Viens, je t’emmène dans un coin de Franche-Comté,
à la découverte d’une vallée magnifique où ruisselle une rivière sublime : la Loue.
Bordée de falaises et de forêts infinies, ponctuée de villages pittoresques
et de belvédères à couper le souffle, elle est un des joyaux secrets de la région.

fioriture

Pendant toute mon enfance, mes parents nous emmenaient souvent ma sœur et moi sur les routes régionales. C’est peut-être un peu la géographie familiale qui voulait ça d’ailleurs : une de mes grand-mères vit du côté de Montbéliard (nord de la région), mes autres grand-parents était des agriculteurs dans le Haut-Doubs (à l’est), mon père travaillait à Ornans, ma tante vit à Vesoul et nous vivions à Besançon. Ajoutez à cela, des promenades, des ballades et de belles découvertes dans le Jura et dans d’autres coins reculés de notre petite contrée et tu obtiens un bel échantillonnage. C’est au cours d’une de ces promenades que j’ai découvert, il y a déjà bien longtemps, la Loue et sa superbe vallée. Une vallée faite de verdure et de roches calcaires, où la route est à même la roche et où les panoramas se succèdent.

La Loue est une rivière si unique et enchanteresque qu’elle a inspiré légendes et artistes, notamment Gustave Courbet, originaire d’Ornans, qui a peint la rivière à maintes reprises.

C’est donc sur cette route que je t’emmène aujourd’hui, à la découverte de ce petit coin de nature que j’affectionne tout particulièrement. La vallée de la Loue est pour moi un des endroits à ne pas manquer si tu viens découvrir la région, d’autant qu’il est possible de faire ce petit périple au départ de Besançon, sur une journée, et retourner dormir le soir dans la capitale comtoise. Si tu as envie d’une nature insolente, d’une escapade paisible au milieu des forêts et des petits villages, alors viens découvrir ce petit coin de France ! Allez, mets ta ceinture, on va faire un tour.

Viens découvrir ce petit coin de France !

.

.

.

AU COMMENCEMENT
ÉTAIT LA SOURCE

La source de la Loue est tout aussi surprenante et fascinante que le cours d’eau lui-même. La rivière semble sortir des entrailles de la Terre par une bouche creusée dans une imposante roche minérale. En suivant le cours d’eau qui s’élance au milieu des arbres et des roches, une jolie petite promenade se fraye un chemin dans la forêt et permet de rejoindre le village de Mouthier Haute-Pierre, situé à quelques kilomètres de là.

.

.

.

.

.

1 000 000 DE LITRES D’ABSTINTHE :
L’ÉNIGME DE L’ORIGINE DE LA LOUE !

En 1901, un grave incendie survint dans une distillerie de Pontarlier, capitale de l’absinthe. Pour éviter l’explosion des cuves, leur contenu fut déversé dans le Doubs, la rivière qui traverse la ville. Au total, un million de litres d’absinthe furent évacués ! Deux jours plus tard, les poissons titubaient dans la Loue.

Ainsi a-t-on découvert qu’il existe une liaison souterraine entre le Doubs et la Loue. D’après un géologue bisontin, la Loue est une résurgence du Doubs (prouvé par la suite à l’aide de coloration à la fluorescéine). Les pertes du Doubs surgissent à Ouhans et créent cette surprenante rivière qui, 122 kilomètres plus loin, se jette… dans le Doubs, à nouveau !

.

.

LA LOUE NAÎT DU DOUBS
POUR Y TERMINER SA COURSE

.

Horizon comtois typique

.

.

.

DEUX BELVÉDÈRES
POUR ADMIRER LA VUE D’EN HAUT

.

À la sortie du village, prends la direction de Renédale, un petit village en hauteur, à quelques kilomètres, où tu trouveras un premier belvédère. Il est joli mais pour moi, le plus beau, est le deuxième, un peu plus loin : le point de vue du Moine. Le point de vue est absolument magique sur la vallée et ses reliefs. Juste en bas, le village de Mouthier Haute-Pierre ; en face, le belvédère de Hautepierre-le-Châtelet ; puis sur la gauche, les villages qui s’égrainent dans la vallée : Lods, Vuillafans… Un belvédère à ne pas manquer !
.

.

.

