien les 5 marks pour l’entrée), par sa beauté, son élégance, ses couleurs et son histoire. Avant le siège de Sarajevo, cette bibliothèque nationale comptait environ 2 millions de livres et de manuscrits, dont certains d’une valeur inestimable. En 1992, l’armée serbe l’incendia causant la perte de presque la totalité des ouvrages. Des habitants ont tenté, malgré les tirs des snipers, de sauver quelques livres, au péril de leur vie. Dans la partie centrale, des images montrent le bâtiment sous les décombres. Grâce à plusieurs donations, le bâtiment a été restauré et est absolument magnifique. Je vous conseille vivement de le visiter.

.

GRIMPER JUSQU’À ŽUTA TABIJA.

Si vous souhaitez découvrir et profiter du plus beau panorama sur Sarajevo, c’est là qu’il faut aller. Žuta Tabija (prononcez juta tabia, la forteresse jaune) se retrouve à tout juste 10 minutes à pied depuis Sebilj, la célèbre fontaine du centre historique.

Monter jusqu'à Zuta Tabija

Panorama sur Sarajevo

Sarajevo est entouré de collines, il faut donc grimper pour pouvoir profiter de cette magnifique vue sur la ville. On domine le vieux centre historique puis la nouvelle ville, à l’horizon avec ses quelques buildings. On voit le clocher des églises et le minaret des mosquées, les toitures orange et rouge des vieilles maisons ottomanes, les cimetières et les montagnes. En plus, un petit café s’est installé au sommet de la forteresse, il est donc possible de profiter de la vue et d’un thé ou d’un café bosniaque.

Le meilleur moment pour aller à Žuta Tabija, pour moi, c’est en fin d’après-midi. Quand le ciel est dégagé, les rayons du soleil de fin de journée donnent à la ville une teinte dorée qui la sublime davantage et, petit à petit, compter les lumières de la ville qui s’allument.

Panorama sur Sarajevo

Coucher de soleil à Sarajevo

Nuit sur Sarajevo

.

EXPLORER BAŠČARŠIJA, LE CENTRE HISTORIQUE.

Le vieux centre ottoman, c’est l’endroit parfait pour dénicher un petit restaurant traditionnel, faire quelques achats de produits artisanaux locaux et se promener dans les rues qui semblent sortir d’une autre époque.

Sebilj, Bascasija, Sarajevo

Bascarsija, Sarajevo

Centre de Sarajevo

Ruelle de Sarajevo

Artisanat local à Sarajevo

Ruelle de Sarajevo

J’avais juste envie que ces rues ne s’arrêtent jamais

Outre son ambiance accueillante et plutôt paisible, c’est vraiment son centre historique ottoman qui m’a fait craquer pour Sarajevo. J’allais et venais, repassait encore et encore, des dizaines de fois dans les mêmes rues à regarder les mêmes vitrines. Quand on se promène dans le vieux centre, on a pas envie d’en sortir, j’avais juste envie que ces rues ne s’arrêtent jamais et je guettais chaque coin de rue pour m’assurer que ce n’était pas une petite ruelle cachée que je n’avais pas encore visitée.

Et quand on pense que c’est terminé, on se retrouve dans une autre période. Après l’Empire Ottoman, l’Empire Austro-Hongrois a laissé ses traces et son influence sur l’architecture de la ville. En un pas, on passe d’un empire à l’autre, d’une influence orientale à européenne classique.

Influence autro-hongroise à Sarajevo

Sarajevo

Pont de l'assassinat de François Ferdinant à Sarajevo

SARAJEVO, LA VILLE OÙ L’EST RENCONTRE L’OUEST

D’ailleurs, si vous avez bien retenu vos leçons d’Histoire, c’est un événement survenu à Sarajevo qui a déclenché la Première Guerre Mondiale. Un jeune nationaliste serbe, Gavrilo Princip, assassine l’archiduc François-Ferdinand de Habsbourg, héritier du trône de l’Empire d’Autriche-Hongrie.

