Quitte à voyager en Égypte, pourquoi ne pas en profiter
pour faire un petit détour par le désert ?
D’autant plus que le vaste désert égyptien a d’excellents attraits naturels,
variés et surprenants, qui sauront marquer votre séjour.

fioriture

.

Il n’y a pas que des pyramides et des temples en Égypte ! Les touristes ont surtout tendance à ne visiter ce pays que pour ces monuments historiques ou ses stations balnéaires de la Mer Rouge. C’est tellement dommage, il y a tant d’autres merveilles à découvrir dans ce pays et le désert en fait partie.

Ça a été pour moi la plus belle découverte de ce voyage en Égypte. Moi qui ai grandi entre les montagnes enneigées et les collines verdoyantes, entre les forêts de sapins et les prés fleuris, rencontrer le désert avait quelque chose de fascinant et d’incroyable. Une impression d’immensité, de territoire sans fin et de totale impuissance face à l’infini. C’était la première fois que j’allais dans un désert, me voilà conquis et en totale admiration.

.

.

.

Après quelques recherches, j’ai trouvé un guide qui propose des circuits suivant vos envies. En Égypte, le désert est vaste et varié, tout n’est pas que sable et dunes à l’infini. J’ai choisi de rester 4 jours et je pense que c’est un minimum pour découvrir ce que le désert a à offrir. J’ai dit au guide ce que je voulais voir (dunes de sable, désert noir et désert blanc) et il a organisé le circuit, lui qui connaît le désert comme sa poche et les routes qui le sillonnent par cœur. Vu que les touristes fuyaient l’Égypte à cette période, j’étais son seul client. J’ai donc eu la chance d’avoir deux guides pour moi tout seul et une excursion privée ! Le pied !

Étant donné qu’il vivait à l’oasis de Bawiti, au milieu du désert, il a envoyé deux personnes me prendre à mon hôtel du Caire. Il fallait bien 3 heures de route (dont une bonne heure pour sortir du trafic chaotique de la capitale égyptienne) pour rejoindre l’oasis. Une fois sur place, après un bon repas, c’est parti pour le désert !

.

LE DÉSERT NOIR

Un nom intrigant pour un lieu tout autant pittoresque.

.

.

Érosion et roche volcanique, voilà ce qui a produit cette couleur. En effet, il y a de cela des millions d’années, les volcans qui se trouvaient ici sont entrés en éruption. Au fil des siècles, la lave s’est transformée en roche noir qui avec le vent s’est dispersé et a été peu à peu recouverte de sable. Un endroit magique à découvrir absolument !

Le 4×4 roule à vive allure sur la route du désert qu’il quitte brusquement pour s’élancer sur le sable. Ça y est, l’aventure et l’exploration du désert a bel et bien commencé ! Le guide conduit avec agilité, il semble connaître ces sentiers, ces dunes, ces roches à la perfection.

Le paysage est emprunt de désolation. Ce qui me choque le plus, c’est le silence qui règne. Ici, aucun bruit, aucun son mis à part le vent. C’est, je pense, la première fois que “j’entends” un tel silence, une telle absence de son. C’est fascinant !

.

.

.

Je comprends les personnes qui parlent du désert comme d’un endroit qui force à l’introspection, au questionnement voire à la spiritualité. Ici, tout semble surnaturel. Dans nos vies quotidiennes, on est tellement habitués au bruit, à la foule, à l’agitation et à la proximité que se trouver au milieu de nulle part, au milieu de dunes et de roches, au milieu de ce qui s’apparente au néant, procure un effet paradoxal. On se sent si petit et pourtant on se sent une présence, on se sent vivre.

C’est aussi un endroit qui force à prendre son temps. Dans le désert, la précipitation n’existe pas. Ne peut pas exister. On oublie tout, on laisse tout aux portes du désert et on vient ici pour profiter, pour vivre.

.

.

.

Dans le désert, les paysages semblent immuables et sont pourtant variés ! Quand on quitte le désert noir, on arrive au désert de sable avec ses dunes qui s’élancent jusqu’à l’horizon. Pour voir de grandes dunes, appelées aussi La grande mer de sable, il faut descendre tout au sud du pays, à la frontière avec la Libye. Nous n’avions pas le temps car la route est longue mais c’est à voir !

En journée, quand le soleil est au zénith, le sable est tellement chaud qu’il s’affaisse sous le poids de la voiture et il n’est désormais plus possible de grimper les dunes, la voiture s’embourbe dans le sable. Chaque jour, nous stoppons notre route et, à l’abri d’une haute dune ou d’une roche, nous attendons à l’ombre que les chemins soient de nouveau praticables.

Nous en profitons alors pour parler un peu, boire du thé ou piquer un petit somme. En fait, eux en profitent pour dormir, moi je suis trop excité par ce désert pour rester là à faire la sieste. Je m’avance dans le sable et je marche pour découvrir les alentours de ce campement de fortune. Le sable me brûle les pieds, le soleil tape.

.

Petite oasis dans le désert.

.

.

.

