Bien préparer son voyage à Istanbul

17
N’as-tu jamais eu l’envie de découvrir Istanbul ?
Ou peut-être aimerais-tu la visiter une nouvelle fois
et la découvrir différemment ?
Si tu es dans une de ces situations, alors cet article est fait pour toi.
Voici tout ce qu’il faut savoir pour ton voyage à Istanbul !

fioriture

.

IstanbulTu souhaites faire un voyage à Istanbul ? Et tu as bien raison ! Istanbul est une de ces villes qui font fantasmer les voyageurs et attirent, tel un aimant, tous ceux fascinés par son magnétisme et ses vibrations, passionnés par son histoire et son patrimoine, intrigués par sa situation géographique unique. Pour moi, c’est un fait, Istanbul ne laisse pas indifférent, un seul regard suffit pour que la ville t’enveloppe dans un tourbillon de couleurs et de senteurs. Je la considère comme une des villes qu’il faut visiter au moins une fois dans sa vie, pour un weekend ou pour une semaine. Mais la ville est si grande et il y a tant à faire qu’il est difficile parfois de savoir que voir et que visiter lors d’une première visite. Pour y avoir vécu plusieurs mois et y retourner régulièrement, je commence à connaître cette ville et à l’apprivoiser comme si elle était mienne. Alors je te propose ici tous mes meilleurs conseils pour préparer au mieux ton voyage dans cette ville millénaire et en profiter au maximum. Bien sûr, des articles sur Istanbul sur ce blog, tu en trouveras plusieurs, mais là, tu as toutes les informations nécessaires réunies en un seul article 😉
İyi yolculuklar – bon voyage !

.

AVANT DE PARTIR
CE QU’IL FAUT SAVOIR…

Commençons par le commencement : le visa !

Bonne nouvelle ! Pour les citoyens Français, le visa est gratuit et s’obient sur place à l’aéroport. En arrivant à la douane, on ornera votre passeport d’un joli tampon giriş (entrée) qui vous donnera droit à trois mois sur le sol turc. Pas mal, non ?

Transport depuis/vers l’aéroport :

Il y a deux aéroports à Istanbul (bientôt 3, un aéroport dernier cri est en cours de construction dans le nord ouest de la ville) : Sabiha Gökçen, sur la rive asiatique, et Atatürk Havalimanı, sur la rive européenne. Outre les taxis, voilà comment rejoindre le centre :

Depuis Sabiha Gökçen : la ville met à disposition des navettes Havatas qui, pour 14TL / 90 min, te feront arriver à Taksim, point névralgique aux portes de la vieille ville. Si ton hôtel se situe sur la péninsule historique, tu peux soit prendre le métro, soit marcher un peu et prendre le tramway qui traverse le centre historique.
Une ligne de métro est en cours de construction pour relier cet aéroport au centre historique d’Istanbul.

Depuis Atatürk Havalimanı, c’est le plus simple : il y a le métro. Soit tu descends à Aksaray, tu marches un peu pour rejoindre le tramway qui t’emmène dans le centre historique, soit tu descends au terminus, Yenikapı, pour prendre une autre ligne de métro qui t’emmène vers Taksim.
.

Istanbul tourisme

.

SÉCURITÉ :
EST-CE RAISONNABLE
D’ALLER À ISTANBUL
MAINTENANT ?

.

Tour de Galata, Istanbul

.
Au retour,
Attention à bien arriver 3 heures avant le vol !

Lors de ton départ, attention à bien prévoir du temps avant ton vol ! Déjà, si tu viens en bus ou en taxi, le trafic à Istanbul peut vite devenir un gros problème car il y a souvent des bouchons un peu partout. Ensuite, que tu sortes du métro ou que tu arrives en taxi, à peine tu franchiras les portes de l’aéroport que tu auras un premier contrôle de sécurité avec portails automatiques (tu sais, le truc où t’enlèves ta ceinture, tu mets téléphone, sac, veste et trousse de toilette dans un petit bac qui passe au détecteur…). Ensuite, après l’attente pour l’enregistrement, tu devras faire une longue queue pour passer la douane (où tu auras un joli tampon çıkış – sortie – sur ton passeport). Puis rebelotte, un deuxième contrôle de sécurité où tu devras enlever à nouveau ta ceinture, tes papiers, ouvrir ton sac… et passer un portail de sécurité. Et si ta porte d’embarquement est à l’autre bout du terminal, tu vas mettre du temps. Du coup, quand on dit d’arriver 3 heures avec le vol, pour Istanbul, c’est pas du pipeau !
Parfois tu mettras moins de temps et auras tout le loisir de flâner dans les boutiques, mais parfois, et je te le dis d’expérience, tu seras content d’avoir prévu 3 heures !