Depuis les belvédères,
reviens sur tes pas pour passer de l’autre côté de la rivière,
à la découverte de villages adorables.

.

.

.

MOUTHIER HAUTE-PIERRE

.

Mouthier Haute-Pierre est le premier village que tu traverseras en suivant la Loue. Cet ancien village de vigneron est charmant et mérite un arrêt pour ses petites rues étroites, ses vieilles maisons de pierre et son ambiance vraiment agréable.
En cette chaude journée, il n’y avait pas grand monde dans les rues du village. J’avais l’impression d’y être seul et de l’avoir pour moi tout seul.
.

.

.

Au hasard des rues, on rencontre un lavoir fleuri de géraniums, des maisons de maîtres, des embrasures de portes sculptées dans la roche, une tourelle perdue dans les feuillages et des petites ruelles charmantes qui s’engouffrent dans des petites cours secrètes.

Depuis le centre du village, où trône l’église, part le chemin qui mène à Hautepierre-le-Châtelet et son incroyable belvédère.

.

.

.

.

HAUTEPIERRE-LE-CHÂTELET
& LE BELVÉDÈRE DE LA ROCHE

.

En quittant le centre de Mouthier, le chemin qui monte vers le belvédère serpente sur le flanc de colline, en lacet, pour arriver à Hautepierre-le-Châtelet, petit hameau calme et paisible, perché au-dessus de Mouthier. Gare-toi près de la mairie et continue le chemin à pied, pendant une quinzaine de minutes. Le panorama qui s’offrira alors à toi est magnifique !
.

.

.

AU SOMMET :
UN BANC, UNE CROIX,
UNE VUE ÉPOUSTOUFLANTE…
ET UN POÈME.

.

Le belvédère culmine à 881 mètres et offre une vue remarquable sur toute la vallée et les alentours, sur les champs et les étendues de forêts de sapins. Tout en bas, le village de Mouthier, et en face, le belvédère du moine de Renédale.

Et au sommet, une grande croix et un banc pour admirer la vue. Sur une roche, un poème d’un auteur natif de Hautepierre.

.

J’adore cette vue,
j’adore cette verdure, cet horizon,
je ne m’en lasse pas.
Il est pourtant temps de redescendre et de rejoindre Lods.

Je suis le sombre amant du rocher triste et nu,
dans le nid des aiglons, j’ai dormi tout mon rêve,
sans vertige et sans peur, comme j’étais venu
à travers les ravins dans ma course sans trêve.

Avec le houx bronzé sur le mont inconnu
j’ai coupé le chardon pour l’offrir à mon Eve.
L’œillet qui lui plaît tant ne croît qu’au bord chenu
du rocher, vers l’abîme où l’ouragan s’élève.

Du haut de ces titans j’ai vu dans sa beauté
se coucher le soleil dans l’or des soirs d’été
et mes yeux pour la vie ont gardé ces images.

Et c’est le sol natal où dorment mes aïeux.
O rocher, sphinx muet, veille toujours sur eux,
sentinelle debout, le front dans les nuages.

Emile Lonchampt, 1892
Poète originaire de Hautepierre
.

.

.

.

.

UNE PROMENADE À LODS

.

On reprend la route, on redescend cette pente qui s’accroche au flanc de la falaise et qui serpente au milieu des arbres… et on prend la direction de la prochaine étape, un village classé parmi les plus beaux villages de France, un village charmant qui ne demande qu’à t’accueillir : Lods.
.

.

.

Confortablement installé sur les rives de la Loue, le village s’étire en hauteur, à flanc de colline. À peine arrivé, on se plaît à admirer les eaux presque turquoises de la Loue depuis le pont. Et puis on commence à s’engouffrer dans une ruelle en pente qui mène dans la partie haute du village. Le long de la ruelle, de jolis porches, des fenêtres fleuries, une ambiance paisible et une superbe vue sur la partie basse du village. Dans le haut du village, une jolie église de 1733 entourée de petites ruelles, de jardins et de maisons de pierre. Lods a un côté attachant car c’est un village qui semble surgir d’une autre époque, comme attaché à une gloire passé.

.

.

.

.

