Si vous visitez Israël, faire un détour par la Palestine peut s’avérer votre plus belle expérience.
Les Palestiniens sont un peuple vraiment amical et accueillant, on y mange bien
et le territoire propose de nombreuses attractions pour les touristes de passage.
Ne laissez pas passer la chance de découvrir cet incroyable morceau de pays, vous ne serez pas déçu !
Partons découvrir la ville de Bethléem.

fioriture

Après environ deux semaines passées à sillonner Israël, j’étais vraiment curieux et tout excité à l’idée de découvrir la Palestine. On entend tellement de choses à propos de cette région du monde, souvent en mal, qu’il était dur de réaliser que je m’y trouvais enfin. Je partais avec aucun à priori, bien décidé à prendre tout ce que pays pouvait donner, et j’ai été entièrement satisfait. Je ne peux que vous conseiller d’aller en Palestine à la rencontre de cette terre symbolique et de ses habitants sympathiques. Là-bas, le touriste est un ami, un hôte.

Ma première étape était la ville de Bethléem, cité mondialement connue pour être le lieu de naissance du Christ. La Basilique porte d’ailleurs le nom de Basilique de la Nativité. La ville semble élégante, propre et calme, le centre-ville mérite une visite à lui tout seul. Je n’avais aucune idée de ce que j’allais y trouver mais la ville m’a vraiment conquis. Le centre est relativement petit, vous pouvez facilement en faire le tour en une demi journée.

.

.

.

Dans la ville, les principales attractions sont :
– la Basilique de la Nativité : construite à l’endroit supposé où Marie a donné naissance à Jésus.
– la Grotte de Lait : grotte où Marie se serait réfugiée, avant la fuite en Égypte, pendant le Massacre des Innocents (le meurtre par les soldats d’Hérode de tous les enfants juifs de sexe masculin). Selon la tradition arménienne, une goutte de lait serait tombée sur le sol et aurait blanchi l’intérieur de la grotte. Au dessus de la grotte a été construite une chapelle.
– le mur de séparation : un haut mur construit par Israël pour délimiter la Cisjordanie.
– les graffitis de Banksy : célèbres et disséminés un peu dehors du centre ville.

Sur la place centrale de la ville, là où se trouve la Basilique, se trouve également l’office du tourisme. Vous pouvez y aller pour vous renseigner sur les excursions à faire aux alentours ou tout simplement pour vous procurer une carte de la ville. Pour découvrir les alentours, le mieux étant de prendre un taxi pour la demi journée qui vous emmènera où vous le souhaitez. Les membres de l’office du tourisme, très sympathiques et accueillants, nous ont donné quelques renseignements ainsi que des conseils sur le prix à négocier avec les chauffeurs de taxi.

Après avoir visité le centre et mangé dans un restaurant quelques spécialités de gastronomie orientale, on a pris un taxi pour voir les graffitis ainsi que le monastère de Mar Saba et le lieu du Baptême. Si ces deux derniers lieux vous intéressent, je vous conseille de lire l’article sur la visite de la Palestine.

.

.

.

LES GRAFFITIS DE BANKSY

Ils sont l’une des attractions touristiques
principales de la ville. À ne pas manquer !

.

.

.

Banksy est un nom connu par de nombreuses personnes autour du monde. Cet artiste né à Bristol, au Royaume-Uni, utilise le graffiti et comme mode d’expression notamment dans le cadre de critique politique et sociale. Son œuvre peut être trouvée dans divers endroits dans le monde comme Londres, New York, Californie et à Bethléem.

À Bethléem, vous ne les trouverez pas dans le vieux centre de la ville mais plutôt en périphérie. Ils sont relativement difficiles à trouver pour qui ne connaît pas les lieux, aussi il serait mieux de prendre un taxi qui vous y emmènera.

En face du mur de séparation, au nord de la ville, se trouve une boutique (la Banksy Shop) où vous trouverez des cartes postales, t-shirt et posters de ses œuvres ainsi que quelques objets relatifs à la Palestine.

.

.

.

LE MUR DE SÉPARATION

Pour moi, la visite la plus marquante
et la plus dérangeante de Bethléem.
À voir absolument !

.

.

.