.

Sérieusement, Istanbul est une ville sûre où tu ne rencontreras aucun problème lié à l’insécurité. Bien sûr, les mises en garde traditionnelles pour les grandes villes sont valables pour Istanbul (faire attention à ses bagages et effets personnels, ne pas traîner seul la nuit dans des quartiers isolés…) mais durant les 6 mois où j’y ai vécu puis au cours de mes visites annuelles, je n’ai jamais rencontré le moindre problème à Istanbul et alors que je visitais des quartiers loin d’être touristiques et rentrait souvent tard le soir et la nuit.
La question des attentats terroristes se pose également mais Istanbul n’est pas plus dangereuse que Paris ou Londres.
Si vraiment c’est la sécurité qui te retient de venir à Istanbul, tu peux vraiment balayer cet argument car Istanbul est vraiment une ville sûre !
.

Yeni Mosque, Istanbul

.

UNE FOIS SUR PLACE

Ca y est, tu es arrivé à Istanbul ? Tu es content ?
Voici maintenant quelques petites infos et astuces
pour que te simplifier un peu les choses

Argent :

En Turquie, on utilise la lire turque (TL, Türk Lirası) qui, au moment de l’écriture de cet article, a un cours intéressant : 1€ = 4,67₺ ! En gros, c’est le moment d’aller en Turquie et de dépenser ses petits sous.
Tu pourras avoir tes premières lires directement à l’aéroport : le taux de change est rarement avantageux dans les aéroports donc le mieux est d’échanger un peu de monnaie pour tes dépenses immédiates (métro, taxi, nourriture) et change le reste en ville.

À savoir, de plus en plus de taxi (à Istanbul, les taxis sont jaunes avec une bande noire) ont des compteurs, plus besoin de négocier le prix avant la course 😉

Trouver son hôtel !

Ca peut paraître bête comme ça, mais tout de même, je le précise. En taxi, les chauffeurs n’ont pas tous un GPS et personne ne connaît chaque rue d’Istanbul. Si ton hôtel ne se trouve pas sur une grande artère ou qu’il est une petite maison d’hôte pas très connue, mieux vaut prendre ses précautions.
Soit tu notes les endroits importants aux alentours (grands hôtels, grandes rues, immeubles officiels…) soit tu imprimes une carte Google pour que le chauffeur puisse se repérer… car le temps de faire quelques tours et détours, de chercher dans les ruelles ton hôtel, le compteur du taxi tourne !
Quand j’ai visité Edirne, j’avais imprimé une carte du quartier de l’hôtel sur Google Maps et ça a été très utile, crois-moi !

Si tu viens en transport en commun, tu peux toujours utiliser Google Maps sur ton téléphone pour te guider. Je t’entends d’ici me parler des frais d’utilisation d’internet à l’étranger, pas de panique, tu peux utiliser Google Maps sans connexion et je t’explique tout dans cet article.
.

SE DÉPLACER À ISTANBUL

Pour te déplacer à Istanbul, rien de plus simple, tous les transports s’offrent à tous : métro, bus, tramway, bateaux… l’offre est large et te permet de te déplacer facilement et rapidement.

Se déplacer à pied !

De manière générale, Istanbul est une ville qui se découvre très bien à pied. Comme évoqué sur la partie concernant “trouver ton hôtel”, je te conseille vivement de télécharger la carte Google d’Istanbul sur ton téléphone afin de pouvoir te déplacer facilement sans avoir à demander ton chemin à tous les coins de rue. J’avais téléchargé la carte d’Istanbul et ça n’a jamais été aussi simple pour trouver tel ou tel lieu qui peut vite être caché dans une petite ruelle ou derrière un bâtiment !

Pour les transports : pense à l’Istanbulkart !

À Istanbul, déplace-toi en bus, métro ou bateau ! Le réseau est bon et couvre une très large partie de la ville, en tout cas tous les endroits qui nous intéressent ici.
Le mieux est d’acheter une Istanbulkart.
Une fois tes premières lires en poche, dirige-toi vers le métro et, aux guichets automatiques, achète ta carte et choisis le montant à charger. La carte seule coûte 6 TL. Ensuite, chaque trajet coûte 2,60 TL avec la carte au lieu de 5 TL si tu utilises les jetons (le ticket unique).
Ensuite, cette carte magnétique est vraiment très pratique pour circuler et se déplacer à Istanbul et t’évite d’avoir à garder tout un tas de monnaie sur toi.
Pour la recharge, tu peux le faire sur les guichets automatiques aux stations de tramway et de métro ou dans les kiosques dans la rue (qui vendent également presse et friandises).