Historiquement, Lods est un village de vignerons et de forgerons : les vignerons installèrent leurs vignes et leurs habitations dans la partie haute du village, les forgerons, eux, s’établirent dans le bas du village, au bord de la rivière, pour profiter de la force hydraulique de la Loue. Le village a un patrimoine intéressant : des forges, des moulins, des maisons vigneronnes, un château du XIIIe siècle et l’arche d’un vieux pont de pierre du XVIe siècle. Et puis Lods peut-être le point de départ de nombreuses randonnées magnifiques.

.

.

.

.

UN DÉTOUR PAR VUILLAFANS

.

Vuillafans est pour moi le pendant de Mouthier Haute-pierre, un ancien village de vignerons qui a gardé dans son architecture des traces de quelque richesse. De belles maisons élégantes, des embrasures de portes médiévales, un clocher imposant surmonté d’une horloge à cadran solaire. Vuillafans est également plus animé que Lods.
.

.

.

.

J’aime ces villages car, même s’ils se partagent une même rivière, une même vallée et ne sont qu’à quelques kilomètres les uns des autres, ils gardent chacun leur spécificité. Il y a dans chaque village, un petit quelque chose qui le rend unique par rapport à ses voisins, une ambiance différente.

Au pied de l’église, prends la petite rue qui part sur ta droite en direction d’Echevannes. La route, comme celle qui grimpe à Hautepierre-le-Châtelet, monte en lacet tout en haut de la colline et se rend à Echevannes, un petit village paisible. Ce n’est pas un village typique qui mérite un arrêt, mais j’ai beaucoup aimé l’oratoire qui domine la vallée. Situé en plein milieu d’une pâture, à quelques mètres à peine de la route, c’est un des oratoires que je préfère.

.

.

.

.

.

ORNANS, PAYS DE COURBET

.

Ornans, c’est un peu la capitale de la vallée. C’est la plus grande ville et là où le commerce bat son plein. Mais Ornans n’est pas connue pour son animation mais pour être la ville natale d’un grand peintre français : Gustave Courbet. Elle a été le cadre de plusieurs de ses toiles et a largement inspiré l’artiste depuis le petit atelier de fortune aménagé dans la maison familiale. Et Ornans, c’est aussi une superbe vue sur la Loue et ses maisons en bordure de rivière.
.

.

.

Comme pour tous les autres villages le long de la vallée, le point négatif de Ornans, c’est cette route qui traverse la ville et qui lui prive d’un côté paisible. Sinon, Ornans, c’est une ville avec un patrimoine intéressant avec de vieilles maisons, une église du XVIe siècle, des hôtels particuliers et même les ruines de l’ancien château fort d’Ornans, surplombant la villes, démantelé par Louis XIV en 1674. De là-haut, pleine vue sur la ville et ses environs. Mais ce que je préfère à Ornans, c’est prendre les ponts traversant la Loue et admirer les petites maisons au-dessus de la rivière.

.

.

.

Et comme je te le disais, Ornans, c’est la ville natale de Gustave Courbet.
Si la peinture te plaît, pourquoi ne pas faire un saut au musée Courbet,
installé dans l’ancienne maison familiale de l’artiste ?

.

.

.

Sur les pas de Courbet.

Parmi les tableaux connus du peintre (tu connais probablement celui intitulé L’origine du monde), il y en a un qui a subi de vives critiques à l’époque : Un enterrement à Ornans.
.

.

.

.

On reprochait à Courbet d’avoir représenté le laid, l’infâme, le pauvre… tout ce qu’on ne devait pas montrer. Pourtant, ce tableau est un de ses plus connus avec L’Origine du monde.

Si tu aimes Courbet, la peinture ou tout simplement si tu aimes voir en vrai les lieux qui ont été peints, prends la route de Cléron en quittant en Ornans et ne manque pas le petit panneau “Miroir de Scey” quand tu arriveras à Scey-Maisières. Tu y verras le moulin représenté par Courbet sur ce tableau.
.

.

Au-dessus d’une haie, le moulin est toujours debout, presque identique à celui sur le tableau. Le reflet sur l’eau calme de la Loue est un miroir parfait. Au-dessus de la colline, la tour des ruines du Castel Saint-Denis, datant de l’an mil, résiste toujours au temps qui passe.
.

.

.

.

.

UN COUP D’ŒIL
AU CHÂTEAU DE CLÉRON

.