J’ai eu un petit problème d’appareil photo en plein milieu de mon séjour. Un grain de sable, un malheureux grain de sable, a trouvé bon de s’incruster dans mon appareil. Autant dire que ledit appareil n’a plus daigné se rallumer. C’est un des quelques inconvéniants. Oui, le désert avec son condensé de sable et de chaleur peut vite représenter un danger pour votre appareil photo. Alors pas de panique, je vous ai préparé un petit article pour bien prendre soin de votre outil !

.

.

.

LE DÉSERT BLANC

Un paysage absolument surprenant,
comme sorti d’un autre monde !

.

.

Le désert blanc est probablement l’endroit le plus surprenant et le plus fascinant du désert égyptien. Au fur et à mesure que nous avancions, le sable laissait la place à une étendue blanche, on penserait presque qu’il s’agit de neige ou de sel. Par endroit, tout est blanc, il n’y a plus de sable. L’érosion d’une roche calcaire a rendu ce territoire totalement blanc et peuplé de formes étonnantes : un lapin, une poule…

C’est vraiment une excursion à faire quand on visite l’Égypte. Le Désert Blanc, ce n’est pas un simple désert, il y a un quelque chose de particulier. Passer au milieu des ces formes, de ces roches sculptées par le temps et le vent, vous donne vraiment l’impression d’être ailleurs, hors de cette terre et d’explorer un nouveau monde. À ne pas manquer !

.

.

.

PASSER LA NUIT DANS LE DÉSERT

Une expérience fascinante à faire au moins une fois !
C’est l’assurance de passer une nuit mémorable.

.

.

.

J’ai dormi dans le désert ! Ces mots résonnent en moi et j’ose à peine y croire. Pour moi, c’était une première. J’ai déjà fait du camping, préparé ou à l’arrache au milieu d’un champs ou en forêt, j’ai déjà dormi à la belle étoile à la campagne et sur une plage, mais dormir dans le désert, ça, jamais. J’ai complètement adoré ces quatre nuits au milieu des dunes !

Nous plantions la tente, l’accrochions bien fort à la voiture et étendions des tapis sur le sol. Le premier soir, j’ai dormi dans cette tente à ciel ouvert puis j’ai demandé à dormir sur le toit de la voiture pour les nuits restantes. Je n’avais jamais vu un ciel aussi étoilé ! C’était comme dans un film, je peinais à croire que c’était réel. La vue était magnifique et chaque soir je me disais que ça serait dommage de dormir et de ne pas profiter de cette vue.

Mon plus grand étonnement a été de voir qu’il y avait autant de vent. Dans le désert, quand la nuit tombe et jusqu’au lever du soleil, le vent souffle, parfois très fort. J’entendais le sable fouetter la voiture, je sentais la voiture tanguer sous l’effet des fortes bourrasques. Le lendemain, le côté de la voiture était presque recouvert de sable.

.

.

.

La première nuit, je l’ai passée à même le sol, au milieu des deux guides. Au petit matin, une gerboise s’est mise en tête de venir faire un petit tour sur mon matelas. Moi qui hais et déteste tout ce qui ressemble de près ou de loin à une souris ou un rat, j’ai détesté l’expérience. L’air de rien, j’ai demandé au guide si je pouvais dormir sur le toit de la voiture (ce qui, en plus, me permettait d’avoir une bien meilleure vue sur le ciel étoilé). Les trois nuits suivantes, je n’ai donc plus rencontré de gerboise (“malinx, le lynx”) ^^.

Lors de la dernière soirée, au milieu du désert blanc, des fennecs rôdaient non loin du camp. Quand je voyais leurs petits yeux briller dans l’obscurité, je me sentais vraiment rassuré à l’idée de dormir sur la voiture…

.

.

.

PARTIR DANS LE DÉSERT EN ÉGYPTE

Attention, il est formellement déconseillé de s’aventurer dans le désert seul, sans guide assermenté. D’une part, car il est facile de s’y perdre et de ne jamais en revenir, d’autre part car la situation sécuritaire de l’Égypte et la proximité avec la Libye rendent les déplacements plus surveillés. D’ailleurs, les contrôles de police sont nombreux sur les routes menant au désert et vous ne passerez pas le check-point si vous n’êtes pas accompagné d’un guide.

Plusieurs agences de voyage locales ou des guides proposent des séjours dans le désert. Généralement, ils viennent vous chercher à votre hôtel au Caire ou Louxor, et vous proposent, suivant votre programme, des séjours de 1 à 8 jours sur place. Moi j’ai choisi de voyager avec Mohammed, un guide très sympathique, bien préparé et qui connaît vraiment bien le désert.

.

.

.

.

Si vous aimez le désert,
pourquoi ne pas découvrir le Wadi Rum en Jordanie,
ou le désert du Négev en Israël ?

.

2 COMMENTAIRES

  1. je suis choquée par cette beauté! C’est tellement beau ! Alors déjà je ne connais pas l’Egypte on en entend très peu parlé. Mais quand je vois de tels décors à couper le souffle j’ai envie de prendre un billet de ce pas!! Merci pour les conseils et notamment nous préciser de prendre un guide! Très bel article !!

Qu'en pensez-vous ? Laissez un commentaire :)