France

Morteau et le Haut-Doubs romantique

 

APRÈS AVOIR ARPENTÉ LA HAUTE VALLÉE DU DOUBS,
AVEC SES CASCADES, SES GORGES ET SES LACS,
JE POURSUIS MON ROADTRIP EN FRANCHE-COMTÉ. EMPRUNTANT LES ROUTES DU HAUT-DOUBS,
D’AILLEURS, MARQUONS UN ARRÊT, J’AI QUELQUE CHOSE À TE MONTRER.

Laissons derrière nous le sinueux parcours du Doubs, ses envolées frontalières et ses falaises menaçantes. Je t’avais quitté à Villers-le-Lac, et aujourd’hui, je te propose de venir  me suivre à Morteau, ville située à tout juste 6 kilomètres au sud,  pour admirer les paysages secrets du Haut-Doubs. En passant de belvédères magnifiques à petites cascades, de patrimoine typique à ruines de châteaux, on va faire une jolie balade, car partir sur les routes et les chemins du Haut-Doubs, c’est s’envoler pour une virée bucolique à la découverte de beautés inconnues. Quant au Doubs, il ne sera jamais très loin, dessinant de son eau inspirée des paysages surprenants et attachants.
.

Chaque recoin de ma région est rempli de merveilles mais j’avoue que le Haut-Doubs reste mon terrain de jeu favori. Peut-être est-ce parce que c’est la terre de ma mère et que j’y ai en partie grandi, peut-être est-ce parce qu’on y retrouve l’image typique d’une Franche-Comté de carte postale, celle des vieilles fermes comtoises qui défient les siècles entourées d’un horizon paré de ses plus beaux habits, cousus de sapins et d’épicéas, de reliefs, de pâturages ou de rivières. Ou peut-être est-ce parce qu’il représente une certaine idée de la France éternelle, celle qu’on aime, celle qui nous rappelle notre enfance et nos vacances à la campagne, celle qui reste encore préservée de la frénésie de l’urbanisation, cette France qui fait perdurer nos traditions séculaires, cette France qui nous sert de repère dans ce monde où tout évolue à une vitesse folle.

C’est dans cette France-là que je veux t’emmener à travers 3 idées de circuits découverte au départ de Morteau. Des lieux loin du tourisme de masse, peu fréquentés, pour apprécier la beauté des paysages en toute tranquillité et découvrir la Franche-Comté comme seuls les locaux la connaissent.
Le programme te convient ? C’est parti, direction Morteau !

.

.

.

.

MORTEAU, SAUCISSE SUPERSTAR

Arrêtons-nous à Morteau avant d’aller plus loin. Morteau est internationalement reconnue pour sa saucisse. À peine évoque-t-on le nom de Morteau qu’on imagine déjà un bon plat avec une délicieuse saucisse cuite à point. Si la Franche-Comté était une monarchie, nous aurions le Comté comme roi et la saucisse de Morteau serait sa reine. Personnellement, je suis un fan inconditionnel de la Morteau qui, pendant toute mon enfance, a agrémenté mes repas d’hivers, mes salades comtoises, mes apéros, mes pique-niques…
D’ailleurs, s’il est un produit qu’il faut ramener de tout séjour dans la région, c’est probablement une belle Morteau qui n’attend qu’à être dégustée !

Mais il ne faut pas limiter Morteau à sa saucisse, aussi délicieuse soit-elle. D’une part car à Morteau on ne fait pas que de la saucisse, on y produit également de délicieuses boissons artisanales (limonade en tête) mais aussi du chocolat et des caramels. D’autre part car le savoir-faire de Morteau est, depuis le 16ème siècle, l’horlogerie et la fabrication de montres.

Et puis, outre ses qualités gastronomiques et son savoir-faire horloger, Morteau est également une petite ville agréable qui, tout en surveillant le Doubs qui serpente à ses pieds, compte en son centre quelques monuments intéressants : une église classée site clunisien, un ancien château de 1590 devenu hôtel de ville et un autre château de 1576.

.

.

.