Se déplacer en bus :

Il existe à Istanbul un nombre incalculable de lignes de bus qui parcourent la ville en long, en large et en travers. Tu trouveras forcément une ligne de bus qui va là où tu as envie d’aller. Pour les lignes et les horaires, va directement sur le site officiel du réseau autobus d’Istanbul.

Les bus sont plutôt ponctuels et les arrêts sont annoncés vocalement donc n’hésite pas à utiliser le réseau d’autobus de la ville.

Tu peux également prendre les dolmuş, des minibus au prix plus avantageux qui ne part que quand il est plein et qui s’arrête où tu lui demandes…

Se déplacer en bateau :

Aller à Istanbul et ne pas prendre le bateau (le vapur en turc), c’est vraiment passer à côté de ta visite ! C’est une expérience en soi, un peu de l’âme de cette ville se situe là, sur ces bateaux qui traversent le Bosphore !
Les ferries circulent tous les jours entre 7h et 21h (22h20 pour la ligne Eminönü – Üsküdar). Le prix du voyage diffère suivant la destination  mais se situe généralement entre 2,60 et 3 TL avec la Istanbulkart (hors lignes desservant les îles).

Pour toutes les infos (tarifs, différentes lignes et horaires), tu peux te rendre sur le site de la compagnie des ferries Şehir Hatları.

Se déplacer en métro :

Le métro d’Istanbul est moderne, propre et très sécurisé. Tu peux vraiment le prendre pour te déplacer, surtout pour t’éloigner du centre rapidement.
Je te laisse ci-dessous une carte des lignes de métro (2017).

Vieilles maisons ottomanes, Arnavutköy

Le Bosphore à Arnavutköy

Traverser le Bosphore

Plan du métro d'Istanbul

.

Bon, maintenant que tu as toutes ces informations en tête, on peut passer aux choses sérieuses ! Quels sont les lieux incontournables ? Que voir, que faire à Istanbul ? Combien de temps rester ? Voici tous mes conseils.

.

ISTANBUL,
QUARTIER PAR QUARTIER

On peut facilement passer plus d’une semaine dans cette ville sans trouver le temps de s’ennuyer. Le centre historique, traditionnellement touristique, propose plein de musées, de monuments et de lieux vraiment intéressants qui valent le détour. Mais en plus de ça, Istanbul cache encore quelques mystères et lieux vraiment magnifiques qui méritent qu’on s’y attardent, des quartiers un peu plus éloignés du centre historique où le tourisme de masse n’est pas encore arrivé…

À moins que tu connaisses Istanbul très bien et que tu cherches de nouveaux endroits à découvrir pour tes prochaines visites (auquel cas, je pense que tu es au courant de chaque info de cet article), voici les lieux qui, pour moi, sont incontournables pour une première fois à Istanbul !
.

COMMENÇONS PAR L’INCONTOURNABLE N°1 :
LES QUARTIERS DE SULTANAHMET ET EMİNÖNÜ

Compte au moins deux jours pour profiter de ces quartiers emblématiques de la ville. C’est la partie la plus ancienne de la ville, considéré comme le centre historique, la capitale ottomane avec ses bâtiments magnifiques.

Sainte-Sophie, Istanbul

.
Pour moi, l’emblème d’Istanbul, c’est la place de Sultanahmet avec, d’un côté, la fascinante basilique Sainte-Sophie et, de l’autre, la magnifique Mosquée bleue (appelée Sultan Ahmet Camii). L’une et l’autre se regardent, et se tenir là au milieu, c’est franchement un moment à ne pas manquer. Sainte-Sophie est littéralement prise d’assaut par les cars de touristes, je te conseille donc d’y aller le matin, dès l’ouverture (9 heures). Elle est vraiment somptueuse avec ses coupoles dorées, ses mosaïques byzantines, son mélange d’architecture chrétienne et musulmane. Absolument magnifique.
La mosquée bleue est une des plus belles mosquées de la ville, nommée ainsi à cause de ses superbes céramiques à dominante bleue sur les murs et la coupole. Elle fut construite entre 1609 et 1616. Magnifique ! Derrière Sainte-Sophie, en suivant la voie du tramway, ne manque pas le parc de Gülhane, un parc paisible et agréable généreusement fleuri.