Le village de Cléron est principalement connu pour son magnifique château au bord de la Loue. Je le trouve fascinant, j’aime ses formes élancées et mystérieuses et ses airs de château de Transylvanie avec sa tour centrale, pointue et carrée.

.

.

.

.

.

.

QUELQUES DÉTAILS PRATIQUES

.

VENIR ET CIRCULER DANS LA VALLÉE

Pour profiter au mieux de la vallée, des villages et des belvédères, le mieux est d’avoir un véhicule personnel. Il y a bien une ligne de bus qui relie tous les jours (avec 6 bus par jour) Besançon à Pontarlier en s’arrêtant à Ornans et Lods. Toutefois, les belvédères et autres villages ne sont accessibles que par chemin de randonnée. Et les montées sont raides.

Si tu as ton propre véhicule, une journée suffit pour faire une visite comme dans cet article. Si tu te déplaces par bus, vélo ou à pied, il faut compter au moins deux jours dans ce cas. Il y a une agence de location de voiture juste devant la gare de Besançon.

Et si le cœur t’en dit, après Cléron, fait un petit détour par Nans-sous-Sainte-Anne pour découvrir la sublime source du Lison !

OÙ MANGER ?

À Lods : Hôtel de France.
Une adresse sans prétention, simple, mais le repas est bon. Si tu souhaites déguster un plat typique de la région, commande la croûte forestière (aux champignons). Comme son nom l’indique, l’établissement fait aussi hôtel et a vue sur la Loue.

À Ornans : Le Courbet.
Restaurant plus gastronomique que le précédent mais on y mange bien, notamment un autre plat typique : la truite au vin jaune.

.

.

.
Voici une carte des lieux présentés dans cet article.
Si tu as des questions, n’hésite pas à me contacter 😉

.

.
Cette promenade est maintenant terminée.
Ca te tenterait de découvrir cette région ?
N’hésite pas à commenter et à partager 😉

.

9 COMMENTAIRES

  1. Merci pour cette découverte d’une région que je ne connais pas du tout ! J’adore vraiment la première photo, ces balcons minéraux vertigineux, c’est magnifique. Cela me rappelle le Vercors (ça doit être parce que je prépare un article dessus ;)) Coup de coeur aussi pour le château de Cléron et ses formes élancées, un peu menaçantes ! tes photos sont superbes.

    • Merci à toi 🙂
      c’est vrai que la Franche-Comté n’est pas une région très connue, pourtant c’est très beau. Je devrais peut-être faire plus d’articles pour faire découvrir ma région natale :))

  2. j’en ai fait de belles balades dans cette région si calme, si jolie et pourtant peu connue !
    je faisais à peu près le même tour sur la vallée de la Loue que le tien (sans Cléron)
    nous étions basés dans le val des Usiers tout près de la source de la Loue. et y venions souvent pour qq jours de vacances .
    j’aimais aussi aller du coté de Montbenoit, Gilley,, le défilé d’entreroche, Morteau puis le Saut du Doubs,
    ou bien à la source du Lison, Nans sous Sainte Anne…. .
    enfin la liste de mes balades dans ce coin était bien plus longue, mais je pense que tu dois connaitre la région bien mieux que moi

    • Merci pour ton commentaire, je suis content de voir que tu connaisses tous ces endroits qui à moi me plaisent beaucoup aussi 🙂
      C’est vrai qu’il y a pas mal de balades et de lieux à découvrir dans cette région.
      PS : j’adore la région de Morteau, le Saut du Doubs et le défilé d’entreroche. ^^

  3. Oui je connais et j’apprécie, ce sont de beaux souvenirs😃👍
    Et je rêvais aussi devant le château de Joux après Pontarlier👍. .. le lac de Saint Point et celui de Remoray… oh la la ma liste de balades par là bas est longue, longue, longue, c’est vraiment une région méconnue , profite en bien😃

  4. Je suis ravi de découvrir un coin de France que je ne connais absolument pas.
    Je n’avais jamais envisagé la Franche-Comté comme une destination de vacances mais là, je suis convaincue. j’adore ces petits villages et cette nature incroyable !
    magnifique
    Merci beaucoup pour cette belle découverte ! une région à découvrir

Qu'en pensez-vous ? Laissez un commentaire :)