Morteau est une petite ville qui a tout d’une grande. Dépassant tout juste les 6000 habitants, elle est la quatrième agglomération du département du Doubs mais son dynamisme la rend incontournable dans cette partie de la région.  La visite est plutôt rapide, la ville a malheureusement perdu une grande partie de son patrimoine au cours des siècles, mais laisse-toi le temps d’admirer le superbe bâtiment de l’hôtel de ville, avec ses deux tours et sa pierre jaune caractéristique de la ville, puis de flâner devant le Château Pertusier où se trouve aujourd’hui le musée de l’horlogerie et où l’on trouve des pièces très rares de l’horlogerie régionale. Et, naturellement, tes pas te mèneront à l’église de Morteau.

.

ÉGLISE NOTRE-DAME DE L’ASSOMPTION

Au 10ème siècle, des moines de Cluny s’installent à l’emplacement de Morteau pour défricher la zone et y installer un prieuré. L’église actuelle est terminée quant à elle en 1420 mais elle a subi de très nombreuses dégradations (guerres, incendies, foudre…) au cours des siècles et seule une partie du chœur date de cette période, et notamment les superbes voûtes de l’église.

.

.

.

.

.

3 CIRCUITS POUR DÉCOUVRIR
LES ENVIRONS DE MORTEAU

.

Au départ de Morteau, tu as l’embarras du choix pour partir faire une petite journée découverte au milieu de paysages magnifiques et de patrimoine traditionnel. Je t’ai sélectionné ici 3 circuits qui te feront découvrir le Haut-Doubs à travers sa belle nature généreuse et ses villages de caractère.
.

.

Respire, tu es dans le Haut-Doubs !

.

.

.

.

AUTOUR DU MONT CHÂTELEU

Programme ton GPS sur la destination suivante : Les Gras. Étonnant nom de village, tu ne trouves pas ? Mais derrière ce petit nom amusant se cache un village qui mérite un détour. D’une part car son passé industriel a complètement marqué son architecture mais aussi car il est entouré d’une belle nature encore sauvage.
.

.

.

.

La visite des Gras n’est pas la finalité de ce circuit mais elle l’entame de manière agréable, la visite du village est courte mais intéressante avec son église Saint-Renobert et ses quelques fermes comtoises du 16ème siècle, sa fontaine du 19ème siècle qui rappelle son passé industriel florissant, et quelques maisons typiques du Haut-Doubs comme sa mairie.

À l’entrée du village commence un petit sentier de randonnée qui t’emmène dans la forêt, à la découverte de petites cascades.
.

.

.

.

Les Cascades des Chaudières sont un véritable havre de paix au milieu de la forêt. L’eau dévalant du mont Châteleu a creusé son passage à travers la roche calcaire et, sur environ une centaine de mètres, se succèdent plusieurs petites cascades dont la plus grande mesure environ 4 mètres. Quand il fait chaud, il n’est pas rare de voir un couple pique-niquer au bord de l’eau et de voir des enfants s’amusant en se baignant dans les “marmites”, ces trous creusés dans la roche par le courant et les galets.

J’ai découvert ces cascades récemment et j’ai adoré cet endroit, leur ambiance paisible et leur côté perdu au milieu de la forêt (je précise que le sentier est balisé). Ça a été un gros coup de cœur, comme le point de vue vers lequel je t’emmène désormais : les Roches du Cerf.

.

.

.

.

Depuis la vieille ferme située dans le hameau du Théverot commence un sentier vers les Roches du Cerf. N’aie pas peur, le début est assez raide et pendant 20 minutes tu te demandes pourquoi tu t’infliges ça mais, une fois au-dessus, le chemin en sous-bois longe la falaise et t’offre, par moments de somptueux points de vue sur la vallée comme celui ci-dessus. Je suis complètement dingue de cette vue et si tu aimes les beaux panoramas, je te conseille cette randonnée !

Mais au-delà de la vue, il y a un autre attrait plutôt intéressant. À cet endroit se trouve également une borne frontière de 1819 entre la France (symbolisée par la Fleur de Lys) et la Suisse. Le reste de la randonnée se fait donc  côté suisse sur quelques kilomètres. En bas de la vallée, dans le forêt, une autre borne plus discrète indique qu’on rentre à nouveau en France.

.

.

.

.

Après cette mise en jambe, il est temps de prendre la direction du Mont Châteleu qui domine ce secteur du haut de ses 1301 mètres d’altitude. Depuis le parking de l’Auberge du Vieux Châteleu, un sentier te mène en à peine 30 minutes au sommet du mont où t’attendent deux belvédères magiques !