Non loin de là, il y a le célèbre palais de Topkapı. Construit dès la conquête de Constantinople, ce palais est la résidence des sultants ottomans jusqu’en 1853, date à laquelle le palais de Dolmabahçe prend le relais. Construit et remanié pendant quatre siècles, il est un superbe exemple d’architecture ottomane. Compter une demi journée pour la visite.

.
Je te conseille vivement de te promener dans les rues tout autour. Tout ce quartier (qui s’étend jusqu’à la mosquée de Beyazit) est un dédale captivant de ruelles et de passages, de vieilles medressas et de mosquées anciennes, d’anciens palais et de fontaines classées. C’est un quartier absolument fascinant car sa construction s’étale sur plusieurs siècles et on y trouve aussi des petites maisons en bois, typiques de l’architecture ottomane, qui dévoile toute la richesse architecturale du patrimoine du vieux Istanbul. À deux pas de la mosquée de Beyazit se trouve une grande porte, c’est l’entrée de l’Université d’Istanbul, la première de la ville, fondée dès 1453, année de la conquête de la ville par les Ottomans. On y voit également une grande tour, qui était utilisée à l’époque pour observer la ville, remarquer les départs de fumée et intervenir dès que possible dès qu’un incendie démarrait.

C’est dans ce quartier, derrière la mosquée de Beyazit, que se trouve le grand bazar d’Istanbul, le Kapalı Çarşı. Un des plus grands marchés couverts du monde, étendu sur 200.000 mètres carrés, 4 000 boutiques, réparti sur 58 rues et accessible par 18 portes. Le lieu de passage obligé quand on visite Istanbul. Absolument fascinant !

Non loin de là, la mosquée de Nuruosmaniye est une belle visite. Encore une autre mosquée magnifique avec, en prime, une superbe vue sur le quartier de Beyoğlu et le Bosphore.
.

Sultanahmet, mosquée bleue

.
En suivant les petites rues dès ta sortie du grand bazar, tu arriveras du côté de Eminönü, un quartier vivant, intense et adorable. Tu y trouveras la Nouvelle Moquée (Yeni Cami), absolument magnifique, le célèbre marché aux épices (Mısır Çarşısı) où s’étendent devant toi le royaume des délices à la turque : toutes sortes d’épices, de lokums et de baklavas, de fruits secs et de friandises de Turquie. Un passage obligé car il y règne une atmosphère vraiment passionnante !
Derrière le marché, les ruelles étroites sont transformées en marché à ciel ouvert, un dédale de boutiques, de restaurants, de cafés… on y vend de tout ! C’est toute l’effervescence de l’Orient, c’est fascinant ! Ne pas manquer, dans ces rues, la mosquée Rüstem Paşa magnifiquement décorée de céramiques bleues. Fermée pour restauration lors de mon dernier passage à Istanbul.

.

LES QUARTIERS DE
GALATA, BEYOĞLU ET BEŞİKTAŞ

Depuis Eminönü s’élance, en direction du quartier de Beyoğlu, le pont de Galata. Photogénique et emblématique, il est reconnaissable entre tous. La tour de Galata en toile de fond et, tout le long du pont, les pêcheurs attendant le poisson.
L’étage en dessous, tu trouveras plein de petits restaurants agréables mais plutôt chers vu leur situation touristique.

.
Eminönü
est célèbre aussi pour ses quais d’où partent les bateaux (vapurs) qui traversent le Bosphore. D’ici, tu peux aller à Üsküdar, Kadıköy mais aussi les tours sur le Bosphore… C’est une ambiance particulière, ça grouille de monde qui monte et descend des bateaux, on y sent les effluves de la mer et celles du poisson grillé. D’ailleurs, il faut absolument tester les sandwichs au poisson grillé, et regarder le va et vient des bateau sur les eaux d’un bleu hypnotique. J’adore l’ambiance d’Eminönü et sa vue sur Beyoğlu et la tour de Galata, sur le Bosphore, sur Üsküdar et, au loin, le grand pont enjambant le détroit.

Coucher de soleil à Istanbul

.
Quand tu arrives de l’autre côté du pont, l’architecture est déjà totalement différente. Sur la péninsule historique (et le quartier de Sultanhamet notamment), c’est l’architecture de type orientale qui prédomine, largement influencée par les siècles de la présence ottomane. Dans le quartier de Beyoğlu, plus moderne, c’est une architecture plus classique et plus européenne. En effet, c’était le quartier des Européens. Français, Italiens, Grecs… y ont cohabité tout en façonnant le quartier avec leur influence culturelle et architecturale.
Tu le remarqueras en montant jusqu’à la Tour de Galata : il faut absolument visiter la tour pour pouvoir profiter d’un panorama absolument magique sur la vieille ville. À tester pour le coucher du soleil, quand les couleurs dorées baignent la péninsule historique. C’est magnifique !
.