Le pont que l’on voit sur cette dernière image est l’endroit où s’est produit l’attentat, le 28 juin 1914. Le pont porte deux noms : le pont de pierre ou Princip Bridge.

.

DÉCOUVRIR L’HISTOIRE DE SARAJEVO.

Après cet épisode qui a précipité l’Europe dans le Première Guerre Mondiale, l’histoire de Sarajevo et de la Bosnie n’a pas été tranquille. Pendant la guerre opposant la Serbie à la Bosnie, les armées serbes ont assiégé la ville et pratiquement exterminé sa population.

Si vous en avez l’occasion, je vous conseille vivement de faire un tour organisé (voir avec l’office du tourisme) qui vous explique les circonstances de ce siège ainsi que son déroulement et vous emmènera dans les endroits les plus symboliques comme le Tunnel de l’Espoir, creusé de part et d’autre de la ligne serbe afin d’approvisionner la population prise au piège.

Tunel Spasa, Sarajevo Tunel of Hope, Sarajevo

.

VENIR À SARAJEVO.

Centre historique de SarajevoÀ ce jour, il n’existe aucun vol sans escale entre Paris et Sarajevo. Les principales villes où vous ferez escale sont : Istanbul, Vienne, Zagreb ou encore Munich.

L’aéroport est vraiment petit. Quand vous arrivez tôt le matin car vous avez un des premiers vols, ne vous étonnez pas que l’aéroport soit vide, sans sécurité, sans hôtesse, sans guichet, sans boutique. Pareil à l’arrivée, l’espace pour la file d’attente devant les douanes est vraiment limité et quand un avion entier débarque, ça laisse peu de place.

Depuis l’aéroport, un taxi qui vous emmènera au centre historique vous coûtera pas plus de 20-25€.

Etant donné que Sarajevo est très touristique pendant l’été et que la Bosnie tente de développer son industrie touristique, de nombreux hôtels ont ouvert dans le centre historique de Sarajevo et dans les alentours proches. Mais si vous voyagez en été, veillez à anticiper les recherches de logement. Je n’y étais qu’en mai, et il y avait déjà beaucoup de touristes.

fioriture

Si cet article vous a plu, merci de le partager 🙂

10 COMMENTAIRES

  1. Je comprend ton engouement pour cette ville et cette région de l’Europe. J’ai visité la Macédoine en mai et je suis également tombée sous son charme avec ses églises qui cotoient les mosquées, le quartier du bazar si typique et ces ambiances ottomanes. J’ai très envie de découvrir le reste des balkans. Sarajevo m’a l’air très jolie.

    • J’ai également le projet de visiter la Macédoine et le reste des Balkans. Je te conseille vivement Sarajevo, je pense que tu ne seras pas déçue 😉

  2. Je n’aurais pas forcément pensé à ajouter Sarajevo à la liste des villes à visiter mais tu me viens de me prouver que c’est un tord ! Cette ville à l’air magnifique.

    • Franchement, il y a quelques mois encore, j’aurais dit la même chose. Et pourtant cette ville a vraiment du charme et en plus je l’ai trouvée chaleureuse. La Bosnie est vraiment une destination à découvrir 😉

  3. Nous aussi nous y étions en mai et nous avons été charmés. Ce beau récit rappelle de bons souvenirs, merci ! Cette ville mérite d’être beaucoup plus connue et de perdre sa mauvaise réputation. Elle est absolument adorable.

  4. Absolument superbe, cet article. Sarajevo, le nom fait frémir et éveille tellement de mauvais souvenirs, je ne pense pas que je serais allée spontanément la visiter – et pourtant, tu me prouves que j’ai tort. Merci pour cette très belle découverte. J’adore vraiment ta façon de photographier les villes, et le ton de tes récits.

    • Merci Alexandra, tes mots font toujours plaisir 🙂
      C’est vrai qu’on ne pense pas spontanément à Sarajevo et pourtant c’est une ville sûre et vraiment agréable. Je suis sûr qu’elle te plairait 🙂

Laisser un commentaire