Le premier, orienté vers la Suisse, t’offre un panorama superbe sur la vallée et, par temps dégagé, sur les alpes bernoises. Le deuxième, situé quelques mètres plus loin, orienté vers le sud, s’ouvre sur une vue incroyable sur Les Gras, quelques uns de ses hameaux et on peut même y voir les Roches du Cerf ! Cette vue est absolument magique et je te la conseille vivement !

.

.

.

.

Si tu as suivi ce programme jusque-là, ta journée aura été bien remplie et assez physique, il est peut-être temps de rentrer à Morteau pour profiter d’une bonne nuit de repos. D’ailleurs, j’ai découvert une maison d’hôte absolument géniale qui sera parfaite pour ton séjour et pour te plonger davantage dans l’âme du Haut-Doubs, tu trouveras l’adresse en fin d’article. Et même sur la route, le paysage te déroule ses plus beaux atouts au hasard de virages et de routes oubliées.

.

.

.

.

.

.

LE BIZOT, UN VILLAGE ENTRE RUINES ET TOURBIÈRES

Pour ce deuxième circuit, je te rassure, on va moins marcher. Prenons la direction d’un petit village adorable au nord de Morteau, Le Bizot, un village typique du Haut-Doubs pour aller à la découverte de son patrimoine étonnant.
.

.

.

.

Le Bizot, c’est un petit village paisible et pittoresque et qui conserve un peu l’âme de nos villages d’antan. Petit village, certes, mais patrimoine vraiment surprenant. Tout d’abord, son église. L’église Saint-Georges trouve ses origines en 1508 et sera quelque peu modifiée au cours des siècles. De style gothique flamboyant, l’église surprend par son vieux mobilier et surtout par sa toiture, faite de lave, qui pèse plus de 460 tonnes ! Le tout repose sur une charpente en bois de sapin.

.

.

.

.

Mais Le Bizot possède également de vieilles fermes comtoises ainsi qu’une vieille maison du 16ème siècle, la Maison de justice, remarquable par ses vieilles fenêtres à meneaux, ses moulures et sculptures représentant la corde de la justice. Une maison de justice, mais pourquoi ? À quelques kilomètres de là, sur la commune voisine du Bélieu se trouvait le château de Réaumont, un beau et grand château féodal datant de 1354. Au 16ème siècle, les seigneurs de Réaumont ne souhaitant plus rendre justice à la cour, décidèrent de transférer ce centre de justice dans la commune du Bizot, dans une maison de 1527. Aujourd’hui, cette maison est privée mais héberge un café. En pénétrant à l’intérieur, tu auras la possibilité de voir dans la salle principale une énorme cheminée en pierre ainsi qu’une magnifique charpente en bois. Il s’agit de la charpente de 1527, parfaitement entretenue.

.

.

.

.

Juste à côté de cette maison, dans la grange en bois, se trouve la devanture d’un café “Chez Colette” qui semble directement sorti d’un décor de cinéma. C’est le cas, en 2002, Gérard Jugnot tourne au Bizot quelques scènes de son film Monsieur Batignole. La devanture de ce café est le décor de cinéma que les habitants de la commune ont souhaité maintenir en l’état. Pas mal, non ?

.

.

Souvenir du tournage de Monsieur Batignole, Le Bizot.

.

.

Après avoir visité la maison de justice, et si on s’intéressait maintenant au château de Réaumont. Malheureusement, le château n’est plus, il a connu le sort funeste de la plupart des châteaux francs-comtois, mais on peut toujours voir les ruines, dans la forêt. Direction Le Bélieu. Un peu avant l’entrée dans la commune, un sentier de randonnée s’enfonce dans la forêt en direction des ruines. Tu en as pour environ vingt minutes, le temps que je te parle rapidement du château. Construit en 1354, il était la possession de Henri de Montfaucon, comte de Montbéliard. Après plusieurs siècles sanglants entre familles rivales, le château subit une première destruction en 1639 sur ordre de Louis XIII pendant la Guerre de Dix Ans puis se voit rasé définitivement en 1678 par Louis XIV.

.

.

.

.