.
Puis remonter à travers les rues en pente, captivantes et chaleureuses, pour arriver jusqu’à la célèbre avenue İstiklal. Longue de plus de 3 kilomètres, elle est parcourue dit-on par plus de trois millions de personnes par jour le weekend ! C’est une des plus longues avenues piétonnes d’Europe et tu y trouveras des boutiques, des passages dignes des passages parisiens, des cafés, des restaurants, des musées… Un lieu de vie incomparable et lieu emblématique d’Istanbul. En remontant l’avenue, tu passeras devant le lycée Galatasaray, là où, entre autres, a été créé le club de football éponyme. Tout au bout, la place Taksim. Rien d’extraordinaire en soi, mais cette place est un des points névralgiques de la ville. Tout le monde s’y presse et nombre de lignes de bus y ont leur terminus.

Vue depuis la Tour de Galata

.
Les petites rues autour de İstiklal Caddesi n’ont rien à voir avec celle autour de Kapalı Çarşı : tout aussi intrigantes, on note l’influence occidentale dans l’architecture des immeubles. En descendant en direction du Bosphore, tu arriveras dans le quartier de Beşiktaş, mondialement connu pour son équipe de Football. Ce quartier, c’était l’ancien port impérial sous l’Empire Ottoman. C’est aujourd’hui un quartier vivant, dynamique et très agréable. Tu peux continuer à pied, pour te rendre au palais de Dolmabahçe, résidence des derniers sultans et, également, de Mustafa Kemal Atatürk jusqu’à sa mort en 1938. À la différence de Topkapı, d’architecture orientale, Dolmabahçe est très largement influencé par l’architecture européenne. C’est un palais magnifique en bordure du Bosphore.

.

À L’OUEST DU CENTRE HISTORIQUE :
LES QUARTIERS DE FENER, BALAT ET FATİH

Après ces quelques jours bien remplis, au cœur de l’Istanbul touristique, il est temps de passer à une visite plus authentique et de découvrir de nouvelles facettes de la ville. Pour commencer, partons dans les quartiers de Fener et de Balat.

.
Plus loin encore, tu arriveras dans le quartier de Ortaköy. Ortaköy est célèbre dans le monde entier grâce à sa petite mosquée au bord du Bosphore, terriblement photogénique, avec le grand pont en arrière plan. Quand le traditionnel se mélange avec l’ancien.
Autour de la mosquée (dont l’intérieur lumineux est superbe), il y a un dédale de petites rues avec de jolies maisons en bois, légérement colorées.

Pour la visite de Beyoğlu et de Beşiktaş, compte environ deux jours. Sans trop avoir à te précipiter, ça te laissera quand même un peu de temps pour t’imprégner des ambiances et apprécier les lieux.

Ruelles de Balat, Istanbul

.
Situés à l’extrêmité ouest de la ville historique, ceintrée par de puissantes murailles, ces quartiers offrent une image d’Istanbul encore méconnue. J’ignore pour combien de temps encore qu’ils commencent à devenir touristiques. Alors, c’est peut-être le moment d’y aller… Fener, l’ancien quartier grec, et Balat, ancien quartier juif, ont une architecture colorée et chaleureuse. L’ambiance y est agréable avec les petits restaurants et cafés pour une pause thé !

.

TRAVERSER LE BOSPHORE :
ÜSKÜDAR ET KADIKÖY

Que serait une visite d’Istanbul sans faire, au moins une fois, une croisière sur le Bosphore ! Séparant l’Europe et l’Asie, le Bosphore est une grande avenue d’Istanbul, sillonnée par toutes sortes de bateaux (des cargos aux voiliers en passant par les vapurs). Si une croisière sur le Bosphore t’intéresse, je te donne plein de conseils et d’informations sur un article spécial Bosphore !
.

.
À Fener, il ne faut surtout pas manquer l’église byzantine Saint-Sauveur-in-Chora (Kariye Müzesi), absolument magnifique ! Transformée en mosquée en 1511, ses mosaïques ne seront pas détruites mais cachées. C’est en 1958 qu’elle sera finalement transformée en musée puis ouverte au public. Un destin semblable à celui de Sainte-Sophie. C’est un petit bijou, à ne manquer sous aucun prétexte !