Commencé en 2002 et toujours en construction, le mur de séparation suit la “frontière” de Cisjordanie et sera, une fois terminé, une bordure de ciment long de 700 km. Critiqué par de nombreuses associations et diplomaties internationales, Israël continue de justifier sa création en avançant qu’elle permet de prévenir et d’empêcher l’intrusion sur le sol israélien de terroristes palestiniens.

Se retrouver au pied du mur est une expérience étrange. Je ne veux pas entrer dans un débat idéologique et politique mais la vue de ce mur a été assez dur et émouvant. Je me suis trouvé si petit face à ce géant de béton et si impuissant, démuni. Le mur est couvert de graffitis (amateurs pour la plupart), de poèmes, d’appels à la paix et la liberté. Il est un des lieux phares de Bethléem. C’est un endroit qui, au-delà du côté touristique, invite plutôt à la réflexion et à prendre conscience de ce qui se passe là devant nous. Il s’agit probablement de la visite la plus intense que j’ai faite en Palestine. Je n’ai pu réprouver un sentiment de colère et de frustration. C’est assurément un voyage qui a changé ma vie.

.

.

.

.

OÙ MANGER A BETHLÉEM ? QUELQUES ADRESSES…

Nous avons mangé à Afteem, à quelques pas de la Basilique. Cuisine traditionnelle du Moyen-Orient. Leurs falafels, leur hommous et labneh sont très bons.

Pour une petite pause en milieu de journée, allez faire un tour du côté du Special Cafe Cake and Pastry. Le staff est sympathique et leurs pâtisseries (françaises et orientales) sont excellentes.

Voici un dernier café sympa pour se reposer et se relaxer, le Singer Cafe. Ils proposent aussi des sandwiches et des repas végétariens. Très bonne nourriture.

COMMENT ALLER A BETHLÉEM DEPUIS JÉRUSALEM ?

Se rendre à Bethléem depuis Israël n’est pas la chose la plus simple. Vu que vous passez en territoire palestinien, vous devrez être patient et supporter de nombreux contrôles. Bien que les contrôles des soldats israéliens concernent surtout les Palestiniens, ils demandent généralement les papiers des touristes (passeport et visa). Les contrôles sont assez fréquents et les soldats israéliens ne sont pas connus pour être sympathiques…

Sinon, nous avons pris une autre option, beaucoup plus rapide et moins contraignante :
– Au départ de Jérusalem, rendez-vous à la Porte de Damas (Damas Gate, au nord de la vieille ville). En face, de nombreux bus stationnent et quittent la ville pour la Cisjordanie.
– Puis prenez le bus n°21, il vous coûtera 6 NIS pour seulement 30 minutes. Nous avons eu un seul contrôle, à la sortie de Jérusalem. Veillez à demander au chauffeur où vous devez descendre.

.

Bethléem, qu’en pensez-vous ?

.

16 COMMENTAIRES

  1. Je suis d’humeur spirituelle en ce moment comme tu le sais 😉 donc cet article a attiré mon regard. Je voulais te remercier, car chaque visite sur ton blog est pour moi un véritable enrichissement, une leçon d’intelligence, de tolérance, de curiosité, et tes articles moyen-orientaux me touchent particulièrement – le regard que tu poses sur cette région du monde est unique. J’ai adoré visiter Bethléem avec toi. Entre l’héritage religieux puissant (le nom me fait frissonner, moi qui ne me savais pas si chrétienne !), et la charge symbolique douloureuse du lieu aujourd’hui (le mur….. je ressens beaucoup de colère en voyant ça), je voudrais vraiment voir cette ville. Merci !

    • Merci à toi pour tes mots qui me vont droit au coeur et qui me motivent 🙂
      Je suis ravi que ces destinations te plaisent et que mes articles t’apprennent des choses, ça me touche beaucoup.
      Je ne te cache pas que ça a été dur pour moi de me trouver au pied de ce mur et de voir ce qui se passait réellement en Palestine. Je ressentais une colère immense également et ce qui est frustrant c’est qu’on se sent tellement impuissant…
      Je suis sûr que tu aimerais Bethléem, c’est une très belle ville, qui a une âme chaleureuse. La Palestine est un pays vraiment touchant.