Il n’en reste pas grand chose, un amas de pierres où l’on distingue parfois une porte ou une fenêtre, mais c’est toujours mieux que rien. Pour terminer notre petit circuit, je te propose de découvrir une tourbière et un bel étang. Tu trouveras en Franche-Comté de nombreuses tourbières. Ce que j’ai aimé dans celle-ci, c’est son superbe étang préservé, le calme qui se dégageait du lieu et le petit banc pour se reposer, face à l’étang. Une belle manière de terminer cette journée découverte, non ?

Et sur le chemin du retour à Morteau, pourquoi ne pas garder l’œil ouvert et admirer quelques clochers comtois typiques ?

.

.

Clocher à l’impériale, tuiles vernissées… Pas de doute, voici un clocher comtois !

.

.

.

.

DE GRAND’COMBE CHÂTELEU À MONTBENOÎT
PAR LA ROUTE DES ENTREROCHES

Avec ce troisième et dernier circuit, moins de nature mais du patrimoine rural et religieux vraiment intéressant. Un village tout d’abord avec de nombreuses vieilles fermes comtoises typiques, parmi les plus anciennes de la région, puis on prendra la route en direction de Pontarlier.

.

.

.

.

Premier arrêt : Grand’Combe-Châteleu, un village qui possède une large collection de vieilles fermes comtoises typiques. Une ferme comtoise typique, c’est quoi en fait ? On reconnaît les fermes comtoises dejà à leur taille (elles sont souvent imposantes pour faire face aux hivers rigoureux de la région), la façade est généralement couvertes de planches en bois, appelées lambréchures. De plus, on accède à toutes les pièces sans avoir à sortir (pratique en hiver quand les températures de ce coin de France avoisinent les -20°C) : l’écurie et la grange sont souvent accessibles directement depuis la cuisine. Chez mes grands-parents, on accédait à l’écurie (lapins, cochons et vaches) depuis la cuisine et à la grange à foin depuis les chambres situées à l’étage.

Et dernièrement, l’élément indispensable et typique d’une ferme du Haut-Doubs, c’est sa cheminée appelée tuyé ou tué. Cette cheminée a bien souvent une base très large et sur ses parois, à l’intérieur du foyer, on y pendait jambons et saucisses qui devaient être fumés. Si tu souhaites visiter une ferme comtoise traditionnelle, je te conseille, à Grand’Combe-Châteleu, la Ferme Musée, à Fournets-Luisants (voir mes petites adresses en fin d’articles), la Ferme-Musée du Montagnon, et à Nancray, aux portes de Besançon, le superbe Musée en plein-air des Maisons Comtoises où tu trouveras une somptueuse collections de fermes des quatre coin de la région.

Sur les photos ci-dessous, tu as des exemples de tuyés.

.

.

.

.

Le village est assez étendu et tu trouveras des vieilles fermes un peu partout, les plus anciennes, datant du 17ème siècles se trouvent surtout dans le périmètres à l’entrée du village et autour de l’église. En te promenant dans le village, tu remarqueras peut-être deux rues au nom étonnant : Moilleseule et Morestans. L’origine de ces noms remonte au 17ème siècle, pendant la Guerre de Dix Ans opposant les Français aux Francs-Comtois : le village ayant été totalement décimé et détruit, il ne resta guère qu’un ou deux habitants qui rebâtirent leur ferme. L’étymologie était donc à la base “Moi le seul” et “Moi restant”.

Quittons maintenant Grand’Combe-Châteleu et prenons la route menant à Pontarlier. Prochain arrêt : Montbenoît.

.

.

Le Doubs à Grand’Combe-Châteleu.

.

.

Cette route, reliant Morteau à Pontarlier, longe le Doubs.  À ce stade de sa course, la rivière est encore jeune et a à peine parcouru 50 kilomètres depuis sa source à Mouthe (au sud de Pontarlier). Qu’importe sa jeunesse, au fil des siècles, l’eau a creusé son chemin dans la roche et te permet aujourd’hui de suivre une route vraiment magnifique, appelée aussi Défilé d’Entreroches. Entre Grand’Combe et Montbenoît, la route serpente le long du Doubs et t’offre un spectacle que j’adore : un savant mélange de roche taillée, de sapins et d’eau. En été le Doubs n’y est pas vraiment profond et il n’est pas rare de voir les enfants du coin s’y baigner.

.

.