Cours de Turc à Istanbul

.
Ensuite, laisse-toi porter sur la rive asiatique à la découverte des quartiers d’Üsküdar et de Kadıköy, vivants, dynamiques et agréables. Depuis Üsküdar, la vue sur la péninsule historique est magnifique. Kadıköy est un quartier plein de restaurants et de bars vraiment intéressant à visiter.

Depuis Üsküdar, le bus n°15 te mène en quelques minutes à Kuzguncuk, un petit quartier au nord aux maisons en bois colorées, une atmosphère de petit village, paisible et tranquille, et où, en prime, tu auras une belle vue sur le Bosphore et le pont.

.

SUIVRE LE BOSPHORE, CÔTÉ EUROPE :
ARNAVUTKÖY ET RUMELİ HİSARI

Longer le Bosphore est un super moyen de voir Istanbul différemment. On a trop facilement tendance à ne penser qu’il n’y a que le centre historique à visiter à Istanbul et que le reste, plus excentré, n’a pas vraiment d’intérêt. C’est tellement dommage car les quartiers situés le long du Bosphore sont pittoresques.

.

Rumeli Hisari

Arnavutköy

.
Sur la rive européenne, celui qui pour moi mérite vraiment le détour, c’est Arnavutköy. Son petit port, sa promenade le long du Bosphore, ses magnifiques vieilles maisons en bois, légérements colorées, ses ruelles en pente… Arnavutköy a un charme fou ! Je ne peux que te conseiller d’aller y jeter un œil pour apprécier son atmosphère relaxante et calme et admirer ses jolies maisons. Un peu plus au nord, se trouve Rumeli Hisarı, la forteresse construite par les Ottomans en prévision de la conquête de Constantinople. Depuis les remparts, la vue sur le Bosphore est à tomber. Arnavutköy et Rumeli Hisarı sont accessibles en bus depuis Taksim.

.

SUIVRE LE BOSPHORE, CÔTÉ ASIE :
LE DISTRICT DE BEYKOZ

Beykoz est un des districts les plus fascinants d’Istanbul et pourtant totalement délaissé par les touristes. On y trouve de superbes petits quartiers, de belles forteresses, de sublimes maisons en bois et de belles vues sur le Bosphore.

.
Bien sûr, il y a d’autres quartiers et lieux à visiter sur cette partie européenne du Bosphore (notamment Sarıyer et Rumeli Kavağı) mais, dans un premier temps, mieux vaut se limiter à Rumeli Hisarı et garder la partie plus au nord du Bosphore pour une prochaine visite.

Anadolu Hisari

.
Au départ d’Üsküdar (toujours), la ligne qui passe par Kuzguncuk t’emmène jusqu’à Beykoz. Après Kuzguncuk, marque un arrêt par Çengelköy, adorable petit quartier très animé, très vivant, et avec une superbe vue sur le Bosphore. Un coin connu que des Turcs mais qui mérite vraiment un arrêt ! Plus loin, avec la même ligne (bus n°15), descends à Anadolu Hisarı, le pendant asiatique de Rumeli Hisarı. La construction des forteresses de part et d’autres du Bosphore en préparation de la conquête d’Istanbul était voulue pour contrôler également l’arrivée de potentiels renforts venus défendre Constantinople. Le petit port de pêche, au pied des remparts est joliment pittoresque. Puis, un peu plus au nord, descends à l’arrêt Beykoz et profite de l’ambiance dynamique de ce quartier, promène-toi dans les ruelles autour où les vieilles maisons en bois sont charmantes…

.

SUR LA MER DE MARMARA :
LES ÎLES DES PRINCES

Voilà une visite que tu dois absolument faire lors de ton séjour à Istanbul, quelle qu’en soit sa durée.

.
Si tu en as le temps, à Beykoz, là où tu as quitté le bus n°15, sur cette place animée, prends le bus n°15A pour rejoindre Anadolu Kavağı. Là, c’est très tranquille, presque au bout du monde. Les restaurants de poissons vivent au rythme des touristes qui viennent visiter les ruines du Yoros Kalesi (accessible en 20 minutes à pied depuis Anadolu Kavağı) et sa superbe vue embrassant le Bosphore et la Mer Noire.

Un coin d’Istanbul méconnu, très calme et loin du tumulte et de la foule.

Se baigner à Heybeliada

Les vieilles maisons, Buykada

.
Accessible en bateau, l’archipel des îles de princes (Prens Adalar) est une formidable échappée au départ du centre d’Istanbul. Après une heure vingt de traversée, les îles se dévoilent ! Dans un premier temps, les deux îles qui méritent vraiment un arrêt sont Heybeliada et Büyükada.

Sur place, pas de voiture, seulement des vélos et des calèches, tout est beaucoup plus calme et les superbes maisons en bois donnent l’impression de faire un bon dans le temps. En plus, il est possible de faire le tour de ces îles à pied en deux-trois heures avec, en prime, de magnifiques vues sur la mer, les criques, les plages… Un lieu absolument magique ! Si tu veux en savoir plus, je te conseille de poursuivre ta lecture sur l’article spécialement écrit sur ces îles.

Tu peux consacrer deux bonnes journées à la visite de ces deux îles en passant une nuit sur place.

.
Attention, je te déconseille d’y aller le weekend car les îles sont littéralement prises d’assaut par les Stambouliotes souhaitant passer la journée au calme. Ma recommandation ? Y aller en semaine, et partir en fin d’après-midi (vers 16h – bien regarder les horaires sur le site mentionné plus haut). Tu éviteras la foule sur le bateau digne du RER B en heure de pointe et aura tout le loisir de profiter des paysages et des vues sur la vieille ville depuis la mer.

Comment aller à Adalar

.
Voilà, pour moi, quels sont les incontournables d’Istanbul ! Il y a plein d’autres endroits à visiter dans cette ville tentaculaire mais si tu souhaites découvrir la ville, ses différentes facettes et pouvoir dire que tu as vraiment visité Istanbul au lieu de simplement la survoler, ce sont des endroits à visiter.

 

.
En gros, compte une bonne semaine :
Jour 1 + 2 : Sultanahmet et Eminönü
Jour 3 : Fener, Fatih et Balat
Jour 4 + 5 : Beyoglu, Besiktas et Ortaköy
Jour 6 : Arnavutköy + Rumeli Hisari + croisière sur le Bosphore
Jour 7 : Üsküdar + Kuzguncuk + Kadiköy
Jour 8 : Çengelköy + Beykoz + Anadolu Hisari (Anadolu Kavagi si tu as le temps)
Jour 9 + 10 : Adalar

.

QUELQUES SAVEURS
À TESTER

Tu vas en prendre plein les yeux à Istanbul
mais aussi plein les papilles.
La cuisine turque, loin de se limiter au simple kebab,
est riche, variée, goûteuse et savoureuse.
Rapide tour d’horizon de ce que tu ne dois pas manquer !
.

Thé, Turquie

DU THÉ ET DU CAFÉ

Bien sûr, ne pars pas d’Istanbul sans avoir fait honneur à la boisson nationale : le thé. En Turquie, le thé est une véritable institution, un ciment social. On le boit à n’importe quelle heure de la journée et on peut le partager avec n’importe qui. Le demander açık si tu ne le souhaites pas trop fort. Et il y a également le Türk Kahvesi, le café turc. Assez différent du café que l’on boit en Europe, il faut tester le café turc au moins une fois.

Mon endroit préféré ?
Dolmabahçe !
Meclis-i Mebusan Cd. 38 A

Le salon de thé situé dans le parc, à l’entrée près de la mosquée a une vue imprenable sur le Bosphore <3

Kahvalti, petit déjeuner turc

UN VRAI PETIT DÉJEUNER !

Je te conseille aussi de tester le petit déjeuner 100% turc : le kahvaltı. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le Turcs ne font pas les choses à moitié. Le petit déjeuner turc s’apparente presque à un brunch, tellement il est riche et copieux. Du fromage, des omelette, du miel, de la confiture, du pain, du börek, du simit, du thé, du jus d’orange, des œufs, des fruits secs, des légumes (concombres, tomates) relevé de jus de citron et de persil… On peut facilement y passer des heures à tout déguster !

Mon préféré :
Van Kahvaltı Evi
Defterdar Ykş. 52/A

Acheter des épices à Istanbul

LOUKOUMS, BAKLAVAS
& AUTRES DOUCEURS

Of course, repars d’Istanbul avec des loukoums plein ta valise ! Les Turkish Delights comme on les appelle ont des saveurs variées. Les meilleurs ? Ceux aux pistaches et aux noix. Il faut également goûter les excellents baklavas. Ceux de Kapalı Çarşı sont chers et de moins bonne qualité que ceux achetés dans les boutiques spécialisées

Pour acheter de délicieux lokoums, quatre boutiques vendent des produits de très bonne qualité :

Hafiz Mustafa
Hamidiye Cad. 20C

et dans le haut de Istiklal Caddesi, pas loin de Taksim.

Osmalızadeler
Hüdavendigar Cd., à côté de Gülhane et de la station de tramway.

Koska
Yeniçeriler Cd. No:55
En face de la mosquée Beyazit.

Istiklal Cd No:180
Près du métro Şişhane.

Karaköy Güllüoğlu
Rıhtım Cad. No: 3-4
dans le quartier de Karaköy, juste après le pont de Galata.

Simit, Istanbul

SIMITS & AUTRES DÉLICES

J’adore le simit (encore plus quand on l’accompagne de fromage). On les trouve à tous les coins de rue et c’est une saveur de Turquie à goûter absolument.

Mon dessert préféré est le Kazan Dibi, pour moi c’est juste un régal !
À tester chez Hafiz Mustafa (notamment dans le magnifique bâtiment près de Sultanahmet) :

Hafiz Mustafa
Divan Yolu Cd. No:3

Les soupes turques (çorba) sont excellentes et très savoureuses tout comme les Lahmacun et pide (les pizzas turques). Sinon, pourquoi ne pas tester un kebab, un vrai ! Il en existe de plein de sortes différentes. Mon préféré est le Iskender Kebab (servi sur assiette avec yaourt).

Près de la Mosquée Süleymaniye, s’arrêter sur la place pour déguster un Kuru Fasulye. Un délice à base de haricots (un type de cassoulet en gros mais viande). Se mange aussi bien avec ou sans yaourt à côté.

À Ortaköy, ne manque pas la spécialité du coin : le kumpir ! Une très grosse pomme de terre fourrée de tout type de crudités !

Et terminons par le börek, fourré à la viande, au fromage ou aux épinards (un régal) et par un dessert ottoman très répandu au Moyen-Orient : le Küneyfe. Un dessert sucré au fromage. À tester, au moins une fois dans sa vie 🙂

Bon, j’oublie plein de plats et de saveurs mais, pour une première visite, c’est déjà pas mal si tu arrives à goûter tout ça…
.

Scène de vie, Istanbul

 

.

ET MAINTENANT ?
İSTANBUL’A GİDELİM* !

Voilà, cet article touche à sa fin (bravo si tu es parvenu à lire tout ça car c’est long, tellemnt long). Mais tu as toutes les cartes en main pour bien te préparer et passer un super séjour à Istanbul !
Si tu envisages d’y partir, je te conseille de jeter un œil aux différents articles écrits sur Istanbul, tu y glâneras peut-être quelques idées !

*Partons à Istanbul !

.

Cet article t’a été utile ?
Tu as des suggestions ou des questions ?
Laisse-moi tout ça en commentaire 😉

.

17 COMMENTAIRES

  1. Waaah, quel article fabuleusement complet ! bravo pour cet énorme boulot ! j’étais allée à Istanbul un peu au petit bonheur la chance, mais si j’y retourne, je ferai ça de façon scientifique la prochaine fois 😉 merci pour ce super papier.

  2. Quelle bonne trouvaille cet article ! Mon époux et moi prévoyons de partir à Istanbul et nous ne savons pas par où commencer pour préparer notre voyage. et voilà que je tombe sur votre blog et tous ces articles superbes sur Istanbul. Une mine d’informations pour notre futur voyage ! Un grand merci pour ce beau travail.

  3. Ton article est très complet et intéressant. C’est vrai que la sécurité me freine un peu, j’ai des a priori mais ce que tu dis est rassurant. Et effectivement, on n’est jamais tout à fait en sécurité même en France donc ça ne devrait pas nous empêcher de partir.

    • Merci Lucie pour ton commentaire. Je comprends tes appréhensions mais je peux t’assurer que tu ne te sentiras pas en danger à Istanbul 😉

  4. Mais comment j’ai fait pour passer à côté de cet article ?!!!! Tout d’abord, un grand bravo, je trouve que la mise en page est superbe et facilite la lecture !!!! C’est à lui seul un vrai guide de la ville !!! Tes photos sont dingues et donnent envie d’y aller tout de suite (j’avoue que c’est une destination qui me fait envie depuis longtemps), et toutes les infos pratiques son là !!! Si j’y vais, pas besoin d’acheter de guide, je prendrai ton article directement !! En y étant resté 6 mois, tu as dû avoir le temps de t’imprégner de l’ambiance… Ça a l’ai magique…. Merci pour ce superbe article !!!!

    • Oh merci à toi pour ce commentaire, c’est trop adorable 🙂 Je suis bien content qu’il t’ait donné envie d’aller à Istanbul et que tu y trouves toutes les infos nécessaires 🙂

Qu'en pensez-vous ? Laissez un commentaire :)