  2. Merci Alex pour ce magnifique récit sur Bethléem, le mois prochain février 2017 nous avons prévus avec ma femme de visité Jérusalem et voilà que je tombe pile poil sur ton blogue, qui me donne la force pour visiter cette ville et surtout faire connaissance avec les palestiniens, voir leurs vrais vie aux quotidiens, certes je vais être touché même des larmes vont couler de voir avec mes propres yeux cette injustice. Il est très difficile d’imaginer qu’en 2017, il y ait toujours un peuple, tout un peuple enfermé, encerclé, interdit de sortir de son pays, et occupé. Je vais être comme vous impuissant et on colère, la faute de ce massacre il vient bien de ce qui nous gouverne sur cette terre qui ne tourne pas rond.

    • Merci Abdel-ilah pour ce commentaire qui me fait chaud au coeur. Je suis vraiment content que vous alliez découvrir la Palestine avec votre épouse. C’est un voyage qui vous marquera et vous apprendra énormément. Vous avez raison d’aller à la rencontre des Palestiniens, ils méritent tellement qu’on s’intéresse à eux, qu’on leur montre qu’on ne les oublie pas. Cette visite en Palestine sera un moment difficile, tout comme ça l’a été pour moi. N’hésitez pas à me faire un retour sur votre voyage là-bas, je suis curieux d’avoir vos impressions 🙂

  3. Bonjour, Alex

    Comme promis voici mes commentaires de ma journée à Bethléem

    Le mardi 21 février 2017
    Enfin nous voilà à Bethléem, petite ville à 10 kilomètres de Jérusalem, majoritairement peuplée de palestiniens et abritant une des plus anciennes communautés chrétiennes au monde.
    Nous nous sommes rendus au départ de Jérusalem, de la Porte de Damas (Damas Gate) de là nous avons pris le bus n°21, nous étions les seuls touristes dans le bus, lorsque nous arrivons devant le checkpoint contrôlé par l’armée Israélienne, seuls les femmes et les hommes de -50 ans ont l’obligation de descendre du bus et de se rendre au contrôle.
    C’est là qu’on remarque la frustration et le changement de leur visage de ses palestiniens suivi d’un silence complet face à ces militaires armés jusqu’aux dents. L’opération du contrôle a duré 10 min, quant à nous, deux militaires sont montés dans le bus avec des Kalachnikov doigt sur la gâchette prêt à tirer. En fait ça ne change pas beaucoup par apport à la France, j’en vois tous les jours à la gare de Lyon ce genre de personnages.
    Les personnes qui sont passés à pied, ils nous ont rejoint dans bus de l’autre côté du checkpoint détendus et le retour du sourire.
    Arrivés au terminus Beit Jala nous avons été sollicités par plusieurs chauffeurs de taxi qui nous ont proposé leur service pour la visite de leur région. Nous avons fini par décliner leur offre et nous avons pris un taxi qui nous a déposés à la place Manger Square. De là nous avons entamé la visite de la célèbre Basilique de la Nativité. Nous étions entourés par pas mal de touristes de toutes nationalités (japonais, russe, allemand, polonais ……). L’intérieur de la Basilique est très sombre, elle était en travaux et à part descendre au sous-sol dans la grotte, on peut voir l’endroit qui symbolise la naissance de Jésus . Impossible de prendre une photo, car toutes les femmes pèlerins se mettent à genoux les fesses en l’air.
    Nous avons exclu la visite de la Grotte de Lait au privilège de la découverte de la ville.Vers 13h , nous avons déjeuné à proximité de la basilique dans le fameux restaurant Afteem l’atmosphère à l’intérieur est agréable, la salle est voutée et bien décorée. A la fin de notre déjeuner, nous avons été accostés par une personne de la ville très sympathique qui nous a proposé de nous faire découvrir un tronçon du mur avec les graffs de l’artiste Bansky.
    Il nous a proposé aussi la visite des ruines d’un palais fortifié construit par le roi Hérode Ier le Grand et la colline artificiellement rehaussée (haute de 91 mètres) en forme de cône tronqué de 758 mètres d’altitude située à 6,4 km au sud-est de Bethléem, qui ressemble à un volcan.
    Pendant cette excursion de 3h j’en ai profité pour poser quelques questions en arabe à notre chauffeur :
    Question posée : Comment vivez-vous cette situation aujourd’hui ?
    Réponse : « j’ai 24 ans, depuis ma naissance, je n’ai connu que l’horreur de cette situation. Je n’ai pas envie de mourir en martyr. Mon seul souhait, avant la fin de ma vie est d’avoir le droit de circuler librement, d’être libre.
    Nous sommes fatigués de l’égoïsme de cette état sioniste, de leur obscurité, de leur amour pour la haine.
    Nous sommes fatigués de ses conflits.»
    Question posée : Que pensez-vous des dirigeants palestiniens ?
    Réponse : « Il s’agit de personnes corrompues. Ils sont à la botte des dirigeants israéliens. Tous les postes sont occupés par des membres de leur famille. »
    Question posée : Croyez-vous que vous été soutenu par la ligue arabe ?
    Réponse : « L’hypocrisie des états arabes se cache derrière les malheurs des palestiniens et détourner les frustrations de leurs populations lassées de leur pauvreté, de leur inefficacité, de leur corruption et de leur manque de démocratie, et aussi de leur manque de soutien militaire aux Palestiniens. »
    Question posée : Quelle solution paraît la plus plausible pour régler ce conflit ? Deux États ou un seul ?
    Réponse : « La création de deux état nécessiterait la discontinuité territoriale entre la Cisjordanie et la bande de Gaza pour permettre les échanges de biens et l’évacuation de plus d’un demi-million d’Israéliens des territoires palestiniens, cette solution est exclu par l’état d’Israël.
    La création d’un seul état repose sur la mise en place d’un état binational au sein duquel israéliens et palestiniens vivraient côte à côte et avec les mêmes droits, dans le respect de la culture de chacun, elle suppose un changement de mentalités considérable au sein de la société israélienne, aujourd’hui incapable d’intégrer les palestiniens citoyens d’Israël. Le combat de l’ensemble des Palestiniens passerait donc d’un combat pour le droit à l’auto-détermination à un combat pour les droits civils. L’état d’Israël cherche plutôt à nous faire vivre en apartheid. »
    Notre journée à Bethléem c’est terminé et nous garderont des très bons souvenirs, le retour à Jérusalem avec le même bus, le passage du checkpoint est le même scénario que pour rentrer.

    Pour finir je voudrai partager avec vous cette poésie de Mahmoud Darwich

    La Palestine est belle – oui la Palestine est belle
    Variée riche – riche en histoire
    C’est une terre de mythes
    de pluralismes
    et elle est fertile malgré le manque d’eau
    elle est modeste aussi
    la nature y est modeste
    c’est un pays simple
    Voici la terre de mon poème
    et dans ces terres je me sens un peu étranger
    il est vrai que l’on peut se sentir étranger
    même dans son propre miroir
    il y a quelque chose qui me manque
    et ça me fait mal
    je me sens comme un touriste
    sans les libertés du touriste.
    Etre en visite me mine,
    quoi de plus éprouvant que se rendre visite à soi même…

    Cordialement

    • Bonjour Abdel-ilah,
      Vous voilà donc vous et votre épouse rentrés de ce voyage, j’espère qu’il vous a plu. C’est un voyage passionnant qui change la conception qu’on a de cette partie du monde et aide à comprendre beaucoup de choses.
      Merci pour ce retour. Les réponses de votre chauffeur palestinien sont très intéressantes et malheureusement bien semblables à celles que j’ai entendues là bas.
      Merci également pour le superbe poème que je ne connaissais pas 🙂

  4. Bonjour à tous et merci pour vos commentaires qui me permettent d’envisager plus sereinement le séjour que j’organise pour les 40 ans de mon mari. Nous y allon sen tant que “pelerins”, mon mari ayant fait sa confirmation il y a quelques années. J’apprécie votre blog Alex car il n’ets pas question de promouvoir tel ou tel coin, café ou restaurant. et nous avons l’essentiel en queluqes lignes et très belles photos. Je m’interroge juste sur les contrôles. En effet je suis Française, née en Arabie Saoudite il y a maintenant 39 ans. Nous n’avons jamais voyagé je n’ai aucun tampons sur mon passeport. On m’a prévenu que je serai sans doute interrogé à mon départ de Paris mais je me demande du coup si cela peut aussi poser problème lors des checks points comme il en est question. A priori nous sortirons de Jérusalem uniquement pour aller à BEthléem. Si toutefois vous auriez quelques infos sur ce point, ca me serait bien utile, simplement pour préparer mon mari au cas où! Allez je file voir vos autres articles sur la région! 🙂

    • Merci pour ce commentaire qui me fait plaisir.
      Si vous n’avez aucun autre tampon sur votre passeport, déjà, ca évite certains tracas. Vous aurez quelques questions à votre arrivée à l’aéroport ainsi qu’au départ mais ça ne devrait pas être bien méchant, mais préparez-vous, ils posent beaucoup de questions 😉

  5. merci beaucoup! je ne voulais pas vous prendre pou rune agence de voyage mais c’est vrai que rien ne vaut le regard de quelqu’un qui connait le terrain!

  6. Bonjour Alex,

    Une fois enter à Bethléem… vous avez passé une journée de visite et retourné À Israël?? est ce facile le retour? Je viens de tomber sur votre blogue et je trouve ça intéressant, je compte visiter Israël en Octobre et je n’avais pas envisagé le coté Palestinien…je suis marocaine musulmane et je ne veux pas trop de problème…mais là vous avez piqué ma curiosité…
    pouvez-vous me dire aussi où doit je arrêter avec le bus #21 (où descendre) ? Si je décide de le faire…
    merci beaucoup!!

    Salima

    • Bonjour Salima,
      Après Bethléem, j’ai poursuivi vers Jericho, je ne suis pas reparti vers Israël tout de suite. Personnellement, j’ai adoré Bethléem et j’aurais tellement aimé visiter davantage la Palestine.
      C’est terrible à dire mais, concernant le fait que vous soyez marocaine musulmane, j’ai peur que les soldats israéliens ne vous questionnent plus que je ne l’ai été. A tout hasard, je vous conseille de voir si vous trouvez d’autres marocains ou des touristes du Maghreb musulmans ayant été en Palestine et leur demander s’ils ont eu des problèmes. Je préfère attirer votre attention la dessus car je ne souhaiterais pas que vous ayez des problèmes à la frontière avec l’armée, ils sont pas très compréhensifs.
      Pour la descente du bus, nous avions demandé au chauffeur de nous faire descendre au plus près du centre historique, je n’en sais pas plus malheureusement.
      N’hésitez pas si vous avez d’autres questions 🙂

  7. Bonjour Alex,

    Je pars samedi prochain pour 10j et je me demandais si on pouvait éviter d’avoir le tampon sur le passeport. Je suis algérienne je voyage avec un passeport français mais ayant quelques tampon et visa notamment Algerie et Egypte je m’attends donc au pire et à être questionnée et bloquée aux contrôles mais ça c’est ok le pire serait qu’on me renvoie ce qui peu arriver.

    Pour Salima, je rejoins Alex sur les contrôles ça fait partie du voyage faut être patient et surtout on a rien à se reprocher et le droit de visiter ce pays. En tant que Française si j’ai le moindre souci j’entends bien contacter l’ambassade si vraiment on ne me laisse pas passer. J’ai beaucoup voyager et ça me désole de voir qu’on ne parte avec un noeud au ventre ou qu’on envisage de ne pas y aller à cause de la situation en Palestine.

    Merci
    Sabrina

    • Bonjour Sabrina,
      Lors de mon voyage en Israël (2014), le tampon se faisait sur une feuille volante (une feuille à l’entrée sur le territoire, une autre feuille au moment de votre sortie), ça évite les problèmes notamment si vous souhaitez vous rendre au Liban ensuite.
      L’amie qui voyageait avec moi était allée au Liban, nous avons donc eu beaucoup de questions mais ils nous ont quand même laissé entrer.
      Malheureusement, on ne peut éviter le passeport mais je doute qu’ils vous bloquent à cause des tampons.
      Je vous souhaite un bon voyage 🙂
      Merci pour votre commentaire.
      Alexis

Qu'en pensez-vous ? Laissez un commentaire :)