Défilé d’Entreroches, sur la route reliant Morteau à Pontarlier.

.

.

Petit point regrettable : la route n’est pas aménagée pour le tourisme. Les endroits pour se garer et se promener le long du Doubs et de ses rochers sont plutôt rares et, en dehors de ces “parkings”, la balade s’avère plutôt dangereuse vu le flot de voitures qui empruntent la départementale. Tu peux désormais continuer ton chemin jusqu’à Montbenoît, notre dernier arrêt.

La commune en soi n’a rien d’exceptionnel mais son abbaye vaut vraiment le coup d’œil. L’origine de l’abbaye remonte à 1150 quand Landry de Joux fait don de ce territoire à l’archevêque de Besançon pour racheter ses fautes et celles de ses ancêtres. C’est lui qui trône sculpté au dessus de la porte de l’abbaye.

.

.

.

.

Ce que j’ai adoré dans cette abbaye : le chœur gothique flamboyant du 16ème siècle avec ses voûtes peintes (couleurs d’origine), les chairs en bois, les différentes chapelles et son cloître magnifique du 12ème siècle. L’abbaye a plusieurs fois été pillée et saccagée (notamment au 17ème siècle par les Français) ou encore incendiée mais elle a eu la chance que d’autres n’ont pas eu : c’est le seul ensemble religieux médiéval restant dans le Doubs et un des rares en Franche-Comté.

.

.

.

.

Outre ce cloître pour lequel j’ai eu un gros coup de cœur, j’ai également adoré les cuisines des moines et le cachot. L’abbaye peut se visiter en visite libre mais l’accès au cloître est réservé aux visites guidées. Je te conseille vivement de choisir la visite guidée qui t’apprendra énormément de choses sur cette abbaye et sur la vie des moines.

Et en quittant Montbenoît, si tu poursuis ta route, tu arriveras à Pontarlier. Ça tombe bien, c’est là que je t’emmène dans le prochain article. Au programme : châteaux, lacs, légendes et belvédères majestueux, alors ne le manque pas 🙂

.

.

.

.

Notre visite autour de Morteau s’arrête ici.
Alors, le Haut-Doubs, tu en penses quoi ?

.

.

.

.

QUELQUES ADRESSES

.

.

QUELQUES DÉLICES POUR LES GOURMANDS

La Franche-Comté et notamment le Haut-Doubs regorgent de délicieux produits gourmands que tu dois absolument goûter lors de ton séjour ici. Salaisons, boissons artisanales, chocolats et caramels… Tu auras largement de quoi satisfaire ta gourmandise.
.

.

La saucisse de Morteau

Pour acheter de la très bonne charcuterie du Haut-Doubs (notamment la saucisse de Morteau et le délicieux jambon fumé du Haut-Doubs), voici une excellente adresse pas trop loin de Morteau : la Ferme-Musée du Montagnon. Excellents produits et la vieille ferme comtoise typique est à visiter.

20 Hameau de Grandfontaine
25390 Fournets-Luisans

Limonades et sirops artisanaux

Comme je te le disais plus haut, à Morteau on produit également de délicieuses limonades et d’excellents sirops artisanaux. Pourquoi ne pas ramener dans ta besace une bonne bouteille de Mortuacienne ainsi qu’un sirop de sapin, typique de Franche-Comté ?

Rième Boissons
21 rue de la Louhière
25500 Morteau

Chocolats et caramels Klaus

D’abord installée au Locle (en Suisse) ainsi qu’à Morteau, l’entreprise de chocolats et caramels Klaus a été totalement rachetée par des Français et son siège est désormais à Morteau. Profite de ton séjour mortuacien pour goûter le caramel aux myrtilles ou le caramel salé au sel comtois issu des salines de Salins-les-Bains dans le Jura.

Chocolaterie Klaus
3 rue Victor Hugo
25500 Morteau

.

.

.

LE PRÉ OUDOT : UNE MAISON D’HÔTE MÉMORABLE

J’ai trouvé l’endroit idéal pour ton séjour dans les environs de Morteau : une maison d’hôte absolument adorable dans une vieille ferme comtoise de 1689 admirablement restaurée. On s’y sent comme chez soi.
.

.

.

.
Le Pré Oudot, c’est le charme d’une vieille ferme typique des horizons du Haut-Doubs nichée dans une nature préservée et calme. À quelques kilomètres de Morteau, tu seras accueilli chaleureusement dans cette ferme au milieu des champs. Les lits sont confortables, le petit déjeuner copieux et si tu as la possibilité d’y manger le soir, tu te régaleras. Vraiment un coup de cœur pour cette maison d’hôte.

Lieu-dit le Pré Oudot,
25390 Fournets-Luisans
Plus d’information sur leur site internet.

.

.

.

.

POUR ALLER PLUS LOIN

Ne t’en va pas si vite,
il y a plein d’autres jolies choses à découvrir
autour de Morteau…
.

Les Gorges du Doubs

À Villers-le-Lac, à tout juste 10 minutes au nord de Morteau, commence un circuit vraiment magique le long de la vallée du Doubs, frontalière avec la Suisse sur environ 50 kilomètres : lacs sauvages, cascade, falaises, paysages magnifiques, belvédères époustouflants et patrimoine étonnant…

Article disponible sur le blog.

Pontarlier : entre lacs, monts et châteaux

Située au sud de Morteau, Pontarlier est une ville étonnante entourée de nombreuses merveilles : des lacs sublimes, des forts et châteaux majestueux, des panoramas fascinants.

Article disponible sur le blog.

Vue à couper le souffle au Mont d’Or

Le Mont d’Or, ce n’est pas qu’un délicieux fromage, c’est aussi le point culminant du Doubs avec ses 1461 mètres. De là-haut, le panorama est juste sublime sur les sommets alpins enneigés, la vallée de l’Orbe, la Suisse… Un incontournable de toute visite en Franche-Comté !

Article disponible sur le blog.

.

.

You Might Also Like...

8 Comments

  • Reply
    Danielle
    20 juillet 2018 at 9 h 25 min

    Nous étions passés par la Franche-Comté lors de notre escapade en Alsace et n’avions marqué qu’un arrêt rapide à Morteau pour y faire quelques courses. J’en garde un bon souvenir, je me souviens avoir trouvé la nature magnifique mais j’étais loin d’imaginer qu’il y avait tant à voir aux alentours. Je regrette maintenant de ne pas avoir profité de ce passage pour en découvrir davantage. Cet article me donne vraiment envie de partir à la découverte du Doubs. merci pour ce reportage 🙂

    • Alexis
      21 juillet 2018 at 9 h 10 min

      Oui Danielle, il faut revenir et explorer cette région et notamment le Doubs 🙂

  • Reply
    Tristan
    20 juillet 2018 at 11 h 03 min

    Le val de Morteau est un des plus beaux endroits de la région, pour moi. J’y suis né et j’adore tous ces lieux que tu présentes dans cet article. Je n’ai par contre jamais visité l’abbaye de Montbenoit mais je compte bien le faire désormais

    • Alexis
      21 juillet 2018 at 9 h 10 min

      Merci Tristan, je te conseille de visiter l’abbaye, c’est une très bel édifice et le cloître est superbe 🙂

  • Reply
    Corentin
    21 juillet 2018 at 9 h 05 min

    Je ne connaissais de Morteau que la saucisse… j’ai vraiment du retard à rattraper. Je ne connais absolument pas la Franche-Comté, à tort car ça à l’air vraiment d’être une région superbe et authentique. Je vais mettre ça sur ma wish list ^^

    • Alexis
      21 juillet 2018 at 9 h 12 min

      C’est une jolie région en effet, très variée et vraiment surprenante. Il faut venir y faire un tour 🙂

  • Reply
    Corinne - La World Coolture
    22 juillet 2018 at 11 h 32 min

    Notre France est sacrément belle quand même ! Tes articles qui en montrent cette partie qui m’est totalement inconnue en attestent ! Un jour on viendra dans le coin, c’est obligé d’autant qu’on a des amis à l’accent étrange qui y vivent ! 😉

    • Alexis
      22 juillet 2018 at 11 h 40 min

      Un accent ? quel accent ? je vois vraiment pas de quoi tu parles 🙂
      Oui la France est belle et tellement diversifiée, c’est ça qui est super !! Si vous passez dans le coin, faites signe ^^

Qu'en pensez-vous ? Laissez un commentaire :)

%d blogueurs aiment